Coût des moteurs - Ferrari oppose son veto à la FIA

partages
commentaires
Coût des moteurs - Ferrari oppose son veto à la FIA
Par : Basile Davoine
26 oct. 2015 à 20:25

Une décision de Ferrari d’exercer son droit de véto face à l’introduction d’un prix plafond des moteurs bloque l’effort de la FIA pour l’introduction d’un moteur F1 standard.

Kimi Raikkonen, Ferrari
Sebastian Vettel, Ferrari SF15-T lors des qualifications
Scuderia Toro Rosso STR10 : capot moteur
Des capots moteur de Manor F1 Team
Le capot moteur de la Scuderia Toro Rosso STR10
Kimi Raikkonen, Ferrari SF15-T et Carlos Sainz Jr., Scuderia Toro Rosso STR10 en lutte pour une position
Daniil Kvyat, Red Bull Racing RB11 et Sebastian Vettel, Ferrari SF15-T en lutte pour une position
Sebastian Vettel, Ferrari SF15-T
Sebastian Vettel, Ferrari SF15-T

Après les déclarations de Bernie Ecclestone en marge du Grand Prix des Etats-Unis, les intentions de la FIA pour permettre aux équipes indépendantes de disposer d’une unité de puissance à coût réduit ont été confirmées ce lundi. Dans un communiqué publié par la Fédération, il est clairement fait part du désir d’entamer un dialogue avec les actionnaires de la F1 suite au refus de Ferrari de voir une limite de prix instaurée pour les blocs V6 turbo. 

"Lors de la dernière réunion du Groupe Stratégique, la FIA, en accord avec la FOM, a proposé le principe de la fixation d’un prix maximum du moteur et de la boîte de vitesses pour les équipes clientes", révèle le communiqué. "Ces mesures ont été soumises au vote et adoptées à une large majorité."

"Ferrari SpA a néanmoins décidé de s’y opposer et d'exercer le droit de veto qui lui est reconnu de longue date par les accords régissant la gouvernance de la Formule 1. Dans l’intérêt du Championnat, la FIA a choisi de ne pas contester juridiquement cette mise en œuvre de son droit de veto par Ferrari SpA."

Ferrari dispose en effet d’un droit de veto face aux changements de réglementation technique : un acquis existant depuis de nombreuses années en raison de l’engagement historique de la Scuderia dans la discipline. Il est entendu que ce soit la première fois dans l’histoire récente que l’équipe de Maranello en fait usage. La majorité des équipes avait trouvé un accord pour un plafonnement du coût des moteurs à 10,8 millions d’euros, et à 7,2 millions d’euros pour les spécifications de l’année précédente. 

Solution alternative

La FIA a choisi d’accepter le veto exercé par Ferrari et se tourne désormais vers une autre solution, consistant en un appel d’offre pour un moteur standard à bas coût disponible pour les équipes qui le souhaitent à partir de 2017. 

"La FIA va lancer une consultation auprès de l’ensemble des acteurs en vue de l’éventuelle introduction d’un moteur client qui serait disponible à partir de 2017", est-il précisé. "A l’issue de cette consultation, un appel d’offres pour ce futur moteur client, dont le coût sera nettement inférieur à l’actuelle motorisation, pourrait être décidé."

"La FIA, en accord avec la FOM, continuera à œuvrer pour assurer le développement durable du Championnat sur le long terme et à rechercher les solutions qui permettront d’y parvenir. Elle invite l’ensemble des équipes à contribuer positivement par leurs propositions et leurs actes à la réussite de cette démarche dans l’intérêt même du Championnat et de sa pérennité."

Prochain article Formule 1
Le retour des ravitaillements pour accompagner les moteurs bon marché?

Article précédent

Le retour des ravitaillements pour accompagner les moteurs bon marché?

Article suivant

Räikkönen approuve le weekend de GP de deux jours

Räikkönen approuve le weekend de GP de deux jours

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Ferrari Boutique
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités