Drapeaux jaunes : Magnussen furieux, enquête en cours à Istanbul

Au terme d'une séance de qualifications hors du commun à Istanbul, les commissaires sportifs du Grand Prix de Turquie doivent désormais se pencher sur le cas des nombreux chronos améliorés sous drapeau jaune à Istanbul.

Drapeaux jaunes : Magnussen furieux, enquête en cours à Istanbul

Éliminé en Q1 lors des qualifications du Grand Prix de Turquie et 16e sur la grille de départ, Kevin Magnussen est en colère. Dans une séance largement perturbée par la pluie, avec notamment deux drapeaux rouges brandis lors de la première partie, il était crucial de sortir un bon tour dans les derniers instants. Une mission rendue délicate par les sorties de piste et les drapeaux jaunes, plus particulièrement celui provoqué au virage 3 après le tête-à-queue de Daniil Kvyat. En dépit de cet incident, la majorité des pilotes est parvenu à améliorer son chrono, à l'exception notamment de Kevin Magnussen, Sergio Pérez, Esteban Ocon et Lewis Hamilton. Ces améliorations malgré les drapeaux jaunes ont provoqué la colère du pilote danois. 

"J'ai respecté les règles, j'ai levé le pied et j'ai abandonné mon tour", explique-t-il. "Il y avait clairement un drapeau jaune. Il y avait quelqu'un dans les graviers à l'extérieur de ce virage, et la règle dit qu'il faut abandonner le tour, pas seulement lever un peu le pied ou quoi que ce soit. Elle dit qu'il faut abandonner le tour, ce que j'ai fait. J'étais trois secondes plus lent que mon meilleur tour et la piste était meilleure, donc tous les autres ont attaqué et amélioré leurs tours, et voilà que je me fais sortir en Q1. À ce moment-là j'étais septième. Je suis énervé."

Lire aussi :

Dès la fin de la Q1, les commissaires ont annoncé l'ouverture d'une enquête, toutefois menée uniquement à l'issue de la séance de qualifications. Il va sans dire que les heures qui viennent risquent d'être donc très occupées pour les officiels, mais cela ne suffira pas à apaiser la colère de Magnussen dans l'immédiat. "Ces gars-là prendront trois ou quatre places [de pénalité sur la grille]", avance le pilote Haas. "Ça ne changera rien pour moi. La prochaine fois, dans cette situation, j'attaquerai, car je préfère prendre trois places de pénalité en étant septième."

Magnussen entend "évidemment" aborder la question avec le directeur de course Michael Masi. "Si c'est la norme, si c'est normal, je ne peux pas justifier d'avoir ralenti", tempête-t-il à nouveau. "Je préfère passer [en Q2] et prendre une pénalité après. C'est dangereux vous savez."

partages
commentaires
Qualifs - Stroll se joue des conditions et de Verstappen !

Article précédent

Qualifs - Stroll se joue des conditions et de Verstappen !

Article suivant

Stroll "sous le choc" après sa pole position à Istanbul

Stroll "sous le choc" après sa pole position à Istanbul
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021