Symonds : La domination de Mercedes masquait leurs problèmes de pneus

Pour Pat Symonds, aujourd'hui directeur technique de la Formule 1, Mercedes connaît en ce début d'année 2018 des problèmes qui sont dans la lignée de ceux rencontrés il y a bien des années, avant même l'ère turbo hybride.

Mercedes a remporté les huit titres en jeu entre les saisons 2014 et 2017 et, même si l'écurie n'a connu aucune victoire lors des trois premières courses de l'exercice 2018, elle a surtout payé des choix stratégiques douteux et un manque de réussite sur le timing de certaines interventions de la voiture de sécurité, qu'elle soit virtuelle ou réelle.

Cependant, il apparaît également que l'une des principales faiblesses de l'équipe de Brackley soit une nouvelle fois sa gestion des pneus, notamment vis-à-vis de leur fenêtre de fonctionnement. Et pour Pat Symonds, cette situation n'est pas nouvelle et surtout, les problèmes rencontrés lors des saisons 2011 à 2013, les dernières de l'ère du V8, n'ont jamais véritablement été surmontés. Ils ont tout au plus été masqués par les performances extrêmement impressionnantes de l'ère du V6 turbo hybride. 

"Si on se penche sur l'histoire récente de Mercedes, une chose qu'ils n'ont jamais vraiment surmonté est la gestion des pneus. Nous avons vu cela lors de l'ère pré-hybride, quand ils n'avaient pas l'avantage moteur qu'ils ont actuellement. À l'époque, s'ils ne géraient pas bien leurs pneus, ils ne faisaient pas de grandes courses."

"Je pense que les choses ont été masquées de 2014 à 2016, simplement parce qu'ils avaient ce grand avantage en puissance. Ensuite, l'an passé, nous avons commencé à entendre la voiture être qualifiée de 'diva'. Qu'est-ce que c'est ? Dans mon esprit, la différence en performance d'un week-end à l'autre n'est pas vraiment explicable par l'aérodynamique ou par la dynamique du véhicule ou par quelque chose comme ça."

"Avec un package aéro/châssis, trouver le bon set-up peut vouloir dire gagner à peu près un dixième entre le vendredi et les qualifications du samedi. Mais quand vous connaissez un grande changement, quand soudainement vous n'êtes pas compétitif, ce doit être lié aux pneus. Et si c'est lié aux pneus, c'est lié au fait que l'on ne les utilise pas bien et que les températures ne sont pas correctes."

Symonds s'est aussi penché sur l'aspect stratégique et notamment les différentes questions qui ont pu se poser au fil des Grands Prix d'Australie, de Bahreïn et de Chine. "Stratégiquement, ils ont aussi connu des problèmes. Quand vous avez une voiture rapide et que vous contrôlez la course, la stratégie vient à vous."

"Mais récemment, avec Mercedes, nous avons vu des décisions stratégiques... je ne dirais pas mauvaises, mais je dirais imparfaites. Je pense que c'est parce qu'il y a pu y avoir des décisions imparfaites auparavant, mais avec un tel avantage de performance, on ne les voyaient pas vraiment."

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes Mercedes
Type d'article Actualités
Tags pat symonds