Domenicali : Alonso, Hamilton et Vettel sont "au sommet de la F1"

Directeur de la Scuderia Ferrari de 2008 à 2014, Stefano Domenicali a passé pas moins de 19 ans au sein de la structure de Maranello, et conserve un regard avisé sur le monde de la Formule 1, qu'il a quitté depuis lors.

Domenicali : Alonso, Hamilton et Vettel sont "au sommet de la F1"
Stefano Domenicali, CEO Lamborghini
Podium : le deuxième, Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, le troisième, Sebastian Vettel, Ferrari
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W08, Fernando Alonso, McLaren MCL32
Sebastian Vettel, Ferrari et Fernando Alonso, McLaren en conférence de presse
#23 United Autosports Ligier LMP2, P: Phil Hanson, Lando Norris, Fernando Alonso
Le casque de Fernando Alonso, United Autosports
#11 GRT Grasser Racing Team Lamborghini Huracan GT3, GTD: Rolf Ineichen, Mirko Bortolotti, Franck Perera, Rik Breukers
#48 Paul Miller Racing Lamborghini Huracan GT3, GTD: Madison Snow, Bryan Sellers, Andrea Caldarelli, Bryce Miller
#11 GRT Grasser Racing Team Lamborghini Huracan GT3, GTD: Rolf Ineichen, Mirko Bortolotti, Franck Perera, Rik Breukers
#48 Paul Miller Racing Lamborghini Huracan GT3, GTD: Madison Snow, Bryan Sellers, Andrea Caldarelli, Bryce Miller
Eric Bernard, Larrousse Lola LC89 Lamborghini
Nicola Larini, Team Modena - Lamborghini 291
Erik Comas, Ligier JS35B Lamborghini
Christian Fittipaldi, Minardi M192 Lamborghini
Philippe Alliot, Larrousse Lamborghini

Domenicali a eu le privilège de travailler avec des pilotes parmi les plus grands de notre ère, notamment Kimi RäikkönenFelipe Massa et Fernando Alonso. Il considère ce dernier comme l'un des trois meilleurs pilotes de F1 actuels, aux côtés de Lewis Hamilton et de Sebastian Vettel.

Lorsque le journal italien Corriere dello Sport lui demande qui est le meilleur entre Alonso et Hamilton, Domenicali répond : "Il est difficile de dresser des bulletins de notes, parce qu’il y a celui qui est plus fort en qualifications, celui qui l’est en course, ou dans la résistance mentale. Aujourd’hui, ils sont trois au sommet de la Formule 1 : eux deux et Vettel. Les différences sont minimes, mais comme toujours cela dépend beaucoup de la voiture qu’ils pilotent."

En ce qui concerne Alonso, il entame sa 12e saison dans la quête d'un troisième titre mondial, après notamment cinq campagnes infructueuses chez Ferrari de 2010 à 2014. Lassé de son insuccès, le pilote McLaren commence à se tourner vers de nouveaux horizons, notamment les 500 Miles d'Indianapolis et les 24 Heures du Mans.

"Fernando a besoin de défis en dehors de la Formule 1 parce que son équipe traverse une période difficile. Il essaye de prouver à quel point il est grand, à 360°. Il reste parmi les meilleurs dans l’absolu", ajoute Domenicali, qui prédit par ailleurs un nouveau duel Mercedes/Ferrari pour le titre 2018, avec Red Bull en arbitre.

L'Italien est désormais PDG de Lamborghini, ce qui ne l'empêche pas de compatir avec les difficultés rencontrées par Ferrari en Formule 1. Bien qu'actuellement compétitive, la Scuderia n'a toujours pas remporté le moindre titre depuis le championnat des constructeurs 2008.

"En montagne, plus on monte haut et plus l’air se raréfie", analyse-t-il. "Ils savaient à quel point l’ascension vers le titre serait difficile, mais on ne réalise certaines difficultés que lorsque l’on est proche du sommet. Je suis certain que cette année ils vont se battre jusqu’au bout."

Lamborghini vs. Ferrari en GT

Quant aux Lamborghini, c'est dans d'autres compétitions qu'on les retrouve, à savoir le Blancpain GT Series et l'IMSA. La marque a justement remporté les 24 Heures de Daytona 2018 dans la catégorie GTD, avec une Huracán GT3 confiée à Mirko Bortolotti, Rik Breukers, Rolf Ineichen et Franck Perera. Elle a également été sacrée dans le championnat Endurance du Blancpain l'an passé, ce même Bortolotti s'imposant aux côtés d'Andrea Caldarelli et de Christian Engelhart. Et dans les deux cas, Ferrari était également engagé.

"Mon lien avec Ferrari reste très fort", commente Domenicali. "En Formule 1 je reste l’un de leurs grands supporters, en GT j’essaye de les battre, mais si je gagne, je suis content parce que j’ai gagné, pas parce que les autres ont perdu. Et je ne parle pas uniquement de courses, c’est mon approche de la vie."

Quant à comparer ces deux grands constructeurs transalpins, "ce sont des produits différents, historiquement. Le Cheval Cabré est né d’une grande équipe de course et s’est ensuite transformé en entreprise sous l’impulsion d’Enzo Ferrari, Lamborghini est né en tant que GT."

"Leurs lignes et leurs clientèles sont différentes : Ferrari a beaucoup plus d’histoire et reste la première voiture emblématique du monde du luxe à s’être affirmée dans le monde, Lamborghini a toujours été plus petit. Ferrari a fait preuve de continuité, a constamment produit des voitures merveilleuses en touchant le cœur du grand public grâce à sa présence en Formule 1."

"Par le passé, Lamborghini a survécu à des crises déclenchées par l’instabilité de l’actionnariat, qui ont eu des répercussions inévitables sur la production. On peut dire que ce sont des concurrents, mais je les vois vraiment comme étant différents en matière de philosophie du produit.”

Pourrait-on voir Lamborghini un jour en Formule 1, alors que le constructeur y a été motoriste avec son V12 fourni à sept écuries différentes de 1989 à 1993 sans grand succès ? "La Formule 1 n’est pas en vue pour Lamborghini, en tout cas pour le prochain quinquennat", conclut Domenicali.

Avec Léna Buffa

 
partages
commentaires
Massa n'a pas donné "le moindre conseil" à Stroll

Article précédent

Massa n'a pas donné "le moindre conseil" à Stroll

Article suivant

Ricciardo : Verstappen est le premier équipier "qui me met au défi"

Ricciardo : Verstappen est le premier équipier "qui me met au défi"
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021