Course - Vettel "shines bright like a diamond" avant Rihanna

Sebastian Vettel a signé un succès facile à Singapour, en s'imposant devant Fernando Alonso et Kimi Räikkönen, auteurs de spectaculaires remontées favorisées par l'intervention de la voiture de sécurité

Sebastian Vettel a signé un succès facile à Singapour, en s'imposant devant Fernando Alonso et Kimi Räikkönen, auteurs de spectaculaires remontées favorisées par l'intervention de la voiture de sécurité. L'Allemand fait passer son avance au championnat à 60 points.

Disposant de deux occasions de montrer son implacable rythme dans les premiers tours et après l'intervention de la voiture de sécurité, le leader du championnat a évolué seul dans son monde sous les projecteurs de Singapour, tournant jusqu'à deux secondes au tour plus vite que ses advsersaires directs, en guise d'ouverture scintillante pour le concert de Rihanna...

---

Alonso gagne 4 positions au départ

Fernando Alonso prend un départ sensationnel depuis la 7ème place de la grille en restant seul à l’extérieur. Après quelques centaines de mètres, l’Espagnol est troisième, derrière Vettel et Rosberg. Auteur d’un très bon départ également, Rosberg prend quelques instants le dessus sur Vettel mais négocie mal sa sortie et perd l’avantage. Vettel boucle son premier tour avec une avance de 1.9s et donne immédiatement le ton en faisant monter l’écart à 4.1s après deux tours seulement… Derrière, Ricciardo, P9 sur la grille, a chuté au 14ème rang. Hamilton doit rendre sa 6ème position à Massa, ayant pris l’avantage sur le Brésilien en coupant une courbe.



Vettel montre d’emblée qui est le patron Vettel n’a nullement l’intention d’économiser ses pneumatiques supertendres en dépit de la possibilité d’entrée en piste d’une voiture de sécurité à tout moment à Singapour. Après 6 boucles, le pilote Red Bull dispose d’une avance décourageante de 6.6s après 6 boucles. Red Bull recommande à Webber (P4) de rester à deux secondes d’Alonso pour économiser les pneus et ne pas faire surchauffer sa monoplace. Seul pilote de la grille à être parti en mediums, Sutil est certes 17ème, mais tient bien le rythme de ses rivaux du peloton en supertendres. L’Ecossais est à surveiller. De premiers arrêts tôt en course Räikkönen, encore fortement souffrant de douleurs dorsales, est le premier à passer aux stands au 11ème tour, pour rechausser des supertendres. L’écart de Vettel sur Rosberg s’est stabilisé à 7 secondes, Red Bull ne jugeant pas nécessaire de prendre le risque d’attaquer à outrance. Sutil imite ses collègues partis en supertendres et s’arrête au 12ème tour pour passer les supertendres. L’Allemand peut maintenant choisir d’aller au bout uniquement avec des trains de pneus proposant plus de traction. Si les monoplaces passent plus tôt que prévu, il convient de prendre en compte les charges de carburant embarquées : 160 kg, le chiffre le plus élevé de la saison. Rosberg, P2, s’arrête au 16ème passage, sous l’œil impressionné de David Beckham, invité dans le garage Mercedes, et ne manquant pas une seconde de l’action. Vettel attend une boucle de plus pour observer son premier arrêt, exécuté avec efficacité.

A la queue-leu-leu Une certaine procession s’installe sur le GP de Singapour, chacun conservant une certaine marge par rapport à la monoplace suivie. Seul Pérez est déterminé à dépasser en piste. Le Mexicain force son passage sur Hülkenberg, contraignant celui-ci à passer hors-piste pour éviter un contact. C’est pourtant l’Allemand qui sera intimé de laisser sa position au pilote McLaren par les commissaires. Après 20 tours, Vettel reste le seul à être tranquille, disposant d’une avance de 9 secondes sur Rosberg et 17 sur Alonso, qui garde Webber, Grosjean et Hamilton dans une fourchette de seulement trois secondes. Le Safety Car en piste ! Daniel Ricciardo est responsable de l’entrée en piste de la voiture de sécurité au 25ème passage. Heurtant le TechPro dans le 18ème virage sur un blocage de roue avant, le pilote Toro Rosso échoue au milieu de la trajectoire et marque le premier abandon de la course. Le plateau se précipite dans les stands pour changer les pneus. Singapour tient enfin ses promesses de suspense ! Alonso et Grosjean décident de rentrer avec tout le monde, alors que Vettel, Rosberg, Webber et Hamilton décident de rester en piste avec leurs mediums. Alonso passe P5. Comme Grosjean, P6, le pilote Ferrari dispose d’un train de mediums neufs. Di Resta est l’un des grands gagnants de cette intervention, montant P7 dans l’aventure. Comme Massa (P8), l’Ecossais est maintenant en supertendres. Les pilotes doivent garder les freins à température et consommer autant de carburant que possible pour alléger leur monoplace, tout en évitant de passer hors trajectoire, où d’importantes accumulations de débris de gomme jonchent le sol.

L’action relancée à mi-course Vettel maitrise le restart et n’est pas menacé au moment où la voiture de sécurité libère la meute. 3.2s en un tour sur Rosberg : tel est le tarif de l’Allemand ! Grosjean se retrouve immédiatement sous la pression de ses deux poursuivants chaussés de pneus plus performants et capables de monter en température plus rapidement. Vettel remet le couvert pour une démonstration similaire à celle du départ, prenant plus d’une demi-seconde par secteur. L’Allemand est clairement seul au monde, signant le meilleur temps au tour au 32ème passage : 5.5sec trouvées en deux tours ; 8.3 après trois boucles ! La course de Grosjean (P6) prend un grand coup lorsque son stand l’appelle pour un problème de boîte à air. Un changement de capot semble nécessaire, et le Franco-Suisse est immobilisé pendant de longues dizaines de secondes. Il reprend la piste en dernière position. Vettel seul au monde Au 38ème passage, Vettel s’est creusé une avance digne d’un jeu vidéo : 19 secondes en 8 boucles, tandis que Grosjean abandonne, son moteur n’étant plus suffisamment alimenté d’air et menaçant de rompre. La course des poursuivants de Vettel est plus serrée : Rosberg, P2, emmène 6 poursuivants dans autant de secondes. Red Bull prend le dessus sur Rosberg avec Webber dans les stands lors de leurs arrêts respectifs. La tension est palpable dans la radio Mercedes, Rosberg estimant avoir été abandonné par ses ingénieurs et voyant désormais de nombreux autres pilotes devant lui.

Une grande fin de course La question se pose quant au fait que la course ira jusqu’à son terme prévu d’un point de vue kilométrique il faut maintenant savoir si Alonso (P2), Button (P3) et Räikkönen (P3) s’arrêteront dans les 10 derniers tours et repasseront ainsi derrière Webber et Rosberg. Il n’en est visiblement rien, et les décisions prises au moment de l’entrée en piste de la voiture de sécurité se paient maintenant cash ou rapportent gros : un chamboulement de fin de course important, les deux pilotes McLaren ayant également pris la main sur le duo parti devant eux sur la grille , tout comme Räikkönen, qui menace la troisième place du podium de Jenson Button. Räikkönen passe au chausse-pied dans le virage 14 et s’impose sur le podium, tandis que Webber passe à son tour Button, qui a cinq concurrents dans ses rétroviseurs ! La menace d’une nouvelle voiture de sécurité arrive au 55ème tour, quand Di Resta se place dans le mur au 55ème tour au même endroit que Ricciardo. Les drapeaux jaunes sont agités, mais la course est maintenue pour encore quelques minutes jusqu’au drapeau à damier. Pour Webber, l'enjeu est de rejoindre l'arrivée, moteur en feu. La poisse a raison une nouvelle fois le second pilote Red Bull dans le dernier tour du GP...
 Grand Prix de Singapour
Course
#
Pilote / Ecurie
Ecart
Points
01     25
02   + 32.6 18
03   + 43.9 15
04   + 51.1 12
05   + 53.1 10
06   + 1:03.8 8
07   + 1:23.3 6
08   + 1:23.8 4
09   + 1:24.2 2
10   + 1:24.6 1
11   + 1:28.4  
12   + 1:37.8  
13   + 1:45.0  
14   + 1:53.3  
15   + 1 tour  
16   + 1 tour  
17   + 1 tour  
18   + 1 tour  
19   + 1 tour  
20   + 7 tours  
21   + 24 tours  
22   + 38 tours  

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jenson Button , Kimi Räikkönen , Fernando Alonso , Sebastian Vettel , Daniel Ricciardo
Équipes McLaren , Toro Rosso , Mercedes , Ferrari
Type d'article Actualités