Diaporama - La Triple couronne, un Graal presque inaccessible

Remporter le Grand Prix de Monaco ou le titre en F1, les 24 Heures du Mans et l'Indy 500, voilà le menu pour coiffer la Triple Couronne, ce qu'un seul homme sur Terre a réussi à ce jour, Graham Hill.

Diaporama - La Triple couronne, un Graal presque inaccessible
Charger le lecteur audio

Après avoir lutté aux avant-postes lors de l'édition 2017 des 500 Miles d'Indianapolis avant un abandon, Fernando Alonso s'attaque cette fois à la Triple Couronne par le versant de l'Endurance.

La Triple Couronne est un titre qui n'a rien d'officiel dans le monde des sports mécaniques. Ainsi, elle n'est pas totalement et objectivement fixée : si ce qui est admis le plus communément est qu'elle regroupe la victoire au Grand Prix de Monaco, aux 24 Heures du Mans et aux 500 Miles d'Indianapolis, il existe aussi une autre variante notable dans laquelle la victoire en Principauté est remplacée par le titre de Champion du monde de Formule 1.

Ce diaporama évoquera les pilotes qui ont remporté au moins deux des trois épreuves, dans les deux configurations possibles. Alonso et Jenson Button ayant réussi les deux performances liées à la F1, une victoire dans la Sarthe les ferait évidemment entrer dans ce club. Il faut noter que Juan Pablo Montoya pourrait tout bonnement devenir le deuxième pilote de l'Histoire à "obtenir" la Triple Couronne puisqu'il participe lui aussi à la classique mancelle en 2018, mais au volant d'une LMP2, ce qui réduit ses chances de succès. Parmi les autres vainqueurs de l'Indy 500 qui participent aux 24H cette année, il y a également Scott Dixon et Tony Kanaan, mais au volant de Ford GT.

Tazio Nuvolari
Tazio Nuvolari
1/27
Tazio Nuvolari (photo, casque blanc) est un cas particulier car il n'a pas couru dans le Championnat du monde de F1, qui n'avait pas été créé avant 1950. Il fut une des légendes des Grands Prix de l'entre-deux guerres, et compte notamment à son palmarès le Grand Prix de Monaco 1932, sur Alfa Romeo.

Photo de: LAT Images

Tazio Nuvolari
Tazio Nuvolari
2/27
L'Italien, une des superstars de l'époque, a aussi remporté les 24 Heures du Mans en 1933 (photo), avec le Français Raymond Sommer, au volant d'une Alfa Romeo. En 1938, il tentera de se qualifier pour l'Indy 500 mais échouera à cette seule tentative.

Photo de: LAT Images

Maurice Trintignant
Maurice Trintignant
3/27
Maurice Trintignant a commencé la course peu avant le début de la Seconde Guerre Mondiale avant de reprendre ensuite, en s'inscrivant notamment aux 24 Heures du Mans dès 1950. Il remportera le classement général en 1954 (photo) pour Ferrari, avec José Froilán González.

Photo de: LAT Images

Maurice Trintignant
Maurice Trintignant
4/27
Participant de la première heure du Championnat du monde de Formule 1 (dès Monaco 1950), le Français gagnera deux courses dans sa carrière : les GP de Monaco 1955 (sur Ferrari) et 1958 (sur Cooper). Il n'a jamais couru à Indianapolis.

Photo de: LAT Images

Mike Hawthorn
Mike Hawthorn
5/27
Mike Hawthorn est un des protagonistes de la fameuse édition 1955 des 24 Heures du Mans, marquée par le terrible accident qui coûtera la vie à 84 personnes. Le Britannique est même tenu responsable, par beaucoup, de cette catastrophe, en ce qu'il a effectué une rentrée aux stands (qui étaient alors simplement en bord de piste) cavalière conduisant au ralentissement de Lance Macklin (Austin-Healey) et à la collision avec la Mercedes de Pierre Levegh (décédé dans l'accident) qui ira ensuite se répandre en morceaux dans le public. Toujours est-il qu'échappant à la catastrophe et alors que la course n'a pas été arrêtée – pour éviter d'engorger la circulation et gêner l'accès des ambulances – Hawthorn l'emportera avec Ivor Bueb au volant de la Jaguar.

Photo de: LAT Images

Mike Hawthorn
Mike Hawthorn
6/27
Le Britannique ne remportera pas Monaco mais sera sacré Champion du monde de F1 au terme de la saison 1958, avec Ferrari. Il n'a en revanche jamais participé aux 500 Miles d'Indianapolis.

Photo de: LAT Images

Phil Hill
Phil Hill
7/27
Phil Hill figure, comme Hawthorn, parmi les champions dont l'héritage est peut-être le plus méconnu des générations actuelles alors que son palmarès est véritablement impressionnant. Il a ainsi remporté les 24 Heures du Mans à trois reprises : en 1958, 1961 et 1962 (photo), à chaque fois avec le Belge Olivier Gendebien et à chaque fois sur Ferrari !

Photo de: LAT Images

Phil Hill
Phil Hill
8/27
Avec Ferrari justement, l'Américain connaîtra même une année particulièrement fructueuse en 1961 puisqu'il sera sacré Champion du monde de F1, après un final tragique à Monza où il verra mourir son équipier et rival pour la couronne, Wolfgang von Trips. Malgré sa nationalité américaine, il n'a jamais participé aux 500 Milies d'Indianapolis.

Photo de: LAT Images

A.J. Foyt
A.J. Foyt
9/27
L'Américain A.J. Foyt est une légende du sport automobile aux États-Unis et aussi l'un des deux seuls pilotes de ce diaporama à avoir remporté l'Indy 500 et Le Mans. Aux 500 Miles d'Indianapolis, son palmarès est même immense, avec quatre succès en 1961, 1964, 1967 et 1977 (photo).

Photo de: IndyCar Series

A.J. Foyt
A.J. Foyt
10/27
L'année 1967 est d'ailleurs particulièrement impressionnante car il remportera aussi les 24 Heures du Mans, à peine une dizaine de jours après la victoire à l'Indy 500. Ce succès, acquis au volant d'une Ford MK IV et aux côtés de son compatriote Dan Gurney, sera son unique sur le circuit de la Sarthe puisqu'il s'agira de sa seule participation ! En Formule 1, il ne compte que trois Grands Prix : les Indy 500 1958, 1959 et 1960, quand l'épreuve américaine comptait encore pour le Championnat du monde.

Photo de: Ford Motor Company

Bruce McLaren
Bruce McLaren
11/27
Bruce McLaren, parmi les plus jeunes pilotes de la discipline à ses débuts, remporte le Grand Prix de Monaco en 1962, pour le compte de Cooper, pour ce qui sera la troisième de ses quatre victoires en discipline reine.

Photo de: LAT Images

Bruce McLaren
Bruce McLaren
12/27
En 1966, année où il lance sa propre écurie, McLaren, il remportera, avec son équipier et compatriote néo-zélandais Chris Amon, les 24 Heures du Mans (photo), armé d'une Ford GT-40. Il tentera de se qualifier pour les 500 Miles d'Indianapolis en 1968 mais son inscription sera retirée au dernier moment par Carrol Shelby lui-même, estimant que sa voiture était trop puissante.

Photo de: Ford Motor Company

Jim Clark
Jim Clark
13/27
L'Écossais Jim Clark a bâti une grande partie de sa légende en Formule 1, où il a remporté deux titres (en 1963 et 1965) et 25 victoires, sans toutefois jamais s'imposer dans les rues de Monaco.

Photo de: LAT Images

Jim Clark
Jim Clark
14/27
Il ajoutera à son impressionnant palmarès une victoire aux 500 Miles d'Indianapolis 1965, une épreuve où il terminera aussi second à deux reprises (en 1963 et 1966), le tout sur Lotus. Il disputera trois fois les 24 Heures du Mans, avec comme meilleur résultat une troisième place en 1960 au volant d'une Aston Martin DBR1, avec l'Anglais Roy Salvadori comme équipier.

Photo de: Indianapolis Motor Speedway

Graham Hill
Graham Hill
15/27
Graham Hill, le seul homme sur cette terre qui aurait pu prétendre à la Triple couronne si elle avait été un titre officiel, quelle que soit sa définition. En effet, en F1, durant sa longue carrière, il sera sacré Champion du monde deux fois, en 1962 (sur BRM) et 1968 (sur Lotus), et remportera le Grand Prix de Monaco à cinq reprises entre 1963 et 1969.

Photo de: LAT Images

Graham Hill
Graham Hill
16/27
En 1966, le Britannique s'engagera pour la première fois aux 500 Miles d'Indianapolis et remportera l'épreuve américaine après être parti 23e. Lors des deux saisons suivantes, il retentera sa chance sans succès.

Photo de: Indianapolis Motor Speedway

Graham Hill
Graham Hill
17/27
Et enfin, en 1972, au volant d'une Matra et avec Henri Pescarolo comme équipier, il s'imposera aux 24 Heures du Mans, pour son ultime participation, après avoir terminé second en 1964 et 1965.

Photo de: LAT Images

Jochen Rindt
Jochen Rindt
18/27
En 1965, année où il débute à temps-plein en Championnat du monde de F1, l'Autrichien Jochen Rindt a encore un pied en Endurance où il remporte les 24 Heures du Mans en compagnie de l'Américain Masten Gregory (et de Ed Hugus, même si ce dernier ne sera jamais crédité du succès, tout simplement parce qu'il a effectué un relais alors que cela était interdit), au volant d'une Ferrari 250LM.

Photo de: LAT Images

Jochen Rindt
Jochen Rindt
19/27
En F1, au volant de la fameuse Lotus 72C, il réalisera en 1970 une saison quasiment parfaite qui lui octroiera le titre, même s'il s'agira d'un triste sacre, l'intéressé trouvant la mort à Monza, quelques courses avant la fin de saison. Cette année-là, il remportera le GP de Monaco. Dans sa carrière, il disputera aussi deux fois les 500 Miles d'Indianapolis, avec comme meilleur résultat une 24e place en 1967.

Photo de: Sutton Motorsport Images

Mario Andretti
Mario Andretti
20/27
Mario Andretti participera à chacune des éditions des 500 Miles d'Indianapolis entre 1965 et 1994 à l'exception de 1979, mais ne s'imposera qu'une seule fois sur le légendaire ovale, en 1969 (photo).

Photo de: IndyCar Series

Mario Andretti
Mario Andretti
21/27
En Formule 1, s'il ne soulèvera jamais le trophée de vainqueur au Grand Prix de Monaco, l'Américain sera sacré Champion du monde en 1978 sur Lotus. Quant aux 24 Heures du Mans, il y participera à huit reprises entre 1966 et 2000, avec comme meilleur résultat une deuxième place en 1995 sur une Courage (avec Bob Wollek et Éric Hélary).

Photo de: LAT Images

Emerson Fittipaldi
Emerson Fittipaldi
22/27
Le Brésilien Emerson Fittipaldi a été sacré à deux reprises Champion du monde de Formule 1, avec Lotus en 1972 et avec McLaren en 1974, sans toutefois monter sur la plus haute marche du podium à Monaco.

Photo de: LAT Images

Emerson Fittipaldi
Emerson Fittipaldi
23/27
Après sa carrière en F1, il s'engagera notamment en championnat CART aux États-Unis, où il parviendra à remporter l'Indy 500 deux fois, en 1989 et 1993 (photo).

Photo de: IndyCar Series

Jacques Villeneuve
Jacques Villeneuve
24/27
Jacques Villeneuve débute sa carrière en Europe avant de revenir en Amérique du Nord pour y disputer la Formule Atlantique puis le CART. Dans ce championnat, il remporte, en 1995, les 500 Miles d'Indianapolis malgré une pénalité de deux tours infligée pour avoir dépassé le Pace Car.

Photo de: IndyCar Series

Jacques Villeneuve
Jacques Villeneuve
25/27
Arrivé en F1 chez Williams en 1996, le Canadien sera sacré Champion du monde en 1997, après un final épique de la saison où Michael Schumacher et lui iront au contact à Jerez. Il n'a pas remporté le GP de Monaco dans sa carrière. En revanche, aux 24 Heures du Mans, il s'engagera durant deux années, en 2007 et 2008 avec Peugeot, et manquera de peu la Triple couronne en terminant deuxième de l'édition 2008. Le Québécois n'a pas annoncé sa retraite sportive et est donc toujours potentiellement en position de glaner la Triple couronne.

Photo de: LAT Images

Juan Pablo Montoya
Juan Pablo Montoya
26/27
Comme Villeneuve, le Colombien Juan Pablo Montoya écrit d'abord son histoire outre-Atlantique, dans le championnat CART – qu'il remportera en 1999 – avant de signer son premier succès à Indianapolis en l'an 2000. Il réitérera cette performance 15 ans plus tard, en 2015, après son retour dans la discipline.
Juan Pablo Montoya
Juan Pablo Montoya
27/27
Entre-temps, Montoya est passé par la Formule 1 notamment, au sein des écuries Williams et McLaren. C'est avec la première qu'il s'imposera, en 2003, lors du Grand Prix disputé en Principauté. Il participera aux 24 Heures du Mans 2018, en catégorie LMP2.

Photo de: Sutton Motorsport Images

partages
commentaires
Mercedes : Les moteurs de Montréal étaient utilisés à plein
Article précédent

Mercedes : Les moteurs de Montréal étaient utilisés à plein

Article suivant

Le Grand Prix de Belgique prolongé pour 3 années de plus

Le Grand Prix de Belgique prolongé pour 3 années de plus