Ecclestone a envoyé un projet de contrat pour le GP de France

Le Premier Ministre Français François Fillon ne confirmera pas le retour du Grand Prix de France de Formule 1 au calendrier pour 2013, mais a précisé à Nice Matin que Bernie Ecclestone venait d’envoyer un projet de contrat, signe de l’avancement...

Le Premier Ministre Français François Fillon ne confirmera pas le retour du Grand Prix de France de Formule 1 au calendrier pour 2013, mais a précisé à Nice Matin que Bernie Ecclestone venait d’envoyer un projet de contrat, signe de l’avancement des négociations.

Suite à un déplacement dans le Var et à une visite sur le circuit du Paul Ricard, certaines rumeurs laissaient penser qu’une annonce serait faite aujourd’hui, mais il n’en est rien. Cependant, le retour du Grand Prix de France reste d’actualité.

Bernie Ecclestone vient de nous faire parvenir un projet de contrat, qui est un premier aboutissement des négociations engagées depuis plusieurs mois déjà. Nous disposons donc maintenant d'une base concrète de discussions, a déclaré Monsieur Fillion.

"La France met tous les atouts de son côté et avance à la fois dans son organisation et dans les négociations avec les autorités de la Formule 1. Je forme le vœu de revenir rapidement dans le Var pour l'annonce de ce qui serait une très belle fête populaire et sportive."

Fillon ajoute que la France fera tout son possible pour revoir la Formule 1 sur son territoire et que le circuit choisi était celui du Paul Ricard. Le Premier Ministre précise que l’alternance a été choisie à cause du contexte économique, mais que rien n’a été défini avec un autre circuit.

"Je souhaite le retour d’un Grand Prix en France, comme passionné de sports automobiles bien sûr, mais aussi parce qu’un grand pays de l’industrie automobile comme la France doit avoir son Grand Prix. Les Français sont très attachés à la Formule 1, comme ils le sont au rallye ou à l’endurance. L’engouement suscité par la présence en 2012 des trois pilotes français Romain Grosjean, Charles Pic et Jean-Eric Vergne le prouve," a-t-il ajouté.

"D’autre part, l’organisation d’un événement sportif de cette envergure est porteuse de rayonnement international, de retombées économiques, de développement touristique et de création d’emplois, pour la France et pour les collectivités qui accueillent l’événement."

"Ce retour doit se faire dans les meilleures conditions, c’est pourquoi le choix s’est porté sur le Castellet, qui a accueilli en de nombreuses occasions un Grand Prix de France et qui présente aujourd’hui toutes les conditions pour le faire à nouveau. Je veux également souligner l'engagement et la qualité du travail mené avec les collectivités varoises."

"Ce projet se doit d’être vertueux, en particulier au regard de l’exigence absolue de responsabilité dans l’engagement des deniers publics. C’est pourquoi nous avons fait le choix de l’alternance avec un autre Grand Prix, qui n’est pas encore défini. C’est aussi pourquoi je souhaite que le budget soit raisonnable, en particulier en ce qui concerne ce que l’on appelle le prix du plateau. Je précise également que l’Etat ne contribuerait pas financièrement à la tenue d'un Grand Prix, mais joue un rôle de caution au sein du Groupement d'Intérêt Public chargé de l'organisation."

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Romain Grosjean , Bernie Ecclestone , Charles Pic , Jean-Éric Vergne , Francois Fillon
Type d'article Actualités