Pourquoi la marche arrière de Hamilton n'était pas illicite

La remontée de Lewis Hamilton pour terminer deuxième au Grand Prix d'Émilie-Romagne a été facilitée par un retour en piste en marche arrière après avoir été piégé par la piste humide, ce qui n'était pas une violation du règlement selon la direction de course.

Alors qu'il gagnait du terrain sur la Red Bull de Max Verstappen, en tête du Grand Prix d'Émilie-Romagne depuis le premier tour, Lewis Hamilton a commis une rare faute de pilotage en négociant du trafic. À l'approche de Tosa, le septième virage du circuit, Hamilton a posé ses pneus slicks sur une partie de la piste encore humide. Piégé par le manque d'adhérence, le septuple Champion du monde a filé vers le bac à gravier adjacent.

Le faible rayon de braquage de sa monoplace l'a empêché de rejoindre la piste en marche avant, et a même provoqué la casse de son aileron avant. Pour ne pas abandonner, Hamilton a donc enclenché la marche arrière pour revenir en piste. Cette action a toutefois laissé quelques spectateurs circonspects, certains suggérant qu'il était à la fois dangereux et contraire au règlement de faire marche arrière sur la piste.

Cela a également rappelé le célèbre Grand Prix du Portugal 1989, lorsque Nigel Mansell a été disqualifié pour une marche arrière dans la voie des stands après avoir manqué son garage. Cependant, dans le cas de Mansell, les règles sont bien précises. L'article 28.3 du Règlement Sportif de la Formule 1 dispose : "À aucun moment une voiture ne peut reculer dans la voie des stands par ses propres moyens."

En revanche, sur la piste, rien n'indique que les voitures ne peuvent pas être conduites en marche arrière. La raison pour laquelle il est obligatoire d'avoir ce rapport sur la boîte de vitesses est pour garantir aux pilotes la possibilité de se déplacer en arrière si nécessaire. La seule exigence imposée est de reculer de manière sûre. Les articles 27.3 et 27.4 du Règlement Sportif indiquent : "Si une voiture quitte la piste, le pilote peut la rejoindre seulement si cela se fait en toute sécurité et sans en tirer un avantage. À aucun moment une voiture ne peut être pilotée lentement, de manière erratique ou d'une manière qui pourrait être considérée comme potentiellement dangereuse pour les autres pilotes ou toute autre personne." 

Lire aussi :

De ce fait, selon Michael Masi, le directeur de course de la Formule 1, la situation ayant impliqué la marche arrière du pilote Mercedes n'était pas dangereuse, ne sortait pas du cadre du règlement et donc ne nécessitait ni enquête ni sanction.

"Je pense qu'en regardant l'incident, il s'agissait simplement d'une marche arrière pour sortir du bac à gravier et rejoindre le bord de la piste", explique-t-il. "En écoutant la radio de Lewis entre lui et son équipe, ils l'ont conseillé tout au long [de la manœuvre]. Donc, dans cette circonstance particulière, je n'ai pas envisagé de le signaler aux commissaires."

Pourquoi opter pour un départ lancé ?

La sortie de piste de Hamilton a été suivie par un accrochage impressionnant entre son équipier, Valtteri Bottas, et George Russell, ayant entraîné la sortie du drapeau rouge. Depuis quelques années, la direction de course dispose de plusieurs solutions à la fin d'une interruption de la course : un départ lancé, sous régime de voiture de sécurité, ou un départ arrêté, permettant de voir une relance bien plus compacte et d'augmenter les possibilités de dépassement dans les premiers kilomètres.

Cette dernière alternative a été appliquée à plusieurs reprises en 2020, à Monza, au Mugello et à Sakhir. Cependant, le Grand Prix d'Émilie-Romagne 2021 a été relancé par la voiture de sécurité. Selon Masi, il était nécessaire de procéder de cette manière en raison du manque d'adhérence hors de la trajectoire idéale, une partie encore humide et ayant provoqué l'accident entre Bottas et Russell.

"C'est une procédure très discrétionnaire", poursuit le directeur de course. "Après [le drapeau rouge], nous pouvons avoir soit un départ arrêté, comme nous l'avons vu précédemment, soit un départ lancé. Et après avoir examiné la situation, en particulier avec le côté gauche de la piste assez humide à l'approche du virage 2, nous avons décidé d'opter pour un départ lancé."

"En général, nous annonçons un départ arrêté ou un départ lancé une fois que les voitures ont quitté la voie des stands. À cette occasion, nous l'avons fait à peu près au virage 7 [à l'épingle de Tosa], lorsque les feux de la voiture de sécurité se sont éteints. Et 'RS' [rolling start, départ lancé, ndlr] est apparu sur les écrans, ce qui est la procédure stipulée dans le règlement."

partages
commentaires
Stats Imola 2021 - Verstappen rejoint un cercle très fermé
Article précédent

Stats Imola 2021 - Verstappen rejoint un cercle très fermé

Article suivant

Russell prévoit d'appeler Bottas pour "mettre les choses au clair"

Russell prévoit d'appeler Bottas pour "mettre les choses au clair"
Charger les commentaires
Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton Prime

Le maestro qui a ouvert la voie à Schumacher et Hamilton

Juan Manuel Fangio, sans égal sur la piste et en dehors, a été le premier à définir ce qu'était un grand pilote de Formule 1. Nigel Roebuck retrace l'histoire d'un remarquable champion.

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021