Deuxième à Austin, Mercedes voit le verre à moitié plein

Selon Andrew Shovlin, responsable de l'ingénierie piste Mercedes, la victoire de Red Bull au Grand Prix des États-Unis n'est pas une mauvaise nouvelle pour les espoirs de titre de la marque à l'étoile.

Deuxième à Austin, Mercedes voit le verre à moitié plein

L'écurie Championne du monde en titre depuis 2014 a dû laisser la victoire au Grand Prix des États-Unis à son rival Red Bull, la stratégie conservatrice de Lewis Hamilton n'ayant pas porté ses fruits. Au classement général, l'écart entre les deux structures descend à 23 points, toujours à l'avantage de Mercedes, tandis que Max Verstappen jouit d'une avance de 12 unités sur Hamilton.

Pourtant, la marque à l'étoile ne se laisse pas abattre et se concentre sur le positif. Andrew Shovlin, responsable de l'ingénierie piste, a assisté à la défaite de l'écurie allemande face à Red Bull au Grand Prix des Pays-Bas, début septembre, mais contrairement à la situation de Zandvoort, Mercedes a pu pousser son concurrent dans ses derniers retranchements sur le sol américain.

"C'est l'un des plus difficiles que nous ayons connu depuis un certain temps", a lancé Shovlin au sujet du week-end du GP des États-Unis. "Depuis la pause [estivale] probablement. Seul Zandvoort a été aussi difficile que celui-là. Max nous a battus dimanche mais je ne pense pas qu'il ait gagné avec une avance confortable. Nous avons poussé [Red Bull] à prendre des risques. Donc si cela est une mauvaise course pour nous, j'espère que nous en connaîtrons de meilleures pour que nous soyons dans une bonne position."

Compte tenu de la différence de philosophie entre la Mercedes W12 et la Red Bull RB16B, les deux monoplaces s'échangent la première place selon le caractère du tracé visité par la F1. Ainsi, la RB16B a adoré les courbes à moyenne et haute vitesse du circuit d'Austin, même si Verstappen a franchi la ligne d'arrivée avec moins de deux secondes d'avance sur Hamilton, auteur du meilleur tour en course. Et selon Shovlin, lorsque c'est la marque à l'étoile qui est en position de force, le rival autrichien connait bien plus de difficultés à tenir le rythme.

"Je pense qu'avec notre rythme en Turquie et à Sotchi, surtout lors de la course, nous étions plus loin devant [Red Bull] qu'eux devant nous ici [à Austin]", a-t-il ajouté. "Les qualifications ont été difficiles et nous avons réussi à placer une voiture sur la première ligne. Pour les courses restantes, tout dépendra du comportement des voitures. Pour nous, ce qui est encourageant, c'est que nous pouvons encore les mettre sous pression alors que nous n'avions clairement pas la meilleure voiture [à Austin]."

Bien qu'Austin fut l'un des terrains de jeu favori de Mercedes par le passé, les contraintes subies par les pneumatiques arrière ont limité la performance de l'équipe cette saison. "Nous étions au courant des zones dans lesquelles nous pouvions être en difficulté", a révélé Shovlin. "Comme je l'ai déjà dit, [Red Bull] était dans une meilleure position à Zandvoort alors que nous étions en difficulté avec le train arrière. L'expérience de Zandvoort nous a inquiété ici [à Austin] car nous savions que c'était l'un de ces circuits où les pneus surchauffaient."

"Mais nous n'abordons pas vraiment les courses avec un tableau pour savoir où nous allons être rapides et où nous allons être lents. Nous savons ce que nous devons faire sur notre voiture, nous savons ce que nous devons faire pour que les pneus soient dans la bonne fenêtre d'utilisation et nous savons ce que nous devons faire le vendredi pour être en mesure d'agir avec précision."

"Le Mexique est un endroit qui, dans le passé, a mis [le châssis Red Bull] et l'unité de puissance Honda en valeur. Mais indépendamment de cela, nous devons toujours arriver avec une voiture qui fonctionne au mieux de ses capacités et donner à Lewis et Valtteri une machine qui leur permet de faire le meilleur travail possible. C'est la seule chose sur laquelle nous travaillons. Nous ne nous préoccupons pas de savoir où en est Red Bull."

Lire aussi :

partages
commentaires
Russell : Le matelas de points me permet de tenter plus de choses
Article précédent

Russell : Le matelas de points me permet de tenter plus de choses

Article suivant

Vergne : "Ce qu'a fait Hamilton, c'est tout sauf de la chance"

Vergne : "Ce qu'a fait Hamilton, c'est tout sauf de la chance"
Charger les commentaires
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021
L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1 Prime

L'investissement de 17000€ qui a prouvé sa valeur en F1

Initialement controversé en raison de son effet sur l'esthétique et le poids des Formule 1, le Halo a gagné en reconnaissance depuis son introduction en 2018. Pat Symonds se penche sur la création d'un sauveur de vies.

Formule 1
18 déc. 2021