Formule 1 2017

Ecclestone - Le Brésil est la dernière incertitude du calendrier 2017

Au lendemain de l'annonce faite par le responsable du circuit de Hockenheim, Bernie Ecclestone a confirmé que le Grand Prix d'Allemagne ne serait pas au calendrier 2017, laissant comme dernier point d'interrogation le Brésil.

Montréal ayant réglé sa situation et Hockenheim ayant abandonné l'idée d'un accord, le dernier point à clarifier pour 2017 est la situation d'Interlagos. "Le seul point d'interrogation, vraiment, est le Brésil", a expliqué Ecclestone à Motorsport.com. "Nous allons régler cela. J'espère que ce sera réglé."

Même si le Grand Prix d'Italie ne figurait pas parmi les trois manches sous la menace, la situation n'est pas totalement assurée, à en croire le directeur général du Formula One Group, mais il se montre toutefois optimiste. "Beaucoup de poignées de mains. Ils sont Italiens ! Ils ne pouvaient pas signer [cette semaine], ils voulaient changer des choses dans le contrat, avec lesquelles nous étions d'accord."

Quand il lui est demandé s'il a le moindre doute sur la tenue de la course à Monza, il répond : "Non, pas du tout. Je ne pense pas qu'il y ait matière à s'inquiéter."

Revenant sur la question du Grand Prix d'Allemagne, Ecclestone n'exclut pas la possibilité d'un retour de l'épreuve en 2018, date normale à laquelle la course devrait être organisée, en vertu de l'alternance qui avait été mise en place avec le Nürburgring.

"Nous avions un contrat qui faisait alterner avec le Nürburgring, et l'année prochaine c'était [au tour] du Nürburgring. Nous espérions que nous aurions pu conclure un accord avec les gens avec lesquels nous avions le contrat. Hockenheim a un contrat pour 2018."

"Je ne suis pas déçu, je suis surpris. De quoi a besoin un pays, s'ils sont intéressés par la F1 ? Quel intérêt supplémentaire pourraient-ils avoir ? Ils ne manquent pas de pilotes ou de constructeurs."

Les possibles défections de Singapour et de la Malaisie

Même si Singapour sera au calendrier de la saison 2017, les organisateurs de l'épreuve ne souhaitent pas, selon Ecclestone, prolonger la course au-delà de la fin du contrat actuel, qui court jusqu'à la fin de la saison prochaine.

"Cela coûte une quantité affreuse d'argent de mettre en place une course. Quand nous avons fait le contrat avec eux, il n'était jamais question d'éclairer le circuit, c'est plus tard seulement que j'ai dit illuminons-le et dépensons 20 millions supplémentaires de leur argent."

"Ils disent : 'Depuis 10 ans, nous avons vraiment payé vos droits, donc nous souhaiterions qu'ils soient un peu moins élevés'. Ils ont fait ce qu'ils ont voulu faire pour la marque, évidemment. Je ne veux pas perdre Singapour. Il y a certaines courses que nous ferions mieux de ne pas perdre."

Enfin, pour finir ce tour d'horizon des destinations en danger, la Malaisie, dont le gouvernement a indiqué ne pas vouloir continuer l'organisation de la course sur le circuit de Sepang au-delà de son engagement actuel, fin 2018.

"Apparemment, c'est ce sur quoi ils se sont mis d'accord. Des gens gentils, des gens charmants, jamais eu de problèmes avec eux. Tout va bien."

Propos recueillis par Adam Cooper

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Type d'article Actualités
Tags calendrier
Topic Formule 1 2017