Course - Vettel assomme un peu plus le championnat

En s'imposant de main de maître à Monza, Sebastian Vettel a fait un pas supplémentaire vers un quatrième titre mondial ce dimanche

En s'imposant de main de maître à Monza, Sebastian Vettel a fait un pas supplémentaire vers un quatrième titre mondial ce dimanche. Dominateur de bout en bout malgré une petite frayeur au premier freinage, l'Allemand n'a jamais tremblé et a tout simplement exploité au mieux la supériorité de sa machine. Deuxième, Fernando Alonso ne peut que constater l'écart qui augmente encore au classement du championnat.

Malgré une ondée à une demi-heure du départ, c'est sur une piste sèche et avec des pneus slicks que les 22 pilotes du plateau prennent place sur la grille de départ. Toutefois, le ciel reste très menaçant et chargé de nuages noirs au-dessus du circuit de Monza. Auteur d'un temps canon la veille, Sebastian Vettel s'élance depuis la pole position, avec à ses côtés son équipier Mark Webber. Tous les pilotes ont fait le choix des pneus médiums, exceptés Kimi Räikkönen, Lewis Hamilton et Esteban Gutierrez, chaussés de pneus durs.

Vettel s'envole, Räikkönen piégé au premier freinage

Comme de coutume à Monza, le freinage à la première chicane est chaotique. Si Vettel a pris un très bon envol malgré un gros blocage de roue au freinage, c'est Massa qui fait la meilleure opération en s'emparant de la deuxième place. Derrière, c'est la foire d'empoigne dans le milieu du peloton, notamment entre Räikkönen et Pérez. Le Finlandais accroche l'arrière de la McLaren, endommageant son aileron avant. Le pilote Lotus rentre donc au stand dès la fin du premier tour pour réparer et chausser des pneus médiums. Devant, Hülkenberg a également fait les frais du départ, en se retrouvant cinquième, tandis que di Resta se manque au freinage de la deuxième chicane et doit abandonner après n'avoir pas pu éviter la Lotus de Grosjean.

Alors quatrième, Alonso prend le dessus sur Webber dès le troisième tour, au prix d'une manœuvre musclée dans la deuxième chicane. L'aileron arrière de l'Australien heurte d'ailleurs légèrement la roue arrière-gauche de l'Espagnol. Pendant que Vettel signe le meilleur tour en course, Alonso prend logiquement l'avantage sur son équipier, qui n'oppose évidemment aucune résistance. Alonso pointe alors à quatre secondes du leader. Plus loin, la bagarre fait rage pour la neuvième place, entre Vergne, Button, Hamilton et Grosjean qui se rendent coup pour coup. En difficulté, le pilote Mercedes est victime d'une crevaison lente, mais la panne de radio empêche le Britannique d'entendre l'ordre de retour au stand. Il s'arrête finalement au 14e tour pour repartir en pneus médiums.
Vergne de nouveau frappé par la malchance
Après 15 tours, alors qu'il réalise un début de course remarquable et occupe la neuvième place, Jean-Eric Vergne voit une fumée blanche s'échapper de l'arrière de sa monoplace et doit s'immobiliser immédiatement pour abandonner. La malchance frappe de nouveau le Français, qui disposait d'une voiture très compétitive ce week-end. En témoigne la 7e place toujours tenue par Daniel Ricciardo. En tête de course, l'écart entre Vettel et Alonso se stabilise à 6.5 secondes après vingt tours. Parmi les pilotes du top 10, Grosjean est le premier à observer son arrêt au stand pour chausser les pneus mediums, avant que Button ne l'imite un tour plus tard et ressorte de la pitlane devant la Lotus du Français. Au 24e tour, les deux Red Bull de Vettel et Webber s'arrêtent simultanément, laissant Alonso s'emparer du leadership. Ferrari tente de rallonger le premier relais de son pilote pour faire la différence en le laissant en piste, ce que Mercedes fait également avec Nico Rosberg. Un peu plus loin, le duel entre Massa et Webber a tourné à l'avantage de ce dernier grâce au jeu des arrêts au stand. C'est quatre tours après Vettel qu'Alonso observe son arrêt, pour sortir de nouveau intercalé entre les deux Red Bull.
Hamilton et Räikkönen contraints à deux arrêts
Avec leurs stratégies décalées, Räikkönen et Hamilton pointent désormais en cinquième et septième position à l'amorce du 30e tour. Le Finlandais s'arrête alors une deuxième et dernière fois. Dans le même temps, Hamilton a pris le dessus sur son équipier Rosberg et met Hülkenberg sous pression pour le gain de la 5e place, qu'il récupère finalement entre les deux premières chicanes du circuit. Mais il est lui aussi contraint de s'arrêter une deuxième fois au 39e tour, et repart dans les échappements de Räikkönen. Les deux hommes sont alors 13e et 14e. A l'avant de la course, Vettel gère parfaitement sa confortable avance de 11 secondes sur Alonso. En revanche, le pilote Ferrari est de plus en plus sous la menace de Webber, qui peut alors utiliser le DRS pour effectuer une tentative de dépassement. Malheureusement pour l'Australien, sa boîte de vitesses commence à connaître des ratés entre le deuxième et le troisième rapport. Relégués hors des points mais bénéficiant de pneus neufs, Räikkönen et Hamilton taillent la route en fin de course pour tenter de rentrer dans le top 10. Gutiérrez puis Sutil en sont les deux premières victimes, avec notamment un magnifique dépassement par l'extérieur de Räikkönen sur la Force India à l'entrée de la Parabolique. Le duel se profile entre les deux Champions du Monde et Hamilton prend le meilleur à quatre tours du drapeau à damiers. Alors que les deux McLaren de Pérez et Button sont à la lutte, Hamilton continue sa remontée et parvient à entrer de nouveau dans les points. Les différences de fraîcheur des pneumatiques joue un rôle déterminant en cette fin de course, avec une belle bagarre qui prend corps également entre Ricciardo et Grosjean. A la peine en début de course, le Français se montre alors menaçant sur la Toro Rosso, mais ne parvient finalement pas à doubler l'Australien. Devant, Sebastian Vettel achève son cavalier seul en tête de la course en signant sa sixième victoire cette saison, la 32e de sa carrière. L'Allemand prend même le temps de s'excuser pour son gros blocage de roue lors du premier freinage au départ. Derrière, Fernando Alonso a tenu la deuxième place devant un Mark Webber en délicatesse avec sa boîte de vitesses.
 Grand Prix d'Italie - Course
# Pilote / Ecurie Ecart Points
01 53 tours  25
02 + 5.4 sec  18
03 + 6.3 sec  15
04 + 9.3 sec  12
05 + 10.3 sec  10
06 + 10.9 sec  8
07 + 32.3 sec  6
08 + 33.1 sec  4
09 + 33.5 sec  2
10 + 38.3 sec  1
11 + 38.6 sec   
12 + 39.7 sec   
13 + 40.8 sec   
14 + 49.0 sec   
15 + 56.8 sec   
16 + 1 tours   
17 + 1 Tours   
18 + 1 Tours   
19 + 1 Tours   
20 + 1 Tours   
21 + 38 Tours   
22 + 53 Tours   

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Mark Webber , Kimi Räikkönen , Fernando Alonso , Lewis Hamilton , Nico Rosberg , Sebastian Vettel , Daniel Ricciardo , Esteban Gutiérrez , Jean-Éric Vergne
Équipes McLaren , Toro Rosso , Mercedes , Force India , Ferrari
Type d'article Actualités