Les déboires de Ferrari en 2020, une leçon pour tous

La saison cauchemardesque vécue par Ferrari en 2020 est aussi un avertissement sérieux envoyé à tous les motoristes de la grille.

Les déboires de Ferrari en 2020, une leçon pour tous
Charger le lecteur audio

Ferrari a souffert l'an dernier d'un moteur amputé d'une partie de sa puissance, laissant Charles Leclerc et Sebastian Vettel en proie à de grandes difficultés face à la concurrence. Si l'étendue des problèmes rencontrés par l'écurie de Maranello était évidente dès les essais hivernaux, c'est en fait un changement de réglementation lié à la crise du COVID-19 qui a scellé l'issue de tout un championnat.

Afin d'assurer des économies devant l'ampleur de la crise financière consécutive à la pandémie, plusieurs restrictions ont été introduites pour limiter les évolutions des monoplaces et des unités de puissance. L'une d'entre elles a été un gel pur et simple des motorisations, signifiant que le bloc utilisé au début de la saison le serait pour la totalité du championnat sans aucune modification possible.

Ainsi, même si Ferrari savait que son moteur avait besoin de progresser pour retrouver la puissance perdue, il n'y avait aucune alternative possible pour corriger ce déficit. En fin d'année dernière, Mattia Binotto a d'ailleurs souligné que si la réglementation l'avait permis, la Scuderia aurait fait des évolutions moteur une priorité absolue.

"Si en 2020 il n'y avait pas eu de gel, l'unité de puissance serait la première chose que nous aurions essayé de corriger en cours de saison", a confirmé le directeur de Ferrari. "Nous aurions certainement eu une évolution en 2020 avant de passer à 2021. Je pense que l'évolution que nous aurions pu avoir aurait été au moins suffisante pour ne pas avoir la pire unité de puissance de la grille."

Lire aussi :

L'expérience vécue par Ferrari, qui s'est retrouvé les mains liées tout au long de l'année dernière, est un avertissement pour tous les motoristes quant à la tâche qui les attend pour 2021. Le gel des motorisations reste de rigueur, ainsi la spécification utilisée pour le premier Grand Prix à Bahreïn le sera pour la totalité du championnat. Il n'y aura aucune deuxième chance pour combler d'éventuelles lacunes. Chez Mercedes, le directeur technique James Allison confirme que cette nouvelle donne rend l'intersaison stressante pour le département moteur.

"Outre le fait que le département moteur doit trouver plus de performance sur l'unité de puissance, avec les efforts intenses que cela implique, ils doivent le faire dans un contexte réglementaire où il y a moins de marge d'erreur", explique le Britannique. "Les années précédentes, il y avait trois opportunités distinctes dans l'année pour apporter une évolution à l'unité de puissance. Avec chaque nouvelle unité de puissance, on pouvait avoir un design différent et espérer améliorer les performances en piste."

"En 2021, une seule opportunité est permise pour apporter cette évolution de performance en piste [avant le début de la saison]. Il faut donc apporter autant de choses que possible sur cette évolution et s'y tenir, car il n'y a qu'une chance. Cela accentue vraiment la pression sur le département moteur, pour s'assurer de tirer le maximum possible de cette unique opportunité."

La situation pourrait en fait être assez critique pour l'avenir de Red Bull. Le clan autrichien attend le fin mot de la Commission F1 pour savoir si ses concurrents soutiendront la proposition de gel complet des moteurs pour la période allant de 2022 à 2025. La structure de Milton Keynes possède un accord avec Honda pour reprendre le projet moteur du constructeur japonais quand il quittera la F1 au terme de la saison. Mais cette solution ne pourra voir le jour que si un gel du développement est introduit l'an prochain, car Red Bull ne peut pas assurer les coûts de recherche et développement nécessaires à l'apport régulier d'évolutions.

La situation est complexifiée par le fait que Renault prévoit d'introduire un nouveau moteur pour 2022 et ne souhaite pas modifier ses propres plans pour favoriser un gel anticipé des blocs. Un compromis semble envisageable, mais sans perspective de développement de son unité de puissance après le Grand Prix de Bahreïn, le destin de Red Bull sera défini par son niveau affiché lors des premières manches de l'année à venir.

Le travail mené par Honda cet hiver pour réduire l'écart avec Mercedes sera particulièrement déterminant, même si la communication faite à ce sujet est jusqu'ici plutôt encourageante. "Ils sont très optimistes, mais je sais aussi que les autres équipes ne restent pas à rien faire", rappelait Max Verstappen en fin d'année dernière. "Ils travaillent eux aussi très dur pour progresser. Espérons que nous pourrons réduire un peu l'écart. Nous verrons bien."

Le compte à rebours est lancé d'ici le premier Grand Prix de la saison, où ce ne sont pas seulement les nouvelles monoplaces qui attireront la plus grande attention mais aussi leur unité de puissance. Le parcours douloureux de Ferrari l'an dernier constitue une précieuse leçon quant au prix à payer si les performances ne sont pas d'emblée au niveau espéré.

partages
commentaires
Ferrari voulait lancer Valentino Rossi en Grand Prix avec Sauber
Article précédent

Ferrari voulait lancer Valentino Rossi en Grand Prix avec Sauber

Article suivant

Renault lorgnerait sur un partenariat avec Williams

Renault lorgnerait sur un partenariat avec Williams
Charger les commentaires
Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique Prime

Comment Mercedes évolue avec son nouveau directeur technique

Mike Elliott a pris le poste de directeur technique chez Mercedes il y a moins d'un an, apportant sa propre approche sans révolution.

Formule 1
26 janv. 2022
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021