Diaporama - Les équipes motorisées par Renault en F1

Cette saison, Renault équipe McLaren, pour la première fois de l'Histoire de l'écurie britannique. Retour en images sur les autres écuries qui ont été propulsées par un bloc de la marque française.

Renault : 1977-1985

Renault : 1977-1985
1/24

En 1977, Renault révolutionne la Formule 1 en introduisant un V6 turbo en compétition. L'écurie du constructeur français remportera durant cette première ère 15 victoires, la première à Dijon en 1979 avec Jean-Pierre Jabouille et la dernière en 1983 avec Alain Prost en Autriche.

Lotus : 1983-1986

Lotus : 1983-1986
2/24

À partir de 1983, en plus de motoriser la structure d'usine, le Losange offre ses blocs à Lotus. L'écurie fondée par Colin Chapman remportera cinq victoires avec le V6 turbo français, grâce à Ayrton Senna et Elio de Angelis.

Ligier : 1984-1986

Ligier : 1984-1986
3/24

En perte de vitesse, Ligier bénéficiera des propulseurs français pendant trois saisons au milieu des années 1980, avec six podiums à la clé.

Tyrrell : 1985-1986

Tyrrell : 1985-1986
4/24

Tyrrell, enfin, fera confiance à Renault à partir de la seconde moitié de l'année 1985, le meilleur résultat de cette association étant deux quatrièmes places, à chaque fois en Australie. Renault se retirera totalement de la Formule 1 en tant que motoriste à la fin de l'année 1986, un an après avoir mis fin à la première ère de son équipe d'usine.

Photo de: LAT Images

Williams : 1989-1997

Williams  : 1989-1997
5/24

En 1989, Renault retrouve la discipline reine mais seulement en tant que motoriste et avec un V10 atmosphérique qui va permettre à Williams de dominer la F1 dans les années 1990 avec cinq titres constructeurs et quatre titres pilotes entre 1992 et 1997. Ce sont les premières couronnes glanées par Renault.

Ligier : 1992-1994

Ligier : 1992-1994
6/24

En parallèle, Renault va retrouver Ligier entre 1992 et 1994, l'écurie fondée par Guy Ligier étant en bout de course. Ce dernier abandonnera d'ailleurs la direction de la structure en 1993. Avec le moteur au losange, l'équipe française signera cinq podiums.

Benetton : 1995-1997

Benetton : 1995-1997
7/24

En 1994, Flavio Briatore, directeur de Benetton, rachète Ligier pour assurer la fourniture de moteurs Renault à son écurie italienne dès 1995. Cette saison-là, Michael Schumacher remportera son second titre mondial et Benetton l'unique de son histoire, avant deux saisons plus difficiles.

Williams, sous le nom de Mecachrome : 1998

Williams, sous le nom de Mecachrome : 1998
8/24

Renault se retirera à nouveau après la saison 1997, sans pour autant totalement disparaître des grilles. En effet, les moteurs français subsisteront en Formule 1 sous des noms et des exploitants différents comme Mecachrome en 1998 pour Williams, avec trois podiums...

Photo de: LAT Images

Benetton, sous le nom de Playlife : 1998-2000

Benetton, sous le nom de Playlife : 1998-2000
9/24

...Playlife pour Benetton, avec six podiums sur trois saisons...

Photo de: WRI2

Williams, sous le nom de Supertec : 1999

Williams, sous le nom de Supertec : 1999
10/24

... Supertec en 1999 pour Williams, avec trois podiums...

Photo de: LAT Images

BAR, sous le nom de Supertec : 1999

BAR, sous le nom de Supertec : 1999
11/24

... BAR, avec comme meilleur résultat une septième place à Saint-Marin...

Arrows, sous le nom de Supertec : 2000

Arrows, sous le nom de Supertec : 2000
12/24

... et Arrows, dont la meilleure performance sera une quatrième place à Monza. Pour toutes ces fournitures, la base est la même : le V10 Renault RS9.

Photo de: LAT Images

Benetton : 2001

Benetton : 2001
13/24

Renault revient officiellement sous son nom en 2001, d'abord en tant que fournisseur moteur de l'écurie Benetton, rachetée par le constructeur français dans le courant de l'année...

Renault : 2002-2011

Renault : 2002-2011
14/24

... avant que la structure ne devienne Renault F1 à partir de 2002. La marque va alors connaître ses premiers succès en tant que constructeur avec tous les titres des saisons 2005 et 2006, en partie grâce à Fernando Alonso. Elle connaîtra ensuite une période moins faste à partir de 2007.

Photo de: Renault F1

Red Bull : 2007-2015

Red Bull : 2007-2015
15/24

Après ses deux titres, Renault s'ouvre à la fourniture des moteurs V8 introduits en 2006 à d'autres structures, à commencer par Red Bull. Le mariage entre Red Bull, Renault, Adrian Newey et Sebastian Vettel rapportera huit titres à la marque autrichienne entre 2010 et 2013. En 2015 cependant, les difficultés avec le V6 turbo hybride sont telles que le partenariat entre les deux marques, s'il subsiste dans les faits avec un bloc rebadgé TAG Heuer, cesse symboliquement.

Photo de: GEPA Pictures

Team Lotus : 2011

Team Lotus : 2011
16/24

Un an après l'arrivée des nouvelles écuries en F1, Team Lotus fera le choix d'équiper ses monoplaces de V8 Renault, sans grand succès cependant, les monoplaces vertes ne faisant jamais mieux que 13e en course.

Williams : 2012-2013

Williams : 2012-2013
17/24

En proie à de grandes difficultés sportives, Williams se tournera pendant deux saisons vers son ancien partenaire. Le point d'orgue de cette collaboration sera une victoire surprise pour Pastor Maldonado au GP d'Espagne 2012, la dernière en date de Williams. Mais la saison 2013 sera proche de la catastrophe, avec quatre points au compteur.

Caterham : 2012-2014

Caterham : 2012-2014
18/24

Team Lotus deviendra par la suite Caterham. Mais conservera une caractéristique : elle n'inscrira aucun point jusqu'à sa disparition, fin 2014.

Lotus F1 : 2012-2014

Lotus F1 : 2012-2014
19/24

Alors que le rachat par Genii Capital d'Enstone, l'ancienne base de Renault, est acté depuis 2010, ce n'est qu'à partir de 2012 que le châssis prend le nom de Lotus. La collaboration entre Enstone et Renault fonctionne à merveille et, malgré un budget limité, l'écurie se mêle souvent à la lutte pour le podium voire la victoire. Elle remportera deux succès avant de connaître une saison catastrophique en 2014, qui conduira l'équipe à se diriger vers un moteur Mercedes.

Toro Rosso : 2014-2015

Toro Rosso : 2014-2015
20/24

Après plusieurs années avec Ferrari, Red Bull choisit de faire bénéficier Toro Rosso d'un moteur Renault, jouant ainsi la carte du travail d'équipe. Les résultats de la marque s'amélioreront mais la relation avec le motoriste s'achèvera une première fois en 2015, dans le sillage des remous causés par le mécontentement de la direction de Red Bull.

Renault : depuis 2016

Renault : depuis 2016
21/24

Comme en 2001, Renault revient par le biais d'Enstone en tant que constructeur. Mais cette fois, la structure rachetée à Genii est exsangue et il faut rebâtir sur des fondations affaiblies par plusieurs années de dettes.

Photo de: Pirelli

Red Bull, sous le nom de TAG Heuer : depuis 2016

Red Bull, sous le nom de TAG Heuer : depuis 2016
22/24

L'année du retour de Renault marque aussi la première du rebadgeage du bloc turbo hybride fourni à Red Bull, qui prend le nom de l'horloger suisse TAG Heuer. Si la collaboration est quasiment identique, le nom de Renault n'apparaît plus sur les F1 de Milton Keynes et les relations publiques sont réduites à leur plus simple expression.

Photo de: Pirelli

Toro Rosso : 2017

Toro Rosso : 2017
23/24

Après une saison frustrante armé d'un moteur Ferrari de 2015, Toro Rosso revient dans le giron Renault en 2017. Cependant, l'accord ne durera qu'une saison, Faenza se dotant de propulseurs Honda en 2018, dans le cadre des négociations entre le motoriste nippon, Red Bull, Renault, et McLaren.

Photo de: Alessio Morgese

McLaren : depuis 2018

McLaren : depuis 2018
24/24

McLaren justement, après trois saisons catastrophiques avec Honda, fait le choix d'essayer de récupérer un moteur Renault. L'opération réussit et la place laissée vacante dans le parc de clients du Losange par Toro Rosso revient alors à Woking, qui peut attaquer un nouveau chapitre de son Histoire...

Photo de: McLaren
Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Renault F1 Team , Lotus F1 , Ligier , Tyrrell , Williams , Benetton , Arrows , British American Racing , Red Bull Racing , Team Lotus , Caterham F1 , Toro Rosso , McLaren
Type d'article Diaporama
Tags histoire, mecachrome, moteur, playlife, supertec, tag-heuer