Course - Rosberg survit à la pneumopathie atypique

Nico Rosberg a remporté une victoire incroyable sur le Grand Prix de Grande-Bretagne après une course ayant vu deux interventions du Safety Car, conséquence de nombreuses explosions pneumatiques intempestives sur plusieurs monoplaces, et de...

Nico Rosberg a remporté une victoire incroyable sur le Grand Prix de Grande-Bretagne après une course ayant vu deux interventions du Safety Car, conséquence de nombreuses explosions pneumatiques intempestives sur plusieurs monoplaces, et de l'abandon du leader Sebastian Vettel en dernière partie de course.

L'Allemand, qui signe son second succès de la saison, est parvenu à résister à un Mark Webber extrêmement offensif et ayant chuté jusqu'au 15ème rang en début de course. Le podium est complété par Fernando Alonso, auteur de pluisieurs dépassements décisifs dans les dernières boucles intenses d'un GP qui restera l'une des épreuves les plus spectaculaires de la saison.

---

En dépit du fait de disposer de ses deux monoplaces sur la première ligne de la grille, Toto Wolff, de l’équipe Mercedes, estime que ce n’est pas face à Red Bull que Lewis Hamilton et Nico Rosberg se battront en course.

Réaliste, l’Autrichien sait que Mercedes a encore du travail à faire sur la gestion des pneus en longs relais et que plusieurs équipes contrôlent mieux les niveaux de dégradation des enveloppes Pirelli.


Massa sprinte au départ ; Grosjean et Webber se frottent Les Red Bull de Vettel et Webber sont en embuscade sur la seconde ligne de la grille, respectivement 3ème et 4ème au départ, donné par 31°C en piste (21°C dans l’air). A l’extinction des feux rouges, Vettel s’élance comme un diable hors de sa boîte et prend immédiatement le dessus sur Rosberg, tandis que Hamilton garde le commandement. Massa, 11ème sur la grille, prend un incroyable départ le voyant boucler le premier tour au 5ème rang, alors que Webber coule à la 15ème place et collecte des dégâts sur son aileron avant lors d’un rugueux contact avec Romain Grosjean au premier virage. L’Australien reste malgré tout en piste et se lance dans ce qui s’annonce comme une longue et difficile remontée. La Lotus du Franco-Suisse ne semble souffrir d’aucun dommage. Après 5 tours, Hamilton dispose de 2 sec d’avance sur Vettel et 3.5 sec sur Rosberg. Sutil est un solide 4ème, devant Massa, Räikkönen, Ricciardo, Alonso, Grosjean et Pérez. Parti 21ème, Di Resta pointe sa Force India au 16ème rang.
Hamilton et Massa voient leurs pneus exploser Le 7ème tour marque un rebondissement dramatique dans la course, alors que le pneu arrière gauche de Lewis Hamilton part en lambeaux et que la Mercedes de tête se retrouve sur la jante pour une longue partie du tour. Rejoignant les stands au ralenti, il cède le commandement à Vettel et reprend la piste en 18ème position devant les yeux hagards des spectateurs britanniques. C’est seulement quelques instants plus tard que Felipe Massa sort de piste, lui aussi avec un pneu arrière gauche ayant subi une déflagration similaire. Il s’agit du troisième problème sur un arrière gauche ce weekend, après le problème rencontré par Sergio Pérez en essais. C’est sous régime de drapeaux jaunes que le Brésilien rejoint les stands pour changer de train de pneus et vérifier l’état de l’arrière de sa monoplace. La "pneumonie" continue ; la crainte s’installe sous Safety Car Au 15ème tour, tous les leaders ont observé un premier arrêt aux stands. Vettel occupe la tête de la course lorsqu’un nouveau pneu Pirelli arrière gauche explose littéralement en ligne droite sur la monoplace de Jean-Eric Vergne, qui ne s’était pas encore arrêté aux stands. Décision est prise par Charlie Whiting, Directeur de Course, d’envoyer la voiture de sécurité en piste pour nettoyer les très nombreux débris en piste. Vettel est en tête, devant Rosberg, Sutil, Alonso et les Lotus de Räikkönen et Grosjean. Les craintes sont grandes sur le muret des stands au sujet de ces explosions spontanées des pneus. Les équipes pensent que la chaleur des pneus cumulée à l’attaque des vibreurs avec les grandes charges de carburant peuvent créer d’autres problèmes. Les pilotes reçoivent des consignes radio de prudence concernant la négociation des vibreurs et des contraintes imposées au pneu arrière gauche en particulier.

Reprise des hostilités en course Le Safety Car s’efface au début du 22ème tour. Aucun des pilotes touchés par les déflagrations pneumatiques n’a abandonné et les 22 monoplaces sont encore en course. Vettel conserve son avantage au restart, tandis que Webber, méritant est remonté au 8ème rang. Rosberg perd tour après tour du terrain sur Vettel mais reste sensiblement devant un groupe constitué de Sutil (P3), Alonso (P4), Räikkönen (P5), Grosjean (P6), Ricciardo(P7), Webber (P8) et Pérez (P9), se tenant dans 5 secondes. Initiée par Mark Webber, la valse des arrêts reprend son cours au 32ème passage. Hamilton et Di Resta donnent de quoi s’enthousiasmer au public local avec une passe d’armes vaillante durant plusieurs tours, dans le milieu de la hiérarchie. Un gouffre s’est créé entre Vettel et Rosberg (+2sec) et le reste du plateau, mené par Räikkönen, Webber et Alonso, au 40ème passage. Vettel abandonne, seconde voiture de sécurité Une clameur énorme retentit dans l’enceinte du circuit de Silverstone au moment où Sebastian Vettel gare sa RB9 dans la ligne droite des stands, transmission perdue. L’Allemand, leader du championnat du monde, qui n’avait pas terminé un seul GP 2013 en-dessous de la 4ème place, met pied à terre et laisse un boulevard ouvert devant lui, tandis que le Safety Car entre en piste une seconde fois pour évacuer la Red Bull, très mal garée. Rosberg, qui occupait la seconde place, passe aux stands pour changer de pneus et reprend la piste en tête, devant Räikkönen, Sutil, Ricciardo, Webber, Pérez, Button, Alonso, Hamilton et Grosjean. Six tours de sprint palpitants! La voiture de sécurité s’efface pour le début du 46ème des 52 tours. Alonso se lance à la chasse et prend le dessus sur Button pour le gain de la 7ème place. Un pneu arrière gauche explose sur la monoplace de Sergio Pérez (P6) après quelques instants, concluant un GP cauchemardesque pour Pirelli, au cœur de la polémique une nouvelle fois pour une autre raison encore. Fond plat endommagé, Pérez abandonne. Alonso dépasse Ricciardo et passe 5ème. L’Australien ne s’était pas arrêté pendant l’interruption et souffre désormais. Webber a des ailes au volant de sa Red Bull et prend le dessus avec autorité sur Räikkönen. P2, celui qui dispute son dernier GP de Grande-Bretagne part à l’assaut de Nico Rosberg, qui a trois tours pour combler 1.3 sec et ne pas se faire dépasser. Alonso, déchaîné, revient dans les échappements de Räikkönen et s’octroie une place sur le podium en prenant le dessus sur la Lotus du Finlandais au 50ème passage. Chaque point marqué est un point pris sur Sebastian Vettel au championnat pour l’un et l’autre. Iceman perd une nouvelle place au profit de Hamilton dans l’avant-dernier tour. Webber donne tout pour reprendre Rosberg, qui aborde le dernier tour avec 1.1 sec d’avance. Arrivé dans la zone d’activation du DRS, Webber reste trop loin de la Mercedes de l’Allemand dans le dernier tour pour pouvoir espérer passer dans les ultimes mètres de course : Rosberg signe sa seconde victoire de la saison d’un souffle.
 Grand Prix de Grande-Bretagne
Course
#
Pilote / Ecurie
Ecarts
Points
01     25
02   + 0.7 18
03   + 7.1 15
04   + 7.7 12
05   + 11.2 10
06   + 14.5 8
07   + 16.3 6
08   + 16.5 4
09   + 17.9 2
10   + 19.7 1
11   + 21.1  
12   + 25.0  
13   + 25.9  
14   + 26.2  
15   + 31.6  
16   + 36.0  
17   + 1:07.6  
18   + 1:07.7  
19   + 1 tour  
20   + 6 tours  
21   + 11 tours  
22   + 17 tours  

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mark Webber , Fernando Alonso , Lewis Hamilton , Felipe Massa , Nico Rosberg , Sebastian Vettel , Toto Wolff , Sergio Pérez , Romain Grosjean , Jean-Éric Vergne
Équipes Mercedes , Force India
Type d'article Actualités