Course - Magic Hamilton rejoint Schumacher dans la légende

Lewis Hamilton a magistralement remporté le Grand Prix de Turquie 2020 de F1 pour sceller son septième titre mondial et entrer un peu plus dans la légende en égalant Michael Schumacher.

Course - Magic Hamilton rejoint Schumacher dans la légende

Comme si les conditions de piste ne suffisaient pas en elles-mêmes, la pluie a décidé de s'inviter à nouveau sur le tracé de l'Istanbul Park pour cette 14e course de la saison 2020 de Formule 1. Avant même le départ, et comme il était possible de l'imaginer, plusieurs incidents émaillent les tours de reconnaissance : Antonio Giovinazzi, tout d'abord, sort de piste à la sortie du virage 7, tape un mur de pneus avec l'aileron avant et le brise. Surtout, il reste tanké dans les graviers. Il en sera finalement extrait quelques minutes après et pourra rejoindre la grille avec son aileron cassé.

Autre incident pour George Russell : le pilote Williams, en rentrant au stand, tire droit dans les protections à l'entrée de la ligne des stands, cassant lui aussi son aileron avant. Au prix d'une petite marche arrière, il se remet dans le sens de la marche et rentre dans son garage. Un garage où se trouve déjà Nicholas Latifi alors que la pitlane est fermée, ce qui veut dire que les deux pilotes partiront de la voie des stands.

Côté grille, Pierre Gasly a été renvoyé en dernière ligne suite à un changement moteur sous Parc Fermé. La grille justement est détrempée au moment du départ du tour de formation, mais la pluie a cessé de tomber. Dans ces conditions, tous les pilotes sur la grille font le choix des pneus pluie (bleus) alors que les Williams partiront des stands en gommes intermédiaires (vertes).

Verstappen sotché, Bottas à l'envers

Au moment de l'extinction des feux, Stroll conserve la pole alors que Verstappen reste scotché sur la grille. Pérez prend la seconde place et Hamilton la troisième devant un impeccable Vettel. Une touchette entre les deux Renault dans le premier virage envoie Ocon en tête-à-queue et Bottas également ! Verstappen revient sur Vettel alors que Hamilton commet une erreur au virage 9 et doit passer dans le chemin de retour en piste : il perd trois places dans l'affaire et se retrouve sixième, derrière Albon et devant Ricciardo. D'autres incidents émaillent le premier tour, dont un accrochage entre Bottas et Ocon, mais pas de sorties graves.

En vidéo :

Rapidement, la Racing Point de Stroll s'échappe en tête avec six secondes d'avance sur Pérez et 14 secondes sur le duo Verstappen-Vettel après quatre tours de course. Le Néerlandais semble avoir le rythme pour prendre la mesure de l'Allemand mais les conditions sont difficiles et la Ferrari réaccélère mieux. Dans le peloton, Sainz dépasse un Räikkönen en perdition au virage 7 pour le compte de la huitième place.

Après six tours, Bottas pointe au 16e rang derrière Norris et ne parvient pas à profiter d'une légère erreur du Britannique pour le passer. À la fin de ce tour, Leclerc est le premier pilote à rentrer au stand pour monter des intermédiaires. Au tour suivant, il est suivi par Bottas. Au passage suivant, ce sont Vettel et Hamilton qui rentrent, ils ressortent respectivement septième et huitième. Verstappen, libéré de Vettel, reprend du terrain aux Racing Point. Stroll est appelé à son stand à la fin du huitième tour pour passer les intermédiaires également.

La faute de Verstappen

Verstappen ne veut pas s'arrêter trop tôt pour chausser les inters et Pérez passe au stand avant lui à la fin du 10e tour. Derrière, les chronos tombent et le Néerlandais finit par être appelé au stand, à la fin du 11e tour. Il ressort entre Pérez et Vettel, l'Allemand étant sous la menace de Hamilton. Provisoirement en tête au jeu des arrêts, Albon est le dernier pilote à passer par les stands en fin de 12e tour pour échanger ses pneus pluie contre des inters. Il ressort sixième.

Au 13e tour, Giovinazzi immobilise son Alfa Romeo sur le bas-côté, victime d'un problème technique. La direction de course déploie le Virtual Safety Car pour que la monoplace soit mise en sécurité, ce qui est fait rapidement. La course repasse au vert dans le 15e tour. Hamilton commet une erreur dans le dernier enchaînement et voit Albon le dépasser ; le Britannique se plaint de ses freins. Albon enchaîne vite en dépassant Vettel rapidement au virage 7 et Hamilton revient ensuite vite sur la Ferrari.

Devant, Stroll compte sept secondes d'avance sur Pérez après 16 tours mais le Mexicain est sous le menace de Verstappen. Le Néerlandais commet une erreur au virage 11 et part en toupie à haute vitesse en tentant d'attaquer la Racing Point et en restant à fond sur l'extérieur de la piste. Heureusement, il ne touche rien mais est dépassé par Albon, Vettel et Hamilton et doit surtout passer par les stands en raison des plats sur ses pneus. Il ressort huitième, entre Sainz et Leclerc.

Piste séchante et pneus à l'agonie

En tête, l'avance de Stroll fait le yo-yo par rapport à Pérez mais semble se stabiliser à six secondes au 21e tour. Albon revient à moins de trois secondes du Mexicain alors que le duo Vettel-Hamilton pointe à 11 secondes du pilote Red Bull. Dans cette boucle, Bottas, alors 15e, part en tête-à-queue dans le virage 2 et tombe au 17e rang ; une enquête sur la sortie des stands de Verstappen lors du premier arrêt est lancée, le Néerlandais aurait touché la ligne blanche, ce qui est interdit.

Après 23 tours, Stroll ne compte plus que quatre secondes d'avance sur le tandem Pérez-Albon, il faut dire que le Canadien commence à rencontrer du trafic. L'écart entre les deux Racing Point se stabilise autour des 3,5 secondes, Albon pointe à 4,5 secondes, Vettel à 10 et Hamilton à 13. Dans le peloton, Norris se joue autoritairement de Russell pour la 12e place dans le dernier virage, au prix d'une manoeuvre qui ne sied guère au pilote Williams.

À mi-course, les écarts se resserrent soudainement derrière les Racing Point, car les pneus intermédiaires commencent à souffrir. Vettel revient à 1,3 seconde d'Albon et Hamilton à deux secondes. La direction de course annonce que le DRS est autorisé. Au 31e tour, Leclerc passe au stand pour monter de nouveaux intermédiaires. Les conditions de piste se sont nettement améliorées mais ce n'est pas encore suffisant pour des slicks.

Paradoxalement, les choses sont plutôt stables en tête de course puisque Stroll maintient son avance de 3,5 secondes sur Pérez et compte désormais sept secondes d'avance sur Albon. Hors top 5, Sainz passe Ricciardo dans le virage 10 avant que l'Australien ne plonge dans la voie des stands en fin de 32e passage.

Stroll perd le commandement

À l'entame du 34e tour, Stroll perd soudainement du rythme et voit Pérez revenir à moins de deux secondes. Vettel passe par les stands pour monter des inters ; l'arrêt est plutôt lent. Troisième, Albon part à la faute au virage 4 et voit Hamilton le dépasser ; le Thaïlandais passe au stand en fin de tour. Hamilton est désormais à moins de cinq secondes de Stroll.

Moins d'une seconde sépare les deux pilotes Racing Point au début du 36e tour. Dans les stands, Magnussen est relancé alors qu'une de ses roues est mal fixée, il s'arrête rapidement et est poussé vers les stands. Au stand, Stroll est rappelé à la fin du 36e tour : le leader chausse des intermédiaires. Il repart quatrième juste derrière Verstappen, mais le Néerlandais est toujours sur les pneus de son second arrêt.

Au 37e tour, Hamilton dépasse Pérez grâce au DRS avant le virage 12 et prend la tête de la course. Le duo compte une quinzaine de secondes d'avance sur Verstappen alors que Stroll peine avec ses pneus neufs. Le Canadien a trois secondes d'avance sur Vettel qui lui-même devance de quelques secondes le duo Albon-Leclerc. En fin de 39e tour, Stroll est dépassé par Vettel avant le virage 11 mais le pilote Racing Point se relance à l'abordage de l'Allemand au virage 12 ; il reprend la position mais se manque ensuite et voit les deux Ferrari passer car Leclerc a pris l'avantage sur Albon.

Le Monégasque enchaîne rapidement en dépassant son équipier et la quatrième place. La course tourne au calvaire pour Bottas qui subit un nouveau tête-à-queue dans le 40e tour alors qu'un léger accrochage a lieu entre Grosjean et Latifi, sans trop de gravité. Albon se joue d'un Stroll en difficulté qui finit ensuite par céder face à Sainz au 41e tour.

Bottas mis à un tour, Hamilton royal

Dans le 43e des 58 tours de course, Hamilton compte quasiment 15 secondes d'avance sur Pérez et 27 sur Verstappen. Leclerc dépasse d'ailleurs le Néerlandais au DRS au virage 12, ce dernier décidant de s'arrêter pour monter des intermédiaires. Au 44e tour, Sainz dépasse Albon pour entrer dans le top 5. Au 46e tour, Hamilton prend un tour à Bottas, le Finlandais étant à l'agonie sur ses pneus. Il s'arrête au 47e passage pour des inters et ressort 15e.

La lutte fait rage pour la neuvième place entre Ricciardo et Norris mais tourne court puisque l'Australien, en tentant de résister dans l'antépénultième virage, part en tête-à-queue et offre la place à la McLaren. Une lutte s'engage entre les deux Red Bull pour la sixième place, avec Albon devant Verstappen. Le Néerlandais commet un tête-à-queue au virage 4, peut-être perturbé par... un tête-à-queue du retardataire Räikkönen devant les deux hommes.

Verstappen revient malgré tout rapidement dans les échappements de son équipier et le dépasse finalement au virage 12. Chez Ferrari, on annonce de la "forte pluie" dans les derniers tours. Leclerc semble de plus en plus difficulté et voit Vettel et Sainz lui revenir dessus. En tête, Hamilton compte 23 secondes d'avance sur Pérez et 27 sur le Monégasque. Norris passe Stroll pour la huitième place après une erreur dans le virage 1, le Canadien, longtemps leader, vivant une fin de course pénible.

Hamilton s'inquiète de la pluie qui pourrait venir perturber les derniers virages avec des gommes passablement usées mais le Britannique, qui a fait tenir ses pneus intermédiaires à un rythme exceptionnel, n'a rien à craindre et l'emporte de superbe manière pour sceller son septième titre mondial !

Derrière, les Ferrari ont fondu sur Pérez, Leclerc parvient à dépasser le Mexicain mais commet une erreur au freinage du virage 12 et voit le Mexicain reprend sa position et Vettel en profiter pour passer également ! L'Allemand est sur le podium, son meilleur résultat de la saison !

Turkey Grand Prix de Turquie - Course

P. Pilote Constructeur Tours Temps Écart
1 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 58 1:42'19.313  
2 Mexico Sergio Pérez Racing Point 58 1:42'50.946 31.633
3 Germany Sebastian Vettel Ferrari 58 1:42'51.273 31.960
4 Monaco Charles Leclerc Ferrari 58 1:42'53.171 33.858
5 Spain Carlos Sainz Jr. McLaren 58 1:42'53.676 34.363
6 Netherlands Max Verstappen Red Bull 58 1:43'04.186 44.873
7 Thailand Alexander Albon Red Bull 58 1:43'05.797 46.484
8 United Kingdom Lando Norris McLaren 58 1:43'20.572 1'01.259
9 Canada Lance Stroll Racing Point 58 1:43'31.666 1'12.353
10 Australia Daniel Ricciardo Renault 58 1:43'54.773 1'35.460
11 France Esteban Ocon Renault 57 1 lap  
12 Russian Federation Daniil Kvyat AlphaTauri 57 1 lap  
13 France Pierre Gasly AlphaTauri 57 1 lap  
14 Finland Valtteri Bottas Mercedes 57 1 lap  
15 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 57 1 lap  
16 United Kingdom George Russell Williams 57 1 lap  
17 Denmark Kevin Magnussen Haas 55    
18 France Romain Grosjean Haas 49    
  Canada Nicholas Latifi Williams 39    
  Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 11    

partages
commentaires

Voir aussi :

LIVE F1 - Suivez le Grand Prix de Turquie en direct

Article précédent

LIVE F1 - Suivez le Grand Prix de Turquie en direct

Article suivant

Championnat - Lewis Hamilton Champion du monde pour la 7e fois

Championnat - Lewis Hamilton Champion du monde pour la 7e fois
Charger les commentaires
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021