Ecclestone - "Mercedes m'a bien eu" avec les bonus

Dans le paddock de Spielberg, Bernie Ecclestone est revenu sur son souhait d’instaurer un nouveau système de distribution des revenus en F1, qui serait davantage basé sur le mérite et la performance. 

Ecclestone - "Mercedes m'a bien eu" avec les bonus
Bernie Ecclestone
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W06
Le vainqueur et Champion du Monde Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 fête son titre avec l'équipe
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 lors de la parade des pilotes
Nico Rosberg et Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W06
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1, Bernie Ecclestone, Toto Wolff, Président Exécutif de Mercedes AMG F1 et Jean Todt, Président de la FIA
Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 Team
Kimi Räikkönen, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Nico Rosberg, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid, devant Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H, devant Daniel Ricciardo, Red Bull Racing RB12
Bernie Ecclestone avec Hermann Tilke

Actuellement, Ferrari bénéficie de paiements supplémentaires en raison de son statut d’équipe "historique", tandis que Red Bull, Mercedes, Williams et McLaren ont également droit à des bonus auxquels les autres écuries n’ont pas accès. Ce système signifie qu’une équipe avec un tel statut peut toucher plus d’argent qu’une autre, même en terminant loin derrière au Championnat constructeurs. 

Cependant, Ecclestone souligne qu’il existe déjà un facteur lié à la performance, comme l’a prouvé le cas de Mercedes, qui a obtenu des versements bonus en remportant deux fois de suite le Championnat du monde.

"Nous prenons soin, si le mot est juste, de quatre ou cinq équipes, car elles ont un engagement à long terme avec nous", a déclaré Ecclestone. "Elles ont signé il y a quatre ou cinq ans pour rester jusqu’en 2020, donc il fallait quelque chose en retour. Les autres équipes ne pouvaient pas signer ou ne le voulaient pas. Si elles s’arrêtent, que pouvons-nous faire ?"

Il ne croyait pas en Mercedes

Mercedes a obtenu des revenus supplémentaires en remportant le titre mondial deux années de suite, et Ecclestone considère que c’est un exemple flagrant selon lequel les revenus sont déjà en partie accordés avec un principe de performance. 

"Ce serait vraiment le même type de système, car lorsqu’ils sont arrivés, ils étaient sur un versement basique. Puisqu’ils étaient engagés pour rester jusqu’en 2020 - et nous savions que s’ils étaient engagés ils resteraient -, alors nous avons dit : ‘Si vous faites comme Red Bull, en gagnant un championnat, vous aurez un extra. Si vous en gagnez deux…’ Et j’ai dit à notre conseil d’administration : ‘Ils ne gagneront jamais un championnat, encore moins deux’. Alors ils m’ont bien eu en remportant deux titres."

Évoquant un éventuel nouveau système qui profiterait davantage aux plus petites équipes, Ecclestone a ajouté : "Pour le moment, ils n’ont pas de chance d’avoir l’argent dont nous parlons. Ils n’ont aucune chance. Mais nous allons nous assurer qu’ils soient en position de l’avoir s’ils sont performants. Ils seront ensuite dans la même position que n’importe qui d’autre."

"Je crois qu’ils seront heureux de cette nouvelle idée, car ils sont insatisfaits de la manière dont c'est fait à l'heure actuelle. Donc ils doivent être plus heureux à l’avenir."

Le statut à part de Ferrari

Ecclestone a minimisé l’opposition probablement inévitable de Ferrari, avant de suggérer que l’écurie italienne pourrait conserver un statut particulier en raison de sa présence historique en F1. 

"Ils seront dans la même position que celle dont nous parlons. L’argent sera là pour tout le monde. Laissez-nous regarder ça. Ferrari est avec nous depuis que la F1 a commencé, donc ils doivent avoir quelque chose en retour pour ça. C’est ce que nous faisons."

De la même manière, le grand argentier a relativisé l’hypothèse d’une menace de départ si la Scuderia n’obtenait pas ce qu’elle veut : "Je crois qu’ils sont sincères quand ils disent ce genre de chose. [Mais] ils oublient, c’est tout."

Enfin, concernant l’agenda à mettre en place concernant les négociations, Ecclestone a insisté sur sa volonté de faire avancer les choses "cette année"

Propos recueillis par Adam Cooper

partages
commentaires
Magnussen souhaite que Renault se concentre sur 2017

Article précédent

Magnussen souhaite que Renault se concentre sur 2017

Article suivant

Hamilton résigné à être pénalisé en cours de saison

Hamilton résigné à être pénalisé en cours de saison
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021