Ticktum plus proche que jamais de la Super Licence

Grâce à sa victoire au Grand Prix de Macao, Dan Ticktum est plus proche que jamais de la Super Licence.

Ticktum plus proche que jamais de la Super Licence
Dan Ticktum, Motopark Academy en tête au départ
Podium : Le vainqueur Dan Ticktum, Motopark Academy
Dan Ticktum, Motopark Academy
Le vainqueur Dan Ticktum, Motopark Academy
Dan Ticktum, Motopark Academy
Podium : Le vainqueur Dan Ticktum, Motopark Academy
Dan Ticktum, Motopark Academy
Le vainqueur Dan Ticktum, Motopark Academy
Le vainqueur Dan Ticktum, Motopark Academy
Charger le lecteur audio

Il y a un mois et demi, Dan Ticktum n'avait pas le moindre point de Super Licence à son actif en vue de l'année 2019, ce qui l'avait d'ailleurs empêché de tester en F1. La situation est désormais bien différente.

La saison 2018 de F3 Europe a trouvé sa conclusion mi-octobre, et s'il n'est pas parvenu à vaincre Mick Schumacher pour le titre, le protégé de Red Bull a néanmoins obtenu le rang de vice-Champion, et les 25 points de Super Licence qui vont de pair.

Ensuite, le 1er novembre, la FIA a modifié la réglementation sportive pour allouer cinq unités au vainqueur du Grand Prix de Macao, déjà remporté par Ticktum l'an passé. Cela portait son total à 30, et voilà que le Britannique s'est imposé à nouveau dans cette prestigieuse course de Formule 3, avec brio. Il atteint donc 35 points de Super Licence sur les 40 requis.

Lire aussi :

"Il est clair qu'avoir cinq points de plus vers ce nombre magique, ça m'arrange vraiment", déclare-t-il pour Motorsport.com. "Cela signifie que je n'aurai pas la pression d'aller gagner, quoi que je fasse cet hiver."

En effet, il ne reste plus qu'à décider comment obtenir les dernières unités nécessaires. Les instances nationales (telles que la FFSA en France) peuvent en accorder cinq supplémentaires en vue de la licence de Degré A, qui permet de tester une Formule 1 lors d'essais privés officiels ; Ticktum a cherché à savoir si ce pourrait être le cas pour la Super Licence, mais la FIA s'y est montrée défavorable.

La seule option semble donc être de participer au Toyota Racing Series, championnat disputé en Nouvelle-Zélande durant l'été austral, en janvier et en février, avec une monoplace développant 200 ch. Brendon Hartley, Lance Stroll et Lando Norris, entre autres, s'y sont illustrés par le passé.

Les pilotes y sont habituellement bien moins expérimentés que ne l'est Ticktum, et ce dernier n'est donc pas très inquiet : "Je ne pense pas qu'il y aura beaucoup de pilotes capables de me menacer dans ces championnats-là, sans vouloir paraître trop présomptueux. Tant que je suis dans la bonne équipe et que je fais le nécessaire, j'espère pouvoir atteindre ces 40 points d'ici l'an prochain."

En théorie, il suffirait à Ticktum d'être vice-Champion pour atteindre les 40 points de Super Licence, puisque le premier de TRS en marque sept, et son dauphin cinq. Cependant, si moins de 16 concurrents sont classés au général – ce qui était le cas lors de l'édition 2018 –, seuls 75% des points sont attribués. Le titre rapporterait alors 5,25 unités, tout juste ce dont l'Anglais a besoin.

Dans un contexte où le deuxième baquet Toro Rosso n'est toujours pas officiellement attribué, Ticktum fait donc valoir ses arguments, même si la Super Formula est déjà convaincue de l'avoir dans ses rangs en 2019.

"Je crois que je suis prêt pour la F1. Je pense avoir bien progressé ce week-end, dans la façon dont je travaille – je m'améliore toujours. Mais je pense pouvoir dire avec certitude qu'une année dans une catégorie telle que la Super Formula pourrait m'aider encore plus, donc dans tous les cas, ça me va. Quelle que soit la situation dans laquelle je me retrouve, je m'assurerai d'en tirer le meilleur", conclut-il.

Propos recueillis par Jonathan Noble

partages
commentaires
Ricciardo a pris des "uppercuts" en 2018
Article précédent

Ricciardo a pris des "uppercuts" en 2018

Article suivant

Deux ans après la F1, Button a retrouvé le plaisir de courir

Deux ans après la F1, Button a retrouvé le plaisir de courir
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021