Drapeau à damier agité trop tôt : les explications de Whiting

partages
commentaires
Drapeau à damier agité trop tôt : les explications de Whiting
Par : Fabien Gaillard
11 juin 2018 à 07:30

Au lieu d'être agité au terme du 70e tour de course, le drapeau à damier l'a été un tour avant. Le directeur de course de la FIA, Charlie Whiting, a expliqué les raisons de cette erreur.

Charlie Whiting, directeur de course de la FIA, en conférence de presse
Valtteri Bottas, Mercedes-AMG F1 W09 et Max Verstappen, Red Bull Racing RB14 sous le drapeau à damier
Winnie Harlow agite un drapeau à damier
Un fan de Lance Stroll, Williams Racing, agite un drapeau canadien
Sebastian Vettel, Ferrari SF71H, passe sous le drapeau à damier
Winnie Harlow agite un drapeau à damier
Un drapeau lors de la course de radeaux
Sebastian Vettel, Ferrari, fête sa victoire avec un drapeau Ferrari
Winnie Harlow agite un drapeau à damier
Charlie Whiting, directeur de course, FIA, et Matteo Bonciani, délégué média de la FIA, face à la presse
Charlie Whiting, directeur de course de la FIA, observe le lieu de l'accident de Brendon Hartley, Scuderia Toro Rosso STR13 en FP3

La responsabilité de l'agitation du drapeau revenait pour cette course au top model canadien, Winnie Harlow. Or le drapeau a été présenté trop tôt et comme le veut le règlement en pareille circonstance, le résultat de la course a été pris sur le tour précédent, en l'occurrence le 68e.

L'article 43.2 du Règlement Sportif est en effet rédigé comme suit : "Si, pour une raison quelconque, le signal de la fin de course est donné avant que la voiture de tête ait réalisé le nombre de tours prévu [...], la course sera considérée terminée au moment où la voiture de tête a franchi la ligne d'arrivée pour la dernière fois avant que le signal ait été donné."

Cet événement, qui n'est pas une première dans l'Histoire de la discipline reine, a immédiatement été repéré par les pilotes et Harlow pointée du doigt. Réagissant sur son compte Instagram, avec une photo d'elle tenant le drapeau en question aux côtés d'un officiel, la mannequin a ainsi écrit : "Quand ils vous disent d'agiter le drapeau un tour trop tôt ! Vous n'aviez qu'une chose à faire, monsieur ! Hahaha, mais je suis très heureuse que tout le monde ait été en sécurité et que personne n'ait été blessé."

Comme l'expliquait notamment Sebastian Vettel après la course, le risque d'une telle situation est d'inciter les commissaires, qui agitent par tradition tous les drapeaux au passage des voitures dans le tour d'honneur, mais aussi les spectateurs à se présenter sur les bas-côtés ou même la piste, avec tout le danger que cela pourrait représenter alors que les pilotes demeuraient à vitesse de course.

Revenant sur l'incident, Charlie Whiting a expliqué : "Il y a eu une erreur de communication entre la plateforme de départ et le gars qu'ils appellent le starter ici, le gars qui fait démarrer et termine la course. Il pensait qu'il s'agissait du dernier tour, il a demandé au race control de le confirmer, ils ont confirmé."

"Ils pensaient qu'il les informait alors qu'en fait il posait une question, et il l'a juste agité un tour plus tôt. Il a dit à la personne chargée d'agiter le drapeau de l'agiter un tour plus tôt, donc ça n'a rien à voir avec le fait qu'il s'agissait d'une célébrité."

Whiting suspecte une confusion dans l'appréciation du compteur de tours : "Je pense que les gens qui ne travaillent pas en Formule 1 sont parfois confus par rapport aux infographies qu'ils voient sur l'écran, où il y a marqué 69 sur 70. Nous savons tous que nous sommes dans le 69e tour, mais pour quelqu'un qui est un observateur un peu plus occasionnel, il est possible de penser : 'Ça veut dire que c'est le dernier tour'. Je pense que c'est de là que vient le doute. Nous devons évidemment faire un meilleur travail pour briefer ces gens."

Prochain article Formule 1
Wolff : "Nous devons nous réveiller" chez Mercedes

Article précédent

Wolff : "Nous devons nous réveiller" chez Mercedes

Article suivant

Renault menace de retirer l'offre moteur faite à Red Bull

Renault menace de retirer l'offre moteur faite à Red Bull
Load comments

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP du Canada
Catégorie Course
Lieu Circuit Gilles-Villeneuve
Auteur Fabien Gaillard
Type d'article Actualités