Course - Verstappen et Red Bull offrent une leçon de stratégie à Mercedes

Max Verstappen (Red Bull) a remporté le Grand Prix du 70e Anniversaire devant les Mercedes de Lewis Hamilton et Valtteri Bottas. Le Néerlandais a profité de sa stratégie de départ pour vaincre les W11.

Course - Verstappen et Red Bull offrent une leçon de stratégie à Mercedes

Une semaine après le GP de Grande-Bretagne, la F1 se retrouve à nouveau à Silverstone pour la course célébrant son 70e anniversaire, elle qui est née sur l'ancien aérodrome de la Royal Air Force le 13 mai 1950. Et pour l'occasion, une incertitude : celle des pneus.

Lors du week-end précédent, tous n'ont pas tenu la distance et pour cette nouvelle épreuve, ils sont encore plus tendres. En dehors de Max Verstappen qui s'est qualifié avec, Sebastian Vettel, Carlos Sainz, Daniil Kvyat et Kimi Räikkönen choisissent de démarrer en pneus durs (blancs) quand le reste des pilotes sont en pneus mediums (jaunes). Il fait 24°C dans l'air et 42°C sur la piste au moment du tour de formation.

Lire aussi :

Vettel, l'erreur dès le départ

Au moment de l'extinction des feux, Bottas conserve la tête alors que Verstappen suprend Hülkenberg pour la troisième place dès les premiers mètres. Dans le reste du peloton, Vettel est victime d'une sortie de piste après une perte de contrôle dans l'enchaînement des deux premiers virages. Par chance, personne ne percute la Ferrari qui traverse la piste et le peloton en perdition. Il peut repartir mais en dernière position.

Dans le premier tour, les deux Mercedes s'affrontent dans Brooklands puis Luffield mais Bottas maintient son avantage et trouve un peu d'air dans la suite du tour. Après deux boucles, Bottas compte 1 seconde d'avance sur Hamilton, 3 sur Verstappen, 4,6 sur Hülkenberg et 6,2 sur Stroll. Suivent ensuite, dans le top 10, Ricciardo, Gasly, Norris, Albon et Leclerc.

Après six tours de course, Albon est le premier à passer au stand et échange ses mediums contre des durs. Aux avant-postes, Bottas est déjà averti qu'il lui faut gérer son pneu avant gauche. Le Finlandais compte 1,3 seconde d'avance sur son équipier et 3,1 sur Verstappen qui reste en embuscade sur ses gommes dures. Gasly passe à son tour au stand, lui aussi pour passer aux durs.

Les pneus entrent en jeu

L'écart entre les trois premiers se resserre au 10e tour, avec désormais 2,1 secondes entre Bottas et Verstappen. Au 12e tour, Hamilton est plus que jamais sous la menace du Néerlandais, avec des pneus arrière dégradés. Il commence à perdre beaucoup de temps sur son équipier. Norris s'arrête à la fin de ce tour.

Au tour suivant, Bottas s'arrête au stand et repart sixième, alors que le sextuple Champion doit encore résister un tour à la Red Bull. Hamilton s'arrête au passage suivant et repart derrière Leclerc qui ne s'est toujours pas arrêté. Il dépasse rapidement le Monégasque dans Hangar Straight.

Au 15e tour, Verstappen est en tête avec une dizaine de secondes d'avance sur Stroll, car Hülkenberg s'est arrêté, tout comme Ricciardo. Derrière, les Mercedes sont repoussées à 13 et 16 secondes respectivement. Stroll s'arrête à la fin du 18e tour, laissant la deuxième place à Bottas. La lutte fait rage à la 13e place entre Gasly, dont les pneus durs sont déjà bien entamés, et Albon. Leclerc, après être passé lui aussi par les stands pour chausser des durs, prend l'avantage sur Norris pour la 10e position.

Tranquille comme Verstappen

En tête, au 20e tour, Verstappen ne s'arrête toujours pas et creuse même l'écart sur les Flèches d'Ébène. Hamilton est prévenu à la radio : le #33 est sur une stratégie à un tour. Albon prend l'avantage sur Gasly, alors que Magnussen est sous enquête des commissaires pour un contact avec Latifi à la suite d'un retour en piste cavalier dans Stowe ; il écopera d'une pénalité de cinq secondes. Sainz, qui était quatrième, s'arrête au 22e passage ; l'arrêt n'est pas très bon car, une fois relâché, l'Espagnol doit freiner pour ne pas repartir dans le chemin d'un autre pilote.

Verstappen caracole en tête en creusant un écart important et ne semble pas touché par la dégradation alors que les Mercedes sont en souffrance. Hamilton, particulièrement, semble en difficulté et perd beaucoup de temps. Verstappen s'arrête en fin de 26e tour pour passer les mediums mais, une fois n'est pas coutume, l'arrêt ne se passe pas idéalement. Cela le fait ressortir juste derrière Bottas mais il se joue sans difficulté du Finlandais à Brooklands et surtout Luffield où il efface la Mercedes à la réaccélération.

Au 28e tour, Verstappen a creusé un écart de deux secondes qui semble se stabiliser, tout comme celui entre Bottas et Hamilton. Hülkenberg et Stroll sont à 16 et 18 secondes. Vettel, pendant ce temps-là, coincé derrière un groupe de pilotes, s'en prend vertement à son équipe à la radio. Un message qui plaira sans doute aux dirigeants de la Scuderia.

Hamilton allonge mais Verstappen l'emporte

Au 30e tour, Verstappen reçoit la consigne d'attaquer sans retenue. Ricciardo quant à lui part à la faute dans la lutte avec Sainz pour la neuvième place après le virage 3, au même endroit/moment où Kvyat s'est joué d'Ocon pour la septième position. À la fin du 32e tour, le message de Red Bull devient clair : Verstappen et Bottas passent au stand pour chausser des durs neufs, offrant la tête à Hamilton. Le Britannique est sur des pneus très usés. Cependant, il maintient son avantage et reste en piste malgré les cloques.

Après 35 tours, Hamilton est en tête avec 11,1 secondes d'avance sur Verstappen et 13,6 sur Bottas. Le Britannique semble sérieusement envisager de poursuivre son relais et son équipe le rassure sur la tenue des pneus. En tout cas, l'écart avec le second ne fond pas de manière incontrôlable. Derrière, un étonnant Leclerc revient sur Bottas pour la troisième place.

Après 40 tours, Verstappen commence à reprendre du terrain sur Hamilton. Mais le #44 s'arrête finalement à la fin du 41e passage, pour monter des pneus durs. Le Néerlandais retrouve les commandes à dix tours du but. Hamilton revient rapidement sur Leclerc et le dépasse, malgré un mouvement au dernier moment du pilote Ferrari, dans Stowe. Entre-temps, Hülkenberg, cinquième, a passé les tendres et se trouve désormais septième.

Pendant que Verstappen s'envole vers la victoire, Hamilton revient au 49e tour sur Bottas dans la lutte pour la deuxième place. Les deux hommes sont libres de se battre. La bataille tourne court : Hamilton s'impose dès Brooklands dans la 50e boucle et creuse vite l'écart. Albon s'empare de son côté de la cinquième place face à Stroll.

Max Verstappen plaisante avec son ingénieur de course avant d'entamer le dernier tour. Le Néerlandais remporte le Grand Prix du 70e Anniversaire, avec dix secondes d'avance sur Lewis Hamilton et 19 sur Valtteri Bottas.

United Kingdom Grand Prix du 70e Anniversaire - Course

P. Pilote Constructeur Tours Écart
1 Netherlands Max Verstappen Red Bull 52  
2 United Kingdom Lewis Hamilton Mercedes 52 11.326
3 Finland Valtteri Bottas Mercedes 52 19.231
4 Monaco Charles Leclerc Ferrari 52 29.289
5 Thailand Alexander Albon Red Bull 52 39.146
6 Canada Lance Stroll Racing Point 52 42.538
7 Germany Nico Hülkenberg Racing Point 52 55.951
8 France Esteban Ocon Renault 52 1'04.773
9 United Kingdom Lando Norris McLaren 52 1'05.544
10 Russian Federation Daniil Kvyat AlphaTauri 52 1'09.669
11 France Pierre Gasly AlphaTauri 52 1'10.642
12 Germany Sebastian Vettel Ferrari 52 1'13.370
13 Spain Carlos Sainz Jr. McLaren 52 1'14.070
14 Australia Daniel Ricciardo Renault 51  
15 Finland Kimi Räikkönen Alfa Romeo 51  
16 France Romain Grosjean Haas 51  
17 Italy Antonio Giovinazzi Alfa Romeo 51  
18 United Kingdom George Russell Williams 51  
19 Canada Nicholas Latifi Williams 51  
  Denmark Kevin Magnussen Haas 43  
partages
commentaires
LIVE F1 - Suivez le GP du 70e Anniversaire en direct
Article précédent

LIVE F1 - Suivez le GP du 70e Anniversaire en direct

Article suivant

Max Verstappen élu "Pilote du Jour" du GP du 70e Anniversaire 2020

Max Verstappen élu "Pilote du Jour" du GP du 70e Anniversaire 2020
Charger les commentaires
La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1 Prime

La F1 ne manquera pas à Räikkönen, mais il manquera à la F1

Trois ans après sa dernière victoire en Formule 1, à Austin, Kimi Räikkönen est désormais à quelques Grands Prix de mettre un terme à la plus longue carrière de l'Histoire. Son ami et ancien attaché de presse au sein de l'équipe de rallye Ice1 Racing, Anthony Peacock, explique pourquoi il laissera un vide tout en s'épanouissant dans une nouvelle vie.

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost Prime

Il y a 35 ans, le deuxième titre quasi inespéré de Prost

Le 26 octobre 1986, Alain Prost décrochait son deuxième titre mondial consécutif, à l'issue d'un Grand Prix d'Australie de folie, ponctué de nombreux rebondissements et retournements de situation. Récit.

Formule 1
26 oct. 2021
Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021 Prime

Les notes du Grand Prix des États-Unis 2021

Après le Grand Prix des États-Unis, dix-septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
25 oct. 2021
Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan Prime

Quand Briatore tendait un piège à Zanardi et Jordan

Alessandro Zanardi a bien cru qu'il allait pouvoir faire ses débuts à domicile au Grand Prix d'Italie 1991, mais il ne s'est pas rendu compte que Flavio Briatore était en train de lui tendre un piège.

Formule 1
23 oct. 2021
Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1 Prime

Denny Hulme, le plus méconnu des Champions du monde F1

Le 22 octobre 1967, Denny Hulme était sacré, au nez et à la barbe des stars de l'époque. Retour sur la carrière du plus méconnu des Champions du monde de la discipline reine.

Formule 1
22 oct. 2021
Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1 Prime

Les dernières péripéties de l'unique équipe brésilienne de F1

Emerson Fittipaldi est surtout connu pour ses deux titres de Champion du monde de F1 et ses deux victoires aux 500 Miles d'Indianapolis. Mais le Brésilien a également enfilé la casquette de directeur d'équipe. L'ancien designer de l'écurie Fittipaldi, Tim Wright, revient sur une période marquée par des conflits internes, un financement limité et des résultats blancs en dépit d'un excellent casting.

Formule 1
21 oct. 2021
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021