Course - Verstappen seul au monde, Norris prive Hamilton du podium

Max Verstappen était au-dessus de la mêlée au Grand Prix d'Autriche, remportant aisément la victoire devant un public acquis à sa cause. Lando Norris a créé la sensation en montant sur le podium malgré une pénalité de cinq secondes pour avoir tassé Sergio Pérez dans les graviers.

Course - Verstappen seul au monde, Norris prive Hamilton du podium

La première ligne de la grille de départ était extrêmement jeune pour ce Grand Prix d'Autriche, avec Lando Norris aux côtés du poleman Max Verstappen. Suivaient Sergio Pérez, Lewis Hamilton, Valtteri Bottas et Pierre Gasly. La plupart des pilotes ont pris le départ en pneus mediums, n'y faisant exception que Gasly, Tsunoda, Stroll et Vettel en tendres usés, ainsi que Sainz et Räikkönen en durs. Surtout, les nuages demeuraient menaçants, même si une course sur le sec restait probable.

Lire aussi :

Le top 6 n'a pas évolué au premier virage malgré un bon envol de Norris, qui a fait le 0-200 km/h en un dixième de seconde de moins que ses rivaux directs ; Verstappen a immédiatement pris la poudre d'escampette. Plus loin dans le peloton, Esteban Ocon s'est retrouvé pris en sandwich entre la Haas de Mick Schumacher et l'Alfa Romeo d'Antonio Giovinazzi. C'était l'abandon pour le pilote Alpine, suspension avant droite cassée, tandis que Giovinazzi a dû rentrer au stand. La course a été neutralisée pendant trois tours par la voiture de sécurité.

Pérez dans les graviers, pénalité pour Norris

Au restart, Pérez a tenté de faire l'extérieur à Norris aux virages 1, 3 et 4, mais il a été tassé dans les graviers à la sortie du virage 4 et a chuté au dixième rang. Il a suffi de quatre tours à Verstappen pour creuser un écart de trois secondes en tête de la course, pendant que Hamilton mettait la pression à Norris, sans porter d'attaque pour autant.

Après dix tours, Verstappen menait avec cinq secondes d'avance sur Norris et Hamilton, huit sur Bottas, 14 sur Gasly et 16 sur Yuki Tsunoda. Ce dernier a été le premier à rentrer au stand, après 12 des 71 tours, se débarrassant des tendres pour chausser les durs (non sans franchir la ligne blanche à l'entrée de la pitlane, ce qui allait lui valoir cinq secondes de pénalité... lors de ses deux arrêts du jour). Gasly a fait de même au passage suivant. Ils sont repartis avant-dernier et dernier.

Cela allait de mal en pis pour Pérez qui non seulement ne trouvait pas l'ouverture sur Daniel Ricciardo mais s'est même fait doubler par Charles Leclerc.

Au 20e tour, après les arrêts des quatre pilotes partis en pneus tendres (les AlphaTauri et les Aston Martin), Verstappen comptait neuf secondes d'avance sur Norris et Hamilton, 13 sur Bottas, 34 sur Ricciardo, 35 sur Leclerc et 36 sur Pérez. C'est à ce moment-là qu'une pénalité de cinq secondes a été annoncée pour Norris à la suite de l'incident avec Pérez, et que l'Anglais s'est incliné face à son compatriote de Mercedes.

Ricciardo est le pilote suivant à être rentré au stand, après 29 tours, chaussant les pneus durs et repartant 12e, pas si loin de Gasly. Norris et Bottas ont fait de même dans la 30e boucle, le pilote McLaren purgeant sa pénalité et rétrogradant au quatrième rang, puis c'est Hamilton qui a changé de pneus au 31e passage. Verstappen et Pérez l'ont fait à leur tour dans les deux tours suivants ; le Mexicain a ainsi fait l'undercut à Leclerc.

Leclerc dans les graviers, pénalités pour Pérez

La bataille pour la cinquième place virtuelle (Carlos Sainz ne s'étant pas encore arrêté) était animée entre Gasly, Ricciardo, Pérez et Leclerc... et Pérez a tassé Leclerc dans les graviers au virage 4, de la même manière qu'il en avait été victime face à Norris ! Sans surprise, il a reçu une pénalité de cinq secondes. Leclerc ne s'est pas laissé décontenancer et a de nouveau attaqué Pérez quelques instants plus tard... se faisant tasser dans les graviers à la sortie du virage 6. Le Mexicain a écopé d'une nouvelle sanction similaire.

 

Pendant ce temps, Verstappen continuait de s'échapper face aux Mercedes, avec 20 secondes d'avance sur Hamilton au 48e tour, mais contre toute attente, Norris réduisait l'écart sur les Flèches d'Argent. Hamilton souffrait de dégâts au fond plat consécutifs à des passages sur le vibreur.

Sainz a enfin effectué son premier et unique arrêt à ce moment-là, alors que Gasly venait d'en effectuer un second, le Français se retrouvant hors des points tandis que l'Espagnol repartait neuvième et dépassait immédiatement Tsunoda.

Hamilton laisse passer Bottas

Il a finalement été demandé à Hamilton de laisser passer Bottas afin de sauver au moins une Mercedes face à la menace Norris, à raison : le pilote McLaren a trouvé l'ouverture dès le tour suivant et s'est emparé de la troisième place. Hamilton est aussitôt rentré au stand pour chausser un nouveau train de durs, mais n'était même pas suffisamment rapide pour faire le meilleur tour en course. Verstappen, lui, avait suffisamment d'avance pour faire un arrêt à 11 tours du but et être équipé de pneus neufs : il avait une coupure sur le pneu arrière droit.

Pendant ce temps, la bataille pour la cinquième place virtuelle (Pérez ayant dix secondes de pénalité) se résumait à un duel entre Ricciardo et Leclerc, auquel allait toutefois se joindre Sainz dans les derniers tours. Le Monégasque a laissé passé son coéquipier, équipé de gommes moins usées, au 66e tour. Sainz a trouvé l'ouverture avec l'aide du DRS au 70e passage.

Pendant ce temps, Verstappen signait le grand chelem avec la pole position, le meilleur tour et toute la course en tête. Bottas et Norris l'ont accompagné sur le podium, devant Hamilton et Sainz, qui s'est maintenu de justesse à moins de dix secondes de Pérez sur la ligne, le Mexicain étant pénalisé.

Suivaient Ricciardo, Leclerc et Gasly, tandis que George Russell a opposé une résistance farouche à Fernando Alonso pour la dixième place mais a finalement cédé à quelques tours du but. Les points lui échappent encore. Juste derrière, le dernier tour a été le théâtre d'un spectaculaire accrochage entre Kimi Räikkönen et Sebastian Vettel pour la 12e place au virage 5. Le Finlandais a fini 16e, l'Allemand a été contraint à l'abandon, et cet incident fera l'objet d'une enquête ultérieure des commissaires.

Austria Grand Prix d'Autriche 2021

P. Pilote Constructeur Tours Écart
1 Netherlands Max Verstappen Red Bull 71  
2 Finland Valtteri Bottas Mercedes 71 17.973
3 United Kingdom Lando Norris McLaren 71 20.019
4 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 71 46.452
5 Spain Carlos Sainz Jr. Ferrari 71 57.144
6 Mexico Sergio Pérez Red Bull 71 57.915
7 Australia Daniel Ricciardo McLaren 71 1'00.395
8 Monaco Charles Leclerc Ferrari 71 1'01.195
9 France Pierre Gasly AlphaTauri 71 1'01.844
10 Spain Fernando Alonso Alpine 70  
11 United Kingdom George Russell Williams 70  
12 Japan Yuki Tsunoda AlphaTauri 70  
13 Canada Lance Stroll Aston Martin 70  
14 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 70  
15 Canada Nicholas Latifi Williams 70  
16 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 70  
17 Germany Sebastian Vettel Aston Martin 69  
18 Germany Mick Schumacher Haas 69  
19 Russian Federation Nikita Mazepin Haas 69  
  France Esteban Ocon Alpine 0  

partages
commentaires
Ocon, hors course dès le 1er tour : "On ne peut pas faire pire"
Article précédent

Ocon, hors course dès le 1er tour : "On ne peut pas faire pire"

Article suivant

GP d'Autriche : les meilleurs tours en course

GP d'Autriche : les meilleurs tours en course
Charger les commentaires
Jean Todt et Ferrari : l'hypothèse d'un nouveau chapitre Prime

Jean Todt et Ferrari : l'hypothèse d'un nouveau chapitre

Ce n'est qu'une hypothèse à ce stade, qui a pris corps ce mercredi dans la presse italienne. Quelle forme pourrait prendre l'éventuel retour de Jean Todt chez Ferrari en 2022 ?

Les notes du Grand Prix d'Arabie saoudite 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Arabie saoudite 2021

Après le Grand Prix d'Arabie saoudite, vingt-et-unième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
6 déc. 2021
Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen Prime

Ces facteurs "FE" qui peuvent influencer la lutte Hamilton-Verstappen

Mercedes a mené la danse lors des essais de la première course de Formule 1 à Djeddah, où Red Bull n'était pas dans le rythme, tant sur les tours lancés que sur les longs relais. Mais, si Max Verstappen peut inverser la tendance samedi, des facteurs familiers à la Formule E pourraient être décisifs dans un nouveau duel serré avec Lewis Hamilton.

Formule 1
4 déc. 2021
Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps Prime

Pourquoi Djeddah est le plus grand saut dans l'inconnu depuis longtemps

Les dirigeants de la Formule 1 ont toujours été très sélectifs dans les mots qu'ils ont utilisés pour décrire l'état de préparation du nouveau circuit qui accueille le Grand Prix d'Arabie saoudite.

Formule 1
3 déc. 2021
Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression Prime

Patrons et membres d'écurie : la vie sous haute pression

La pression est forte sur Red Bull et Mercedes, alors que débute le sprint final de la saison. La manière dont les deux équipes gèrent cette pression sera un facteur déterminant pour l'attribution des titres pilotes et constructeurs.

Formule 1
2 déc. 2021
L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica Prime

L'inspirant témoignage de résilience de Robert Kubica

Quand on regarde la deuxième carrière de Robert Kubica en Formule 1, la tristesse peut vite prendre le dessus. Mais dans un tel contexte, les performances et les résultats ne sont pas ce qu'il y a de plus important…

Formule 1
1 déc. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (2/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
28 nov. 2021
Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2) Prime

Ces champions que l'on a rarement vus en tête (1/2)

Il est déjà arrivé 22 fois que le pilote couronné en Formule 1 ne soit pas celui qui a parcouru le plus de kilomètres en tête cette saison-là. Si Lewis Hamilton est sacré à Abu Dhabi, il rejoindra ce clan étonnant. En voici dix exemples parmi les plus marquants.

Formule 1
27 nov. 2021