Course - Verstappen écrit sa légende, Mercedes une page sombre !

partages
commentaires
Course - Verstappen écrit sa légende, Mercedes une page sombre !
Par : Fabien Gaillard
15 mai 2016 à 13:46

Dans un Grand Prix marqué d'emblée par l'accrochage des deux Mercedes, c'est Max Verstappen qui remporte une victoire incroyable, pleine de résistance face à Kimi Räikkönen !

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybridmène devant son équipier Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid, au départ de la course
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid, précède son équipier Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid, peu après le départ
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid, précède son équipier Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid, peu après le départ
La Mercedes AMG F1 W07 Hybrid de Nico Rosberg, Mercedes AMG F1, est retirée du bac à gravier après sa sortie de route du premier tour
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12, devant son équipier Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Jorge Lorenzo, pilote Yamaha en MotoGP avec Daniel Ricciardo, Red Bull Racing
Sebastian Vettel, Ferrari dans le parc fermé des qualifications
Romain Grosjean, Haas F1 Team VF-16
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR11
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Kimi Raikkonen, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari, dans le parc fermé des qualifications
Max Verstappen, Red Bull Racing RB12
Sebastian Vettel, Scuderia Ferrari

De nouveau en pole position après deux ennuis techniques lors des qualifications en Chine et en Russie, Lewis Hamilton espère conserver l'avantage de cette position ou, tout du moins, ne pas terminer le premier tour englué dans le peloton comme lors de ses quatre GP précédents. Nico Rosberg, en seconde place, reste sur quatre victoires consécutives et compte 43 points d'avance sur celui qui le devance sur la grille, de quoi voir venir.

Derrière les deux pilotes Mercedes, Daniel Ricciardo et Max Verstappen, désormais équipiers, se partagent une prometteuse deuxième ligne, devant les décevantes Ferrari de Kimi Räikkönen et Sebastian Vettel.

Avant le départ du tour de formation, l'on découvre que seul Rio Haryanto a opté pour des pneus mediums, une stratégie différente de celle des 21 autres pilotes qui sont, eux, chaussés de tendres.

Mercedes, collision des étoiles

Le départ du 940e GP de l'histoire de la Formule 1 est plutôt bon pour Hamilton mais le Britannique est passé par Rosberg au premier virage. Les deux hommes se suivent de près à l'entame du virage 4 et le triple Champion du monde tente de faire l'intérieur à son équipier, qui le tasse. Obligé d'aller dans l'herbe, Hamilton perd le contrôle de sa W07 et harponne Rosberg. Les deux Mercedes sont dehors !

 

La voiture de sécurité entre immédiatement en piste pour permettre de dégager les deux monoplaces, alors que les ralentis semblent montrer que l'Allemand n'a pas laissé assez de place à son équipier. Chose notable et rarissime : la direction de course s'est emparée de cet accrochage entre équipiers et prendra une décision après l'arrivée.

Red Bull vs Ferrari

Au moment du restart, au 4e tour, Ricciardo est en tête devant Verstappen et Sainz qui s'est faufilé devant les deux Ferrari de Vettel et Räikkönen. L'Australien s'active pour se mettre rapidement à l'abri du DRS de son nouvel équipier : dès le 5e tour il signe le meilleur tour en course pour se placer à 1''2 seconde de Verstappen.

Rapidement, Sainz se trouve sous la menace de Vettel mais parvient à repousser l'échéance jusqu'au 8e tou. L'Espagnol doit alors s'incliner face à la Ferrari n°5, qui compte déjà 6 secondes de retard sur Ricciardo. Au tour suivant, Räikkönen tente de faire de même mais, cette fois, Sainz résiste et oblige le Finlandais à quitter la piste pour prendre l'échappatoire du virage 1. La Ferrari n°7 retente sa chance lors de la boucle suivante et ne connaît, cette fois, aucun problème.

 

Libéré du bouchon Sainz, Vettel revient sur les Red Bull. La dégradation pneumatique est importante et oblige les pilotes à passer tôt par les stands. Ricciardo est le premier des leaders à le faire pour couvrir un potentiel retour de la Ferrari de Vettel. L'arrêt est impeccable, il repart en mediums. Verstappen devient du même coup le plus jeune pilote à mener une course ; le Néerlandais rentre changer de gommes au tour suivant. Vettel prend la tête devant Grosjean, alors que les deux hommes prolongent leur relais. Le Français est passé par Ricciardo au 14e tour, et Verstappen au 15e.

Quand Vettel s'immobilise, il ressort derrière les deux Red Bull mais devant son équipier. L'Allemand pourra profiter de l'absence de trafic pour essayer de revenir sur les RB12.  Les pilotes de tête sont tous en pneus mediums alors que le quart de l'épreuve, seulement, est passé. La course marque un temps de répit tandis que Bottas, Sainz, Pérez, Button, Alonso et Massa complètent le top 10 au 19e tour. Un train se forme d'ailleurs derrière le double Champion du monde espagnol.

Ricciardo tient l'undercut

La Ferrari n°5 revient à grandes enjambées sur les Red Bull. Au 22e tour, Hülkenberg connait un problème de moteur et s'immobilise dans une échappatoire du secteur 3 du circuit, où il s'occupe lui-même d'éteindre le début d'incendie.

 

 

Drapeaux jaunes mais pas plus, la voiture étant loin de la trajectoire de course. En tête, les trois hommes de tête rencontrent les premiers retardataires. Ricciardo butte sur la Manor de Haryanto qui sort juste des stands et permet le resserrement. Verstappen est dans la zone DRS de l'Australien à l'entame de la 25e boucle.

Quand la Manor s'écarte, les pilotes se tiennent en moins de 2''5 secondes. Dans le dernier secteur, les drapeaux jaunes sont enfin retirés après plus de six tours. Räikkönen, 4e, raccroche progressivement le wagon de tête. Au 29e tour, Ricciardo s'arrête à nouveau ; encore un changement rapide, cette fois pour des gommes tendres. Un tour plus tard, c'est Vettel qui fait de même. Verstappen reste quant à lui en piste et risque de payer ce choix, son équipier enchaînant les records du tour. Mais Vettel revient lui aussi sur l'Australien.

Au 35e tour, Verstappen s'arrête enfin pour monter des pneus mediums. Il est logiquement dépassé par Vettel. Un tour plus tard, Räikkönen fait de même. Les stratégies vont donc de pair : à Ricciardo et Vettel l'agressivité, à Verstappen et Räikkönen la conservation. Dans le même temps, les deux Haas se touchent mais sans dommages : Gutiérrez passe Grosjean. Par la suite, le Français perd pied et sort large dans un passage suivant ; il doit repasser par les stands, pour changer d'aileron avant.

 

Guerre stratégique

De manière étonnante, Ferrari fait de nouveau rentrer Vettel au 38e tour pour chausser les mediums ! L'Allemand repart logiquement en quatrième position mais gagne rapidement du terrain sur le leader, tout comme Verstappen et Räikkönen. Les deux équipes se livrent une bataille stratégique épique. Au 44e passage, Ricciardo entre à son tour aux stands pour chausser des mediums, forcément à distance de Vettel. Verstappen est donc en tête à 22 boucles de la fin, sous la menace du Finlandais de Ferrari.

Alors qu'Alonso doit mettre pied à terre dans le virage n°3, victime d'un problème de puissance, la Ferrari n°5 est revenue à moins d'une seconde de la Red Bull n°33. Le DRS peut donc être activé et Räikkönen se rapproche. Au 50e tour, il est dans les échappements du leader mais doit trouver la faille. Derrière eux, Ricciardo revient à pas de géant sur Vettel qui, lui, ne gagne plus de terrain sur le duo de tête.

 

Dans le 52e tour, Verstappen commet une erreur à l'entrée du dernier secteur, mais parvient à garder la Ferrari derrière lui. La bataille est intense entre les deux pilotes, séparés de 18 ans ! Le schéma est toujours le même : le Néerlandais réaccélère mieux à la sortie du dernier virage et l'avantage qu'il construit en début de ligne droite lui suffit à résister au Finlandais, malgré le DRS. La même lutte a lieu entre Vettel et Ricciardo pour la 3e position, mais l'Australien se montre très, très pressant sur l'Allemand.

La légende s'écrit

Malgré ces deux luttes, ces derniers reviennent sur le duo de tête, à huit tours du but. Dans le 59e tour, Ricciardo tente le coup et se jette à l'intérieur de Vettel dans le virage 1, mais l'Australien est clairement en survitesse et Vettel doit s'écarter pour éviter le choc. Ricciardo doit tirer large et laisser repasser la Ferrari. Vettel est furieux. Cela donne du répit au duo de tête. Il réessaie à nouveau au 61e mais il est bien trop loin et ne fait que perdre du temps face à au pilote allemand.

À cinq tours du but, Verstappen maintient la tête de la course face à Räikkönen malgré le trafic, très important à mesure que le damier approche. Ricciardo ralentit soudainement et doit céder face à... Daniil Kvyat à un tour de l'arrivée. Le pneu arrière gauche a crevé ! La tension est à son comble dans la dernière boucle mais le Néerlandais devient le plus jeune pilote de l'histoire à remporter une course !

Grand Prix d’Espagne 2016
 PiloteEcurieTempsPts
01   M. Verstappen   Red Bull 66 tours 25
02   K. Räikkönen   Ferrari +0.6 18
03   S. Vettel   Ferrari +5.5 15
04   D. Ricciardo   Red Bull +43.9 12
05   V. Bottas   Williams +45.2 10
06   C. Sainz   Toro Rosso +61.3 8
07   S. Pérez   Force India +79.5 6
08   F. Massa   Williams +80.7 4
09   J. Button   McLaren + 1 tour 2
10   D. Kvyat   Toro Rosso + 1 tour 1
11   E. Gutiérrez   Haas + 1 tour  
12   M. Ericsson   Sauber + 1 tour  
13   J. Palmer   Renault + 1 tour  
14   K. Magnussen   Renault + 1 tour  
15   F. Nasr   Sauber + 1 tour  
16   P. Wehrlein   Manor + 1 tour  
17   R. Haryanto   Manor + 1 tour  
    R. Grosjean   Haas Abandon  
    F. Alonso   McLaren Abandon  
    N. Hülkenberg   Force India Abandon  
    N. Rosberg   Mercedes Abandon  
    L. Hamilton   Mercedes Abandon  
Article suivant
Lauda - "Lewis a été trop agressif"

Article précédent

Lauda - "Lewis a été trop agressif"

Article suivant

Championnat - Les classements après l'Espagne

Championnat - Les classements après l'Espagne
Charger les commentaires