Un DRS avec "moins d'influence" grâce au règlement F1 2022 ?

Pour le directeur technique de McLaren, James Key, le DRS aura une moins grande influence en Formule 1 quand la réglementation 2022 entrera en vigueur.

Un DRS avec "moins d'influence" grâce au règlement F1 2022 ?

La Formule 1 va voir en 2022 l'introduction d'une réglementation technique qui aura pour objectif de rendre les luttes en piste plus aisées, grâce à un package aérodynamique qui fera la part belle à l'effet de sol, prédisposant moins aux problèmes de turbulences aéro. Ces dernières empêchent généralement les bagarres en piste de pouvoir durer car la voiture suiveuse perd en performance aérodynamique dans les virages et doit en plus contraindre ses pneus, donc les abîmer encore plus, pour maintenir le rythme.

Avec l'arrivée de ce règlement, d'aucuns espèrent la disparition du DRS, système de réduction de la traînée qui permet aux monoplaces situées à moins d'une seconde en course de gagner de la vitesse de pointe en abaissant le volet supérieur de l'aileron arrière. Ce dispositif, qui est censé pallier le manque de dépassements en F1, a tendance selon ses détracteurs à les rendre trop faciles, de sorte qu'il est quasiment impossible de s'en défendre et que cela réduit les luttes en piste à leur plus simple expression.

Lire aussi :

James Key, le directeur technique de McLaren, prévient d'emblée : le DRS sera toujours là en 2022, mais sa puissance sera réduite. "Je pense que si le projet fonctionne, il aura moins d'influence. Je crois que ça sera toujours nécessaire. Ces règles sont vraiment basées sur les dépassements, finalement. Mais ce que l'on découvre, c'est que ça ne concerne pas que les voitures, c'est aussi lié aux circuits. Les voitures de F1 sont si rapides qu'il n'y a que peu d'opportunités d'avoir un différentiel de performance suffisamment important pour dépasser."

"Évidemment, le freinage est le principal, et c'est là que le DRS aide. Si vous examinez certaines pistes − peut-être Spa, où les dépassements sont possibles dans de nombreux endroits, et à Bahreïn également − vous voyez que ça se produit, ce n'est pas comme si c'était impossible."

"Je pense que les nouvelles règles vont encourager les luttes serrées sur certains des circuits les plus compliqués, si on prend Silverstone ou Suzuka, peut-être même la Hongrie, où il est difficile de suivre. Et si ça fonctionne, l'écart sera plus serré, il sera globalement possible de faire la course in situ [sic] au lieu d'avoir à attendre une ligne droite. Mais le DRS jouera probablement un rôle pour garantir un dépassement. Sa puissance sera moindre, j'ai tendance à être d'accord avec ça."

Lire aussi :

Concernant plus particulièrement l'introduction du package 2022, même si un certain nombre de données récoltées sur les monoplaces actuelles ne seront pas pertinentes, Key estime que l'approche générale pourra être conservée. "Il y a différents types de connaissances. Bien sûr, la pure connaissance aérodynamique au niveau des détails sur la manière dont ces choses fonctionnent, ce n'est pas vraiment pertinent."

"Mais ce que l'on essaie d'accomplir en utilisant ces dispositifs sur lesquels nous avons de la liberté actuellement est exactement ce que l'on veut accomplir en 2022, il faut juste trouver des façons différentes de le faire. Donc le type de compréhension sur la manière dont l'aéro idéale fonctionne autour de la voiture, par exemple, qui est simple à déduire mais difficile à réaliser, tient toujours pour 2022."

"Vous allez avoir les mêmes problèmes aérodynamiques, les mêmes limitations, des sensibilités probablement très similaires avec lesquelles il faudra également composer. Donc il faudra rafraîchir vos connaissances aérodynamiques à cet égard, mais les connaissances que vous apportez au niveau de ce que vous essayez d'atteindre sont en fait assez similaires à ce que nous savons aujourd'hui. C'est une question d'adaptation en termes de connaissances, de ce que l'on cherche à accomplir, et c'est véritablement un nouveau départ en ce qui concerne la connaissance aérodynamique de ce qui fait quoi."

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires

Voir aussi :

Les notes du Grand Prix de Turquie 2020

Article précédent

Les notes du Grand Prix de Turquie 2020

Article suivant

Plus de 1000 km pour Alonso et Renault à Abu Dhabi

Plus de 1000 km pour Alonso et Renault à Abu Dhabi
Charger les commentaires
Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1 Prime

Le "pas en arrière" qui sera bénéfique à la F1

Ses jours étant apparemment comptés, le MGU-H semble devoir être supprimé des futures règles moteur de la Formule 1, afin d'attirer de nouveaux constructeurs. Bien que cela puisse apparaître comme un changement de direction, les avantages pour les équipes et les fans pourraient faire de cette décision un choix judicieux.

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire Prime

Pourquoi le duel 2021 pour le titre est encore loin du pire

La Formule 1 reprend ses droits pour le Grand Prix de Russie, deux semaines après le dernier épisode du combat entre Max Verstappen et Lewis Hamilton. Alors que les incidents de Silverstone et de Monza ont suscité la controverse, ils manquaient heureusement d'un élément qui, jusqu'à présent, sépare la lutte pour le titre de 2021 des pires exemples de batailles peu glorieuses...

Formule 1
23 sept. 2021
Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes Prime

Comment la Formule 1 s'est rendue peu attrayante pour les nouvelles équipes

Le plafonnement des budgets en Formule 1 a été présenté comme le sauveur de plusieurs équipes et a contribué à garantir leur viabilité pour les investisseurs. Mais il existe déjà un autre mécanisme qui a eu le même effet et qui dissuade fortement ceux qui ont les moyens de créer seuls une nouvelle équipe.

Formule 1
22 sept. 2021
Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux" Prime

Le défi colossal d'une écurie qui "mérite mieux"

Qui mieux que le directeur technique d'Alfa Romeo pour décrire avec précision les enjeux majeurs auxquels est confrontée l'écurie pour préparer 2022 ? Motorsport.com s'est longuement entretenu avec Jan Monchaux.

Formule 1
20 sept. 2021
Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux Prime

Vettel et Schumacher, un lien fort et précieux

Mick Schumacher n'est pas le seul "fils de" à avoir atteint la Formule 1, mais il y est parvenu en l'absence de son père ces dernières années. Pour Sebastian Vettel, Michael a été une idole d'enfance puis un mentor et désormais, l'Allemand joue le rôle de "grand frère" pour Mick. Que sait-on vraiment de la place qu'il occupe dans la progression du nouveau Schumacher ?

Formule 1
19 sept. 2021
L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier Prime

L'autre incident du GP d'Italie dont la F1 devrait se soucier

Le crash de Max Verstappen et Lewis Hamilton a fait les gros titres lors du Grand Prix d'Italie. Le Halo a permis au pilote Mercedes de ne pas être blessé, mais deux jours plus tôt, la Formule 1 avait déjà échappé au pire, cette fois-ci dans la voie des stands.

Formule 1
18 sept. 2021
Daniel Ricciardo, la transformation estivale Prime

Daniel Ricciardo, la transformation estivale

Entre les difficultés du printemps et sa victoire retentissante au Grand Prix d'Italie, Daniel Ricciardo s'est transformé d'une manière quasiment inattendue.

Formule 1
16 sept. 2021
Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001 Prime

Enrique Bernoldi, le rookie oublié de la cuvée 2001

En 2001, Kimi Räikkönen, Juan Pablo Montoya et Fernando Alonso, ayant tous mis fin au règne de Michael Schumacher, ont fait leurs débuts en Formule 1. Le quatrième rookie de l'année, Enrique Bernoldi, n'a pas connu une carrière aussi heureuse.

Formule 1
15 sept. 2021