Crevaison lente pour Charles Pic

Charles Pic a connu un Grand Prix très satisfaisant sur le circuit du Nürburgring

Charles Pic a connu un Grand Prix très satisfaisant sur le circuit du Nürburgring. Pilote le plus performant des Caterham et Marussia en qualifications, Pic a dû partir dernier suite à un souci de boîte de vitesses. Cela ne l'a pas empêché de dominer son sujet en course et de terminer devant ses principaux rivaux, avec un meilleur tour en course impressionnant en 1'37"584 : il s'agit d'un chrono presque une seconde plus rapide que ceux de van der Garde et Chilton, alors que les pneus du Français avaient déjà parcouru dix-sept tours au moment où ce temps a été réalisé. Pic devrait donc avoir toutes les raisons d'être heureux, mais il susbiste tout de même un petit point négatif : une crevaison lente intervenue au 34e tour, qui l'a obligé à s'arrêter au stand une fois de plus. “J'ai pris un départ correct”, raconte le pilote Caterham. “J'ai passé Chilton, mais j'ai dû freiner fort au premier virage, et j'ai rapidement eu de grosses vibrations à l'avant-droit. On se serait arrêtés très tôt quoi qu'il arrive, donc nous n'avons pas beaucoup changé la stratégie, je suis rentré passer les pneus prime à la fin du quatrième tour”. “Lors du second relais, le niveau de dégradation des pneus était bon. Nous pensions nous arrêter plus tôt pour nous protéger des Marussia, mais comme les pneus étaient performants, nous avons pu rester en piste. Pour une fois, nous avons eu de la chance avec le timing de la voiture de sécurité ; je suis rentré au stand pour mettre un autre set de mediums et je suis ressorti derrière mon coéquipier, en 17e position. Vu que nous avions changé de stratégie pendant la voiture de sécurité, il me fallait gérer ce second train de mediums, et ils tenaient bien jusqu'à ce que je sois victime d'une crevaison lente au 35e tour et que je doive faire un arrêt inattendu”. “Évidemment, l'arrêt imprévu a gâché la stratégie, et c'est très dommage car nous aurions été dans le peloton de devant qui était très resserré à cause de la voiture de sécurité. C'est très frustrant, mais on ne peut pas y faire grand-chose dans ces circonstances. À cause de l'arrêt, je suis ressorti dernier, mais j'ai passé Chilton, et à quelques tours de la fin j'ai passé Giedo, dont les pneus étaient complètement usés ; à partir de là, il s'agissait juste de voir l'arrivée”, conclut-il.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Charles Pic
Type d'article Actualités