Dennis remet en cause l'attitude de la FIA sur le cas Alonso

Ron Dennis a déclaré qu'il ne comprenait pas pourquoi la FIA n'avait pas voulu envisager de regarder le dernier scanner passé par Fernando Alonso le samedi pour réexaminer s'il pouvait ou non prendre part au GP de Bahreïn.

Dennis remet en cause l'attitude de la FIA sur le cas Alonso
Ron Dennis, directeur général McLaren
Ron Dennis, directeur général McLaren
Fernando Alonso, McLaren et Carlos Sainz
Fernando Alonso, McLaren avec l'ancien Roi d'Espagne Juan Carlos
Eric Boullier, Directeur de la Compétition de McLaren, Ron Dennis, Directeur Exécutif de McLaren et Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren
Ron Dennis, Directeur Exécutif de McLaren et Fernando Alonso, McLaren
Ron Dennis, Directeur Exécutif de McLaren et Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren

Fernando Alonso s'est vu refuser la participation à la course de Sakhir jeudi, l'équipe médicale de la FIA n'ayant pas été satisfaite par le résultat d'un scanner passé le jour-même qui suggérait qu'il n'avait pas pleinement récupéré de ses blessures au poumon et aux côtes.

Alonso ayant le sentiment qu'il était assez en forme pour piloter, le président de McLaren Ron Dennis est entré en action samedi et a rencontré la FIA pour lui demander de reconsidérer sa décision s'il pouvait fournir un scanner récent.

S'exprimant sur cette situation, Dennis a indiqué que le problème était lié à une différence d'opinion entre ce que l'opinion des spécialistes espagnols concernant Alonso et celle de la FIA.

"Quand l'équipe est arrivée ici, elle a amené deux scanners qui avaient été faits lundi", a expliqué Dennis. "Les deux équipes de docteurs en Espagne ont permis à Fernando de piloter et de faire le vol, donc nous étions très surpris d'avoir une interprétation différente ici."

"Nous avons laissé passer la journée d'hier et Fernando se sentait lésé car il se sentait si bien qu'il voulait piloter. Donc nous sommes allés voir la FIA et avons dit : 'Si vous avions un nouveau scanner de ce matin et s'il pouvait soutenir la position des docteurs cinq jours après, lui permettriez-vous de courir ? Et ils ont dit non. Ils ont dit que ce que le scanner allait montrer n'importait pas et qu'il ne serait pas autorisé à courir."

Décision d'équipe

Dennis a déclaré que la position de la FIA était "frustrante" parce que McLaren a fait appel à des experts spécialisés dans le genre de blessure dont a souffert Alonso.

"Étant guidé par les données, c'est un peu frustrant de ne pas avoir l'opportunité d'évaluer la condition des pilotes. Pour chaque équipe dans le monde, l'état physique de l'athlète, du joueur de football, du joueur de hockey-sur-glace, du skieur est déterminée par l'équipe."

"La position de la FIA, je pense, est de garantir la sécurité des autres pilotes. Si un pilote ressent un peu de douleur et veut courir avec un peu de douleur, c'est sa décision. Donc, ne pas pouvoir réévaluer la situation [samedi] matin, je ne sens pas que c'était très approprié."

L'avis des spécialistes

Même si le président de la FIA, Jean Todt, a suggéré samedi qu'à l'avenir, la FIA devrait plus suivre les pilotes après les accidents, Dennis s'est interrogé sur l'expertise de l'instance dirigeante dans de tels domaines.

"Je ne pense pas que ce soit un problème de la FIA, pour être honnête. Je pense que des spécialistes existent : nous faisons appel à des experts pour avoir leur avis. Le monde des experts... si nous sommes dans un certain pays, parfois, nous utiliserons des experts en Suisse. Nous plaçons la sécurité des pilotes au-dessus de tout dans notre équipe."

"Nous n'allons pas vers des généralistes. Nous allons vers des experts dans leurs champs de compétence spécifiques. Je ne pense pas que la FIA ait la capacité à faire intervenir le moindre expert approprié. Vous avez une blessure à la tête, vous avez besoin d'un neurochirurgien, vous avez des dommages structurels sur votre corps ou un organe, vous avez besoin d'experts."

partages
commentaires
Qualifications - Echec des négociations sur un changement de format

Article précédent

Qualifications - Echec des négociations sur un changement de format

Article suivant

Qualifications - La nouvelle proposition de format dévoilée

Qualifications - La nouvelle proposition de format dévoilée
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021