Course : Vettel et Alonso font le break sur Räikkönen

Sebastian Vettel a signé son troisième succès de la saison en remportant le Grand Prix du Canada, au terme d'une course dominée de la tête et des épaules

Sebastian Vettel a signé son troisième succès de la saison en remportant le Grand Prix du Canada, au terme d'une course dominée de la tête et des épaules. Le leader du championnat du monde (132 pts) asseoit un peu plus son avance sur Fernando Alonso (96 pts), second après être parti depuis la 6ème place, et Lewis Hamilton, méritant troisième avec une Mercedes rendant ne disposant pas encore une gestion des pneus optimale.

---

Bottas ne fait guère illusion

Le départ du Grand Prix du Canada est donné par des températures plus élevées que lors des qualifications, le mercure de la piste affichant 30°C (24°C dans l’air). Toute la grille a adopté les pneus supertendres pour le départ, à l’exception de Di Resta, Button, Grosjean, Bianchi et Chilton.
Poleman, Sebastien Vettel s’élance parfaitement et garde aisément son avantage sur Hamilton, tandis que Bottas, parti 3ème sur la grille au volant de la Williams, concède d’emblée deux positions au profit de Rosberg et Webber. Le Finlandais ne peut résister que jusqu’à la ligne droite à l’assaut de Fernando Alonso, qui s’empare de la 5ème place.



Ricciardo est l’auteur d’un solide premier tour et gagne deux positions, en dépassant notamment Räikkönen. Avec la seconde Lotus, Grosjean, parti en mediums, se montre très précautionneux et pointe 20ème au terme du premier tour, après avoir pris le dessus sur les deux Marussia. Vettel creuse son trou Bottas doit concéder une nouvelle position à Jean-Eric Vergne dans le sixième passage. Sutil essaie d’engouffrer sa Force India dans l’espace créé par le Français mais se manque face à la résistance propre de Bottas, et part en tête à queue, évitant de justesse d’être accroché par le train arrivant sur lui. Après neuf boucles, Vettel compte déjà 5.1 sec d’avance sur Hamilton, qui s’est lui-même ménagé une avance de 4.1 sec sur son coéquipier Rosberg. Le Champion du Monde en titre pousse, et frotte le mur sans dommages, exploitant toute la largeur de piste disponible. Massa, parti 16ème, est l’un des animateurs du début de course, dépassant méthodiquement ses concurrents pour remonter jusqu’au 10ème rang. Les stratégies pneumatiques se dévoilent progressivement Les premiers arrêts interviennent déjà au 12ème passage pour plusieurs pilotes. Rosberg s’arrête au 13ème passage et dévoile une partie de sa stratégie en rechaussant les supertendres. L’Allemand est encore destiné à au moins un arrêt pour les mediums. Vettel et Alonso s’arrêtent au terme de leur 16ème passage et chaussent les mediums, s’engageant vers un relais plus endurant.

Mercedes ne place pas tous ses œufs dans le même panier stratégique. Hamilton, qui disposait de la tête de la course suite aux arrêts de ses rivaux, observe son premier stop au 18ème passage et chausse les mediums. Maldonado écope d’un drive-through pour avoir engendré une collision avec Sutil au freinage de l’épingle. Le cavalier seul de Vettel se poursuit devant, le N°1 disposant de près de 12 secondes d’avance au 22ème passage. Räikkönen signe son arrêt aux stands au 22ème passage pour chausser les mediums. Lotus espère permettre au Finlandais de rallier l’arrivée en un arrêt unique. Iceman per quelques précieux dixièmes avec une roue arrière droite prenant du temps à être replacée. Avec sa stratégie décalée, Romain Grosjean, toujours avec son train de mediums du départ, occupe la 8ème position au 25ème passage, à 50 secondes du leadership. De son côté, Vettel ne relâche pas ses efforts, en dépit d’un matelas de 16 secondes.

Webber et Alonso à la chasse aux Mercedes Nico Rosberg, troisième, se retrouve bientôt sous la pression directe de Mark Webber et Fernando Alonso. La Red Bull et la Ferrari perdent un temps considérable derrière la Flèche d’Argent du vainqueur du GP de Monaco. Webber passe à la faveur du DRS avant la chicane dans le 30ème passage. Alonso suit dans la foulée dans la ligne droite des stands et laisse Rosberg au 5ème rang. La chasse à Hamilton, dix secondes devant le duo, est engagée. Libéré, Webber signe immédiatement le meilleur tour en course, tandis que Rosberg passe aux stands pour un second arrêt et chausse les mediums. Webber se retrouve piégé par Giedo van der Garde au moment de lui prendre un tour à l’épingle. Les deux hommes se touchent, le Néerlandais étant mené en tête-à-queue lors du 36ème tour. Le rookie sera pénalisé par un stop and go de 10 secondes. L’Australien a perdu une dérive de son aileron avant, sans pour autant réduire l’agilité de sa RBR dans les entrées en virage et compromettre ses temps au tour. Webber et Alonso mènent un train d’enfer, tournant jusqu’à une seconde au tour plus vite que Vettel et Hamilton. Alonso parvient à prendre le dessus sur la Red Bull dans la ligne droite des stands au 41ème passage et monte virtuellement sur le podium. Grosjean et Di Resta font le travail en mediums Appliqué et endurant, Grosjean ne s’est pas encore arrêté après 42 boucles, lorsque Vettel lui prend un tour. Le franco-suisse s’accroche toujours au 8ème rang et observe enfin son arrêt pour finir avec un sprint en supertendres. Il reprend la piste au 11ème rang et peut attaquer à plein pot, comme l’an dernier, lorsqu’il avait signé la seconde position, sa meilleure arrivée en Grand Prix. Las, il repassera par les stands pour un second arrêt au 55ème tour, pour un train de mediums. La Lotus ne semble pas à l'aise avec le mélange le plus tendre.

Seul Paul di Resta, 7ème, ne s’est pas encore arrêté, passant par les stands au 57ème passage! L'Ecossais avait connu une grosse désillusion en qualifications, sa monoplace particulièrement douce avec les pneus ayant du mal à faire monter les intermédiaires en températures par les conditions fraiches et humides de samedi. Webber et Alonso passent une dernière fois par les stands et font le choix de terminer la course en mediums, tout comme Vettel, qui s’assure une fin de course des plus sereines. Hamilton sent de plus en plus la pression se rapprocher, l’écart fondant au rythme de près d’une demi-seconde au tour. La cerise sur le gâteau pour Alonso A dix boucles de l'arrivée, Hamilton subit l'intense pression de Fernando Alonso, logé dans son aileron arrière. 7 points au championnat pour maintenir le contact avec Vettel sont pris par l'Espagnol au 63eme passage, Hamilton ne pouvant plus rien face à la Ferrari, bénéficiant du DRS. Ne pouvant résister dans les derniers kilomètres à un Felipe Massa méritant, Kimi Räikkönen doit seulement se satisfaire des petits points de la 9ème place et d'un record : le Finlandais atteint à l'occasion de ce GP du Canada le record de Michael Schumacher, ayant enregistré des unités lors de 24 courses de rang.
 Grand Prix du Canada
Course
#
Pilote / Ecurie
Ecart
Points
01     25
02   + 14.4 18
03   + 15.9 15
04   + 25.7 12
05   + 1:09.7 10
06   + 1 tour 8
07   + 1 tour 6
08   + 1 tour 4
09   + 1 tour 2
10   + 1 tour 1
11   + 1 tour  
12   + 1 tour  
13   + 1 tour  
14   + 1 tour  
15   + 2 tours  
16   + 2 tours  
17   + 2 tours  
18   + 3 tours  
19   + 3 tours  
20   + 7 tours  
21   + 25 tours  
22   + 27 tours  

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Michael Schumacher , Mark Webber , Kimi Räikkönen , Fernando Alonso , Lewis Hamilton , Felipe Massa , Nico Rosberg , Giedo van der Garde , Paul di Resta , Sebastian Vettel , Romain Grosjean , Jean-Éric Vergne
Équipes Mercedes , Williams , Force India , Ferrari
Type d'article Actualités