Derrière le moteur standard, une lutte de pouvoir selon Force India

L’écurie Force India est convaincue que le concept de réduire les coûts des moteurs fait partie d’une stratégie plus large destinée à voir la FIA reprendre le contrôle de la Formule 1.

Le Président de la FIA, Jean Todt, et le grand argentier de la F1, Bernie Ecclestone, souhaitent faire changer la réglementation technique et sportive afin de permettre aux écuries indépendantes d’avoir accès à un moteur relativement économique. Leur intention rencontre toutefois l’opposition des grands motoristes, qui croient que la F1 ne sortira pas gagnante d’une confrontation entre deux types de moteurs.

Bob Fernley, directeur adjoint de Force India, considère que cette rivalité excède le simple cadre du moteur, car son issue aura de lourdes conséquences sur la façon dont le sport est géré.

Selon moi, cet affrontement concerne une lutte de pouvoir entre les constructeurs d’un côté, et la FIA et le détenteur des droits commerciaux de l’autre”, déclare Fernley à Motorsport.com. “Nous n’en sommes que les témoins.”

Le contrôle des manufacturiers

Le problème de motorisation auquel fait face Red Bull Racing démontre précisément à quel point les motoristes ont la mainmise sur ce qui se passe en F1.

Fernley ajoute que la décision de Mercedes et de Ferrari de ne pas fournir de moteurs à Red Bull démontre pourquoi Todt et Ecclestone doivent aider les écuries indépendantes.

“Nous devons profiter d’une meilleure répartition des revenus commerciaux. C’est ce que nous demandons. Et pour cela, il faut contrôler les dépenses. Il n’est pas nécessaire d’avoir une solution ou l’autre. En revanche, il faut parvenir à un résultat, sinon nous nous retrouverons dans une situation où la F1 sera gérée par les grands constructeurs. Je crois que c’est justement cela que Jean et Bernie tentent d’éviter”.

Ils [Todt et Ecclestone] reconnaissent que les écuries indépendantes représentent la colonne vertébrale et l’assurance-vie de la F1. Je suis terriblement déçu de constater que nous avons travaillé aussi fort durant deux ans pour finalement échouer à instaurer un quelconque système de contrôle des coûts. Ce que Jean Todt tente de mettre en place [un moteur indépendant] est né d’une frustration plus qu’autre chose. Il a entièrement raison. Nous devons réduire nos dépenses, et tous les acteurs de la F1 doivent le reconnaître”.

Appel d’offres

Un appel d’offres pour un moteur indépendant ne sera lancé que si les écuries y sont majoritairement favorables. Fernley suggère que la FIA devrait le lancer immédiatement, car cela pourrait générer des idées inédites pour la F1.

J’encourage la FIA à lancer l’appel d’offres et à voir ce qui en découle. Qui sait si nous n’aurons pas droit à des nouvelles idées et des suggestions inédites?”, affirme le Britannique.

Ce vendredi, la FIA a justement lancé officiellement une première consultation sur le sujet. 

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Force India
Type d'article Actualités
Tags coûts, f1, force india, moteur