Formule 1 2017

Des liens plus étroits entre Toro Rosso et Red Bull en 2018

Toro Rosso a laissé entendre la possibilité d'une mise en commun de ressources avec l'écurie-sœur Red Bull à partir de 2018, une fois la nouvelle réglementation de la Formule 1 installée.

La structure de Faenza retrouvera l'année prochaine un moteur Renault, ce qui signifie qu'elle disposera à nouveau des mêmes propulseurs que Red Bull, ce qui va en théorie permettre le partage d'une grande partie du train arrière des voitures.

Le directeur technique de Toro Rosso, James Key, a déclaré ce vendredi que le trop grand nombre d'inconnues du côté des règles 2017 faisaient qu'un partenariat étroit - similaire à celui qui lie Ferrari et Haas - n'allait probablement pas être mis en place la saison prochaine, mais était envisagé pour l'année suivante.

"Il y a plusieurs domaines, de nos jours, où il est acceptable d'avoir les mêmes pièces ou, pour une équipe, de concevoir et d'autoriser une autre équipe à utiliser [des pièces] et ainsi de suite, avant tout pour des choses liées à l'unité de puissance, mais ça concerne aussi la boîte de vitesses et les suspensions", explique-t-il dans une interview sur le site Internet de son équipe.

"C'est tout bon. Cela veut dire que nous pouvons rassembler un peu plus nos ressources et avoir de meilleures synergies dans ces domaines et, évidemment, les deux équipes cherchent à voir les opportunités qui existent."

"Le problème avec les nouveaux règlements, évidemment, est que vous n'avez rien à discuter parce que vous devez passer par le processus de design complet. En conséquence, en 2017, il n'y aura pas tant d'opportunités que cela pour des synergies."

"Dans la seconde année de ces règles, une fois que vous avez des choses qui fonctionnent avec cet ensemble réglementaire, alors c'est beaucoup plus ouvert, donc 2018 sera une meilleure opportunité. Ayant dit cela, avoir le même moteur aide. Cela fait qu'il y a une grande quantité de choses en commun dans certains domaines au niveau du groupe motopropulseur."

Un travail de 17 mois

Key a aussi révélé que le travail sur la Toro Rosso de 2017, la STR12, a commencé dès septembre 2015, même si les règlements n'étaient pas gravés dans le marbre à ce moment-là. "Fondamentalement, nous avions le contour des règles, qui, au final, ont subi quelques changements subtils avant d'être finalisées."

"Ce n'est pas un changement énorme mais finalement, la discipline est parvenue à un ensemble de règles légèrement moins agressives, qui ont été acceptées autour de mars-avril cette année. Cela voulait dire que personne ne pouvait prendre une grande avance dans ce domaine, parce que les règlements étaient toujours à l'étude à ce moment-là."

"Nous savions que les pneus seraient plus larges et nous avons ensuite eu les dimensions de ce avec quoi nous allions devoir travailler. Cela a aussi été affiné, mais pas à un degré énorme. Nous avons commencé à travailler sur ce concept autour de septembre 2015, vraiment juste pour voir ce que cela signifiait et ensuite, comme les règles ont évolué, nous avons modifié nos plans en conséquence. Au moment où la voiture prendra la piste, il s'agira d'un projet de 17 mois."

Les premiers châssis de Toro Rosso sont déjà en production, le travail se concentrant sur les structures d'impact avant les crash-tests et le roulage de février.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Carlos Sainz Jr. , Daniil Kvyat
Équipes Toro Rosso
Type d'article Actualités
Tags james key, partenariat, réglement
Topic Formule 1 2017