Course - La 51e pour Hamilton, égal de Prost !

Lewis Hamilton a remporté un nouveau succès sans concurrence au Grand Prix du Mexique, remportant la 51e victoire de sa carrière : autant que le légendaire Alain Prost.

Course - La 51e pour Hamilton, égal de Prost !

Lewis Hamilton s'élançait de la pole position après avoir dominé tout au long du week-end son coéquipier Nico Rosberg, qui a toutefois accroché une place en première ligne à ses côtés. Derrière les Mercedes en gommes tendres, on retrouvait les Red Bull de Max Verstappen et Daniel Ricciardo en pneus supertendres. Romain Grosjean, en revanche, a pris le départ de la voie des stands.

Le départ a été chaotique, c'est le moins que l'on puisse dire. Hamilton a conservé la première place, mais sous la pression de ses rivaux, il a tiré tout droit au premier virage. Rosberg, quant à lui, s'est vu tassé dans l'herbe par Max Verstappen, même s'il est parvenu à rester devant. Plus loin, un accrochage entre Esteban GutiérrezPascal Wehrlein et Marcus Ericsson a contraint la Manor à l'abandon et la voiture de sécurité est intervenue pendant trois tours.

 

C'était l'occasion de rentrer au stand pour certains pilotes, notamment Ricciardo, qui a troqué ses supertendres pour un train de mediums, reprenant la piste en fond de peloton.

Lorsque le drapeau vert a été agité, Hamilton a rapidement acquis une avance de deux secondes sur Rosberg, qui s'est retrouvé sous la pression de Verstappen, alors que les commissaires écartaient toute sanction à l'égard du Néerlandais concernant l'incident du premier tour. Les écarts ont fini par se creuser entre les trois pilotes de tête.

Verstappen a pris le parti de rentrer au stand pour chausser des pneus medium dès la fin du 12e tour, alors que son coéquipier était déjà remonté au 10e rang, et a repris la piste à trois secondes de celui-ci.

Hamilton n'a cessé de creuser l'écart sur Rosberg, celui-ci atteignant près de six secondes lorsque le Britannique a changé de pneus à la fin du 17e tour pour prendre, comme tout le monde, un train de mediums. Rosberg, en revanche, a adopté une stratégie différente en retardant son arrêt au 20e tour.

Le pari de Vettel

Au même moment, Verstappen entrait dans la zone DRS de son coéquipier et lui mettait la pression. Le Néerlandais a trouvé l'ouverture sous peu. En tête de la course, on retrouvait alors Sebastian Vettel, parti en gommes tendres, qui n'a effectué son premier arrêt qu'au 32e tour. Jusque-là, la durée de vie de ses pneus était remarquable, car le rythme de la Ferrari n'a certainement pas pâti d'une éventuelle dégradation.

À ce stade de la course, Hamilton était en tête avec cinq secondes d'avance sur Rosberg, six sur Verstappen, dix sur Ricciardo, seize sur Räikkönen et dix-huit sur Vettel, ce dernier disposant donc de gommes bien plus fraîches.

Cependant, les écarts n'ont que peu évolué par la suite. Au 45e tour, Hamilton disposait d'une avance un peu réduite de quatre secondes sur Rosberg, six sur Verstappen, dix sur Ricciardo, quatorze sur Räikkönen et quinze sur Vettel, qui tentait de trouver l'ouverture sur son coéquipier. C'est justement le moment qu'a choisi le Finlandais pour rentrer au stand et chausser des pneus medium usés.

La lutte pour la deuxième place s'est animée au 50e tour, lorsque Rosberg a été gêné par Carlos Sainz, ce qui a permis à Verstappen de se rapprocher et de porter une attaque... toutefois mal maîtrisée, puisque le pilote Red Bull a bloqué ses roues et a tiré tout droit, permettant à son rival de reprendre son bien.

 

Dans la foulée, Ricciardo a chaussé des gommes tendres, reprenant la piste derrière Vettel. Le pari de Räikkönen et de Ricciardo, avec une stratégie à deux arrêts, n'a toutefois pas porté ses fruits, les deux hommes ne parvenant pas à gagner du terrain avec leurs gommes plus fraîches. À dix tours du but, Hamilton comptait 8 secondes d'avance sur Rosberg, 11 sur Verstappen, 14 sur Vettel et 23 sur Ricciardo.

Les dernières boucles ont été le théâtre d'une lutte acharnée entre Verstappen et Vettel pour la troisième marche du podium. L'Allemand a réduit l'écart à moins d'une seconde à cinq tours du but. Verstappen peinait à résister à sa pression, bloquant ses roues au premier virage et tirant tout droit à travers l'herbe, même s'il est parvenu à rester devant en coupant ainsi ce virage. Pendant ce temps, Ricciardo revenait sur leurs talons.

Toujours coincé derrière Verstappen, Vettel ne cachait pas sa frustration, en venant à insulter Verstappen à la radio. En effet, Ricciardo en a profité pour porter une attaque sur le pilote Ferrari, qui s'est décalé au freinage jusqu'à provoquer un léger contact avec la Red Bull. Vettel a conservé la quatrième place.

 

Lewis Hamilton remporte donc la 51e victoire de sa carrière et réduit son retard sur Nico Rosberg, deuxième de ce Grand Prix, à 19 points ! Max Verstappen a obtenu la troisième place, mais a écopé de cinq secondes de pénalité pour avoir coupé le virage devant Vettel. Le Néerlandais a appris la nouvelle dans la cool down room qui précède le podium ! Sebastian Vettel hérite de sa place sur le podium devant Daniel Ricciardo.

Suit Kimi Räikkönen, Nico Hülkenberg ayant laissé échapper la sixième place lorsqu'il était à la lutte avec le Finlandais avec un tête-à-queue coûteux.

 

Peinture Ayrton Senna - Lotus F1, de Mike Kim
Peinture Ayrton Senna - Lotus F1, de Mike Kim
Grand Prix du Mexique
 PiloteÉquipeTempsPts
01 L. Hamilton Mercedes 71 tours 25
02 N. Rosberg Mercedes +8.3 18
03 D. Ricciardo Red Bull +20.8 15
04 M. Verstappen Red Bull +21.3 12
05 S. Vettel Ferrari +27.3 10
06 K. Räikkönen Ferrari +49.3 8
07 N. Hülkenberg Force India +58.8 6
08 V. Bottas Williams +65.6 4
09 F. Massa Williams +76.2 2
10 S. Pérez Force India +76.7 1
11 M. Ericsson Sauber + 1 tour  
12 J. Button McLaren + 1 tour  
13 F. Alonso McLaren + 1 tour  
14 J. Palmer Renault + 1 tour  
15 F. Nasr Sauber + 1 tour  
16 C. Sainz Toro Rosso + 1 tour  
17 K. Magnussen Renault + 1 tour  
18 D. Kvyat Toro Rosso + 1 tour  
19 E. Gutiérrez Haas + 1 tour  
20 R. Grosjean Haas + 1 tour  
21 E. Ocon Manor + 2 tours  
  P. Wehrlein Manor Abandon  
partages
commentaires
Technique - Ricciardo et Verstappen divergent sur le monkey seat
Article précédent

Technique - Ricciardo et Verstappen divergent sur le monkey seat

Article suivant

Championnat - Les classements après le GP du Mexique

Championnat - Les classements après le GP du Mexique
Charger les commentaires
Jean Todt et Ferrari : l'hypothèse d'un nouveau chapitre Prime

Jean Todt et Ferrari : l'hypothèse d'un nouveau chapitre

Ce n'est qu'une hypothèse à ce stade, qui a pris corps ce mercredi dans la presse italienne. Quelle forme pourrait prendre l'éventuel retour de Jean Todt chez Ferrari en 2022 ?

Les notes du Grand Prix d'Arabie saoudite 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Arabie saoudite 2021

Après le Grand Prix d'Arabie saoudite, vingt-et-unième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
6 déc. 2021
Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen Prime

Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen

Mercedes a mené la danse lors des essais de la première course de Formule 1 à Djeddah, où Red Bull n'était pas dans le rythme, tant sur les tours lancés que sur les longs relais. Mais, si Max Verstappen peut inverser la tendance samedi, des facteurs familiers à la Formule E pourraient être décisifs dans un nouveau duel serré avec Lewis Hamilton.

Formule 1
4 déc. 2021
Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps Prime

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps

Les dirigeants de la Formule 1 ont toujours été très sélectifs dans les mots qu'ils ont utilisés pour décrire l'état de préparation du nouveau circuit qui accueille le Grand Prix d'Arabie saoudite.

Formule 1
3 déc. 2021
Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression Prime

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression

La pression est forte sur Red Bull et Mercedes, alors que débute le sprint final de la saison. La manière dont les deux équipes gèrent cette pression sera un facteur déterminant pour l'attribution des titres pilotes et constructeurs.

Formule 1
2 déc. 2021
L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica Prime

L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica

Quand on regarde la deuxième carrière de Robert Kubica en Formule 1, la tristesse peut vite prendre le dessus. Mais dans un tel contexte, les performances et les résultats ne sont pas ce qu'il y a de plus important…

Formule 1
1 déc. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
28 nov. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
27 nov. 2021