Formule 1
12 mars
-
15 mars
Prochain événement dans
45 jours
C
GP de Bahreïn
19 mars
-
22 mars
Prochain événement dans
52 jours
02 avr.
-
05 avr.
Prochain événement dans
66 jours
16 avr.
-
19 avr.
Prochain événement dans
80 jours
30 avr.
-
03 mai
Prochain événement dans
94 jours
C
GP d'Espagne
07 mai
-
10 mai
Prochain événement dans
101 jours
C
GP de Monaco
21 mai
-
24 mai
Prochain événement dans
115 jours
04 juin
-
07 juin
Prochain événement dans
129 jours
C
GP du Canada
11 juin
-
14 juin
Prochain événement dans
136 jours
25 juin
-
28 juin
Prochain événement dans
150 jours
C
GP d'Autriche
02 juil.
-
05 juil.
Prochain événement dans
157 jours
C
GP de Grande-Bretagne
16 juil.
-
19 juil.
Prochain événement dans
171 jours
C
GP de Hongrie
30 juil.
-
02 août
Prochain événement dans
185 jours
C
GP de Belgique
27 août
-
30 août
Prochain événement dans
213 jours
03 sept.
-
06 sept.
Prochain événement dans
220 jours
C
GP de Singapour
17 sept.
-
20 sept.
Prochain événement dans
234 jours
C
GP de Russie
24 sept.
-
27 sept.
Prochain événement dans
241 jours
08 oct.
-
11 oct.
Prochain événement dans
255 jours
C
GP des États-Unis
22 oct.
-
25 oct.
Prochain événement dans
269 jours
C
GP du Mexique
29 oct.
-
01 nov.
Prochain événement dans
276 jours
C
GP du Brésil
12 nov.
-
15 nov.
Prochain événement dans
290 jours
C
GP d'Abu Dhabi
26 nov.
-
29 nov.
Prochain événement dans
304 jours

La "crise de la communication" a été dure à gérer chez Renault

partages
commentaires
La "crise de la communication" a été dure à gérer chez Renault
Par :
20 juin 2019 à 13:54

Avant le Grand Prix du Canada, le début de saison de Renault n'était clairement pas au niveau des attentes, ce qui a posé quelques problèmes au niveau de la communication.

Pour la saison 2019 de Formule 1, Renault espérait se démarquer des autres écuries du milieu de tableau et réduire l'écart sur les top teams, mais n'a marqué que 14 points lors des six premiers Grands Prix – autant qu'en 2017 sur la même période et bien moins que l'an passé. En cause, des problèmes de fiabilité liés à l'unité de puissance, qui ont provoqué un certain nombre d'abandons et ont également contraint l'écurie à brider son moteur temporairement.

Lire aussi :

Du côté de la communication, cette situation n'a pas été évidente à gérer, comme le reconnaît le directeur d'équipe Cyril Abiteboul auprès de Motorsport.com : "Cela a été difficile, notamment d'un point de vue personnel. Mais la difficulté était simplement de définir ce qui aurait dû être une attitude, une stratégie de communication, dans cette période. Quand l'on voit une telle discordance entre la perception de nos véritables résultats et ce dont je nous sais capables d'accomplir – pas seulement en théorie, ce dont nous sommes capables en exécutant simplement un week-end propre – je ne peux pas me battre contre ça."

"C'est vraiment difficile, car il faut gérer une sorte de crise de la communication, week-end après week-end. C'est également une leçon sur les attentes et l'impatience de ce monde. Mais franchement, notre style – y compris mon style – est d'avoir une communication directe et ouverte, et d'appeler un chat un chat."

Daniel Ricciardo, Renault F1 Team R.S.19

Réduire l'écart avec les meilleurs, "nous sommes en train de le faire"

Depuis lors, Renault a rebondi au Grand Prix du Canada avec une prestation impeccable qui a permis à Daniel Ricciardo et Nico Hülkenberg de se classer sixième et septième respectivement, engrangeant 14 points qui ont propulsé le Losange à deux longueurs de la quatrième place occupée par McLaren au championnat.

L'arrivée de nouvelles pièces moteur à Monaco a fortement contribué à ce gain en performance tout en résolvant les problèmes de fiabilité du début de saison, et une évolution aérodynamique majeure est prévue à domicile au Grand Prix de France.

Quant au résultat signé à Montréal, Abiteboul reste modeste : "Franchement, nous n'avons rien fait de spécial, si ce n'est ce que nous aurions dû faire à chaque course depuis le début de la saison. Il n'y a rien de nouveau au niveau du moteur, nous l'exploitons simplement de la manière dont il aurait dû être exploité si nous n'avions pas eu notre problème [de fiabilité]."

"Ce qui est probablement différent, c'est que nous avons clairement Daniel qui gagne en confiance de manière incroyable. Cela fait trois courses, depuis Barcelone, bien que ça ne s'y soit pas vu à cause d'un Safety Car inopportun. Mais déjà, à Barcelone, il sentait que la voiture était largement différente de celle qu'il avait en essais hivernaux. C'est quelque chose qui lui a déjà donné un coup de fouet, car il voyait que l'équipe prenait en compte son feedback, développait la voiture, et que celle-ci était clairement meilleure que quelques semaines ou mois auparavant."

Lire aussi :

"Puis, à Monaco, la voiture était bonne également. [Ricciardo] était confiant et aurait été cinquième sans une mauvaise décision sous Safety Car. Et ce gain de confiance a fait la différence au Canada. De plus, nous sommes plus proches du sommet. Ce dont je me souviendrai, c'est que nous étions à huit dixièmes de la pole [à Montréal] alors que nous étions à 1,2 seconde l'an dernier."

"Nous sommes donc parfaitement en phase avec nos objectifs, qui étaient de commencer à réduire l'écart sur les meilleurs : nous sommes en train de le faire. Et c'est clairement un soulagement de savoir que nous sommes capables de montrer au monde extérieur ce que nous savons être en train de se produire."

Propos recueillis par Jonathan Noble

Article suivant
Un nouvel aileron avant pour les Ferrari en France

Article précédent

Un nouvel aileron avant pour les Ferrari en France

Article suivant

Magnussen : "Steiner a bien fait de me dire de la fermer" au Canada

Magnussen : "Steiner a bien fait de me dire de la fermer" au Canada
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Équipes Renault F1 Team
Auteur Benjamin Vinel