Le départ de Camilleri prive Ferrari d'un soutien de poids en F1

Laurent Mekies a expliqué que la démission du directeur général de Ferrari, Louis Camilleri, avait surpris tout le monde au sein de l'écurie.

Le départ de Camilleri prive Ferrari d'un soutien de poids en F1
Charger le lecteur audio

La démission surprise du directeur général de Ferrari, Louis Camilleri, a été vécue en premier lieu comme un coup dur au sein de l'écurie du constructeur italien. Présent à Abu Dhabi pour diriger l'équipe ce week-end, en l'absence de Mattia Binotto, le directeur sportif Laurent Mekies a confirmé que ce scénario n'avait pas été envisagé et qu'il avait pris de court tout l'état-major de la Scuderia.

"Vous savez, c'était une surprise pour nous tous lorsque nous avons reçu l'information de notre président", confie le Français. "Aucun d'entre nous n'était au courant. C'est ainsi dans ce genre de situation. Vous avez vu ce que notre président a communiqué pour en expliquer les raisons. C'est compréhensible. Apparemment il a été fortement touché par le COVID, et même si sa vie n'était pas en danger, c'était dur. Je suis sûr que ce n'est pas la seule raison. Mais j'imagine qu'au stade où il en est, c'est quelque chose qui a certainement joué, c'est probablement quelque chose qui vous fait réfléchir différemment quant aux priorités."

Lire aussi :

Avec le départ de Louis Camilleri, la Scuderia perd un dirigeant très estimé, qui lui a apporté un soutien sans faille malgré une saison 2020 plus difficile que jamais, ce qu'a tenu à souligner fortement Laurent Mekies.

"C'est dommage compte tenu du soutien que nous recevions de la part de Louis, de Piero Ferrari, de notre président John [Elkann] par l'intermédiaire de Mattia, et qui a été incroyable ces deux dernières années, surtout cette année en période de crise", insiste-t-il. "On dit toujours que c'est en temps de crise que l'on voit comment les choses se passent, et le soutien a été incroyable. Il a sûrement été l'un de ceux qui ont donné le ton pour apporter ce soutien."

"La bonne nouvelle pour nous, c'est que notre président assure les responsabilités par intérim, et ça ne pourrait pas être mieux pour nous apporter de la stabilité et de la continuité dans le soutien. Nous allons essayer de terminer la saison sur une bonne note, tous ensemble, ici comme à l'usine avec Mattia et toute l'équipe de développement."

Profitant de s'exprimer devant la presse vendredi soir dans le paddock de Yas Marina, Laurent Mekies a également donné des nouvelles rassurantes de Mattia Binotto, rentré en Italie sans assister au dernier Grand Prix de la saison après être tombé malade.

"Il n'était pas très en forme lorsque nous étions ensemble lundi et mardi à Bahreïn, donc les médecins lui ont recommandé de rentrer en Italie pour se soigner correctement", précise-t-il. "Ça n'a rien à voir avec le COVID. Il va mieux. Nous avons discuté une dizaine de fois aujourd'hui [vendredi], donc il est très actif. Il se remet bien. Je suis sûr qu'il sera avec nous à distance tout au long du week-end, comme lorsqu'il n'était pas physiquement sur le circuit, et tout reviendra rapidement à la normale."

partages
commentaires
Alfa Romeo veut poursuivre sa collaboration avec Kubica
Article précédent

Alfa Romeo veut poursuivre sa collaboration avec Kubica

Article suivant

EL3 - Avantage Verstappen avant les qualifications

EL3 - Avantage Verstappen avant les qualifications
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Formule 1
21 janv. 2022
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021