Davidson - Le halo n'est pas idéal, mais c'est le mieux

Voilà plusieurs années que le manque de sécurité apporté par un cockpit ouvert est débattu, et depuis les décès de Jules Bianchi et Justin Wilson, tous deux victimes d'un choc à la tête, les discussions s'accélèrent pour trouver une solution.

Davidson - Le halo n'est pas idéal, mais c'est le mieux
#1 Toyota Racing Toyota TS040 Hybrid: Sébastien Buemi, Anthony Davidson, Kazuki Nakajima
Anthony Davidson, avec Marc Hynes, Marussia F1 Team ; Max Chilton, Marussia F1 Team; et John Booth, Marussia F1 Team
Concept de cockpit
La FIA va tester des cockpits fermés
Anthony Davidson
#1 Toyota Racing Toyota TS040 Hybrid : Sébastien Buemi, Anthony Davidson, Kazuki Nakajima, #2 Toyota Racing Toyota TS040 Hybrid : Alexander Wurz, Stéphane Sarrazin, Mike Conway
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso s'accroche avec Romain Grosjean, Lotus F1 Team
Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso s'accroche avec Romain Grosjean, Lotus F1 Team
Fernando Alonso, McLaren MP4-30
Anthony Davidson, Toyota Racing
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB11 et Max Verstappen, Scuderia Toro Rosso STR10
Anthony Davidson, Toyota Racing
Matthew Parry, Koiranen GP
Une roue de Matthew Parry, Koiranen GP
La Ferrari SF15-T endommagée de Kimi Raikkonen, Ferrari

La Fédération Internationale de l'Automobile déclarait même la semaine dernière son intention de sécuriser la tête des pilotes dès la saison 2017 en Formule 1. Une question se pose toutefois : comment le faire ?

C'est dès 2009, avec la mort de Henry Surtees en F2, qu'Anthony Davidson a commencé à discuter de cet aspect de la sécurité avec son coéquipier Alexander Wurz. Depuis, le pilote Toyota LMP1 a eu le temps de se faire une idée sur la question.

Parmi les propositions étudiées, on retrouve un cockpit fermé comme sur les prototypes ou bien un halo (voir photo ci-dessus) permettant de conserver un cockpit ouvert. Davidson a testé la solution du halo sur simulateur, et a confié ses impressions à notre confrère Will Buxton.

"En gros, la vision périphérique ne paraît pas si différente du tout par rapport à ce à quoi les pilotes seraient habitués, mais la version que j'ai essayée avait un pilier central", explique le Britannique. "Je pense que beaucoup d'équipes ont travaillé là-dessus en collaboration avec la FIA pour trouver la meilleure solution. Ce n'est pas idéal. Ce n'est vraiment pas idéal et ça ne le sera jamais."

Des problèmes en ligne droite

Contre toute attente, le système de halo n'a pas posé de problème à Davidson dans les virages : c'est tout simplement en ligne droite qu'il s'est avéré gênant.

"Je trouve qu'en fait, c'est dans les virages qu'on peut l'oublier", poursuit-il. "Mais en ligne droite, quand on regarde quelque chose devant, à l'horizon, comme quand on essaie de choisir un point de freinage, je trouve que cela cachait la vue."

"En fait, en virage, à la corde, pour chercher les vibreurs et relever les détails qu'on recherche habituellement, ça ne changeait pas du tout. J'en ai été assez soulagé. C'était plutôt droit devant. Bien sûr, une chose qu'on ne peut pas expliquer dans le monde virtuel, c'est ce que ce sera en bataille avec une autre voiture, quand on est complètement derrière. Je ne sais pas. Mais je pense que cela va être un autre défi."

"Les choses ont peut-être changé depuis mon dernier essai. Je suis sûr que beaucoup plus de travail a été fait. Peut-être qu'ils peuvent faire le pilier central plus fin, mais s'il est plus fin, il pourrait être moins résistant en cas d'impact de côté. Mais tout progrès en termes de finesse aidera le pilote à voir plus clairement."

Impossible de satisfaire tout le monde

Malgré les désagréments, Davidson estime qu'une telle innovation sera bienvenue et que le cahier des charges est difficile à satisfaire.

"Je pense que pour faire dévier et rebondir un objet, cela fera toujours un meilleur travail qu'un cockpit ouvert avec seulement le casque. Je vois pourquoi ils essaient de résoudre ce problème. En essayant de conserver un cockpit ouvert. Ils essaient de remplir toutes les conditions mais d'une certaine façon, c'est impossible de satisfaire tout le monde."

"Esthétiquement, cela ne va pas être aussi beau qu'une monoplace à cockpit ouvert, la visibilité ne va pas être aussi bonne que si ça n'était pas là, mais l'argument en défaveur de cette solution ne tient pas, à mon avis. Il faut l'accepter parce qu'on ne peut pas continuer comme ça avec des pilotes qui meurent à cause d'un choc à la tête."

L'exemple du HANS

Bien sûr, dans un cas extrême tel que celui de l'accident de Jules Bianchi, un halo se serait peut-être montré inefficace. Davidson prend cependant l'exemple du système HANS, particulièrement décrié par certains pilotes de Formule 1 lorsqu'il a été imposé en 2003, pour démontrer que des innovations parfois accueillies avec réticence peuvent s'imposer comme la norme.

"Cela aurait-il sauvé [le pilote] dans tous les scénarios ?", se demande Davidson. "Cela reste à voir, mais de la même façon, nous portons le HANS et il est désormais accepté. Cela reste parfois inconfortable, je trouve, mais je suis content qu'il soit là. J'ai eu de gros accidents avec, et c'est difficile de dire si je m'en serais sorti sans lui."

"Le fait qu'il soit là et que tant de tests aient été faits avec lui est une bonne chose. Il faut embrasser cette sécurité parce que c'est bien que des choses soient faites pour faire cesser les problèmes que nous avons rencontrés par le passé."

Le cockpit fermé, pas une bonne solution ?

Enfin, Davidson déclare ne pas être convaincu par la possibilité d'utiliser un cockpit fermé, se demandant si celui-ci serait capable de résister à une roue en perdition.

"J'y ai vraiment réfléchi longtemps et profondément, et je pense que c'est [le halo] la meilleure solution pour l'instant. Je ne pense pas que les cockpits fermés en Formule 1 soient forcément la bonne solution."

"Si une roue percutait le cockpit d'une voiture de sport, je ne sais pas si elle rebondirait ou passerait à travers. J'en ai vu se briser par le passé. Je ne pense pas qu'un cockpit fermé apporte forcément une protection complète", conclut-il.

partages
commentaires
Toro Rosso - Verstappen et Sainz n'auront aucune excuse

Article précédent

Toro Rosso - Verstappen et Sainz n'auront aucune excuse

Article suivant

Renault prêt à donner du temps de piste à Ocon

Renault prêt à donner du temps de piste à Ocon
Charger les commentaires
Bottas, dans le piège et sur un fil Prime

Bottas, dans le piège et sur un fil

Le Grand Prix de France n'est qu'une preuve de plus du rôle à la fois central que pourrait occuper mais aussi des problèmes que risque de poser (et de se poser) Valtteri Bottas chez Mercedes.

Les notes du Grand Prix de France 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de France 2021

Après le Grand Prix de France, septième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
21 juin 2021
Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ? Prime

Qu'est-ce qui empêche les Américains de courir en F1 ?

Lors des 25 dernières années, deux Américains seulement ont couru en Formule 1, sans marquer le moindre point. Qu'est-ce qui explique ce manque de succès dans la catégorie reine du sport automobile ?

Formule 1
20 juin 2021
Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1 Prime

Frédéric Vasseur, le capitaine idéal pour un navire en F1

Deux dixièmes places lors des dernières courses ont permis à Alfa Romeo de se hisser en tête de la lutte parmi les écuries de fond de peloton, mais à plus long terme, l'équipe basée en Suisse a des ambitions bien plus grandes. Avec les nouvelles règles de 2022 qui devraient équilibrer les choses, le patron de l'écurie, Frédéric Vasseur, a de bonnes raisons d'être optimiste, comme il l'a expliqué à Motorsport.com dans une interview exclusive.

Formule 1
19 juin 2021
Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc Prime

Comment Ferrari a donné tort à Charles Leclerc

Ferrari a impressionné en signant la pole position à Monaco et à Bakou. Voici comment la Scuderia a redressé la barre après une saison 2020 difficile.

Formule 1
18 juin 2021
Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1 Prime

Ces moments de joie qui soulignent le problème majeur de la F1

Les victoires tant attendues des anciens pilotes de Formule 1 Marcus Ericsson et Kevin Magnussen le week-end dernier, respectivement en IndyCar et en IMSA, ont rappelé à la F1 ce qui lui manque. Mais avec les nouvelles règles visant à équilibrer le plateau, l'optimisme renaît quant à la possibilité pour davantage de pilotes de lutter pour des succès autrefois inespérés.

Formule 1
17 juin 2021
Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites Prime

Ces ruses autour des pneus qui vont désormais être interdites

Les conclusions de Pirelli sur les défaillances des pneus à Bakou n'ont pas complètement rejeté la faute sur les équipes, mais la fermeté de la réponse de la FIA laisse peu de place au doute.

Formule 1
16 juin 2021
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Formule 1
15 juin 2021