Désabusé, Alonso ne pense qu'au WEC

Fernando Alonso est physiquement à Suzuka pour le Grand Prix du Japon, mais son esprit est déjà tourné vers les 6 Heures de Fuji.

Désabusé, Alonso ne pense qu'au WEC
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren, dans son cockpit
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren
Fernando Alonso, McLaren MCL33
Fernando Alonso, McLaren MCL33

C'est une deuxième élimination en Q1 consécutive pour Fernando Alonso, ce qui représente une première depuis la saison 2015. McLaren continue de dégringoler dans la hiérarchie en performance, et sur le très sélectif tracé de Suzuka, Alonso et son coéquipier Stoffel Vandoorne ne sont que 18e et 19e des qualifications respectivement, ne devançant que la Sauber de Marcus Ericsson, accidentée dans cette séance.

"Quand j'ai franchi la ligne, j'étais convaincu que nous allions facilement passer en Q2", déclare l'Espagnol. "C'était probablement l'un des meilleurs tours de ma vie à Suzuka. J'ai vu la caméra embarquée dans la salle des ingénieurs. Si vous avez l'opportunité, regardez-la. Parce qu'il n'y a aucun virage où je laisse filer le moindre millimètre, que ce soit en entrée, en sortie, sur le vibreur. J'ai pris un maximum de risques."

Lire aussi :

McLaren dispose d'une gamme de pneumatiques très différente de la concurrence ce week-end avec seulement quatre trains de supertendres, et la rumeur veut que l'écurie britannique ait laissé passer la date limite fixée par Pirelli pour personnaliser ses 13 sets, le manufacturier italien lui ayant alors imposé une répartition neutre des composés. McLaren nie cette version des faits, mais toujours est-il que Fernando Alonso n'avait pas fait le moindre tour en supertendres ce week-end avant les qualifications.

"Même si nous les avions testés avant, nous sommes quand même à notre place", tempère l'ibère. "Nous savons que les circuits qui requièrent de la puissance et de l'appui aérodynamique comme Suzuka ne sont pas les meilleurs pour nous, et même si nous avions testé le supertendre davantage, nous n'aurions pas gagné grand-chose par rapport à notre résultat actuel. C'était le maximum aujourd'hui. Nous sommes lents depuis le début du week-end, donc ce n'est pas une surprise."

Sur un tracé où il s'est imposé en 2006, Alonso espérera des rebondissements pour avoir une chance de marquer des points. Le pilote McLaren n'est entré dans le top 10 qu'une fois lors des quatre derniers Grands Prix.

"Espérons une course un peu bizarre avec des circonstances particulières pour nous aider à remonter, parce que vu notre rythme de course, ça se présente mal", déplore-t-il. "Malheureusement, la pluie n'est pas annoncée pour demain, il va faire soleil, donc la course sera difficile, mais c'est comme ça. Ce n'est pas qu'ici, ce sera pareil aux États-Unis, au Mexique, au Brésil et à Abu Dhabi. Encore quatre courses."

"Ma priorité ne fait pas de doute"

En attendant que son calvaire s'achève en Formule 1, Fernando Alonso n'a d'yeux que pour l'Endurance et attend avec hâte la prochaine manche du WEC, les 6 Heures de Fuji, le week-end prochain. Rappelons qu'il occupe la tête du championnat avec ses coéquipiers Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima, après avoir remporté les 6 Heures de Spa-Francorchamps et les 24 Heures du Mans.

"Il y a un championnat du monde où j'essaie d'aider l'équipe à finir sixième au classement des constructeurs et où Force India et Sauber nous rattrapent, et dans l'autre, je me bats pour être Champion du monde, donc ma priorité ne fait pas de doute", conclut sans détour celui qui a remporté les titres 2005 et 2006 en Formule 1.

partages
commentaires
Arrivabene pointe une décision "inacceptable", un manque de "bon sens"

Article précédent

Arrivabene pointe une décision "inacceptable", un manque de "bon sens"

Article suivant

Leclerc : Ce sera "compliqué" de doubler les Toro Rosso

Leclerc : Ce sera "compliqué" de doubler les Toro Rosso
Charger les commentaires
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021
Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison Prime

Schumacher, futur roi de la F1 dès sa première saison

Il y a trente ans, Michael Schumacher réalisait des débuts étincelants en F1 à Spa, avec Jordan, avant de rapidement rejoindre Benetton pour le Grand Prix d'Italie. Ce transfert allait mener l'Allemand à sa première victoire un an plus tard et poser les bases de son ascension vers le titre, qu'il décrocherait en 1994.

Formule 1
14 sept. 2021
Les notes du Grand Prix d'Italie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Italie 2021

Après le Grand Prix d'Italie, quatorzième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
13 sept. 2021
La culture de Red Bull, un poids dans sa politique Prime

La culture de Red Bull, un poids dans sa politique

La stratégie par défaut de Red Bull, qui consiste à provoquer des réactions sur les réseaux sociaux chaque fois qu'elle ne parvient pas à obtenir ce qu'elle veut, fait beaucoup de bruit, mais n'a pas vraiment généré de résultats positifs pour l'équipe. Il est temps d'essayer une meilleure tactique.

Formule 1
12 sept. 2021