Ecclestone - Monza doit payer ou disparaître

Menacé de disparition, le Grand Prix d'Italie fait tout son possible pour décrocher un nouveau contrat avec la FOM, alors que l'édition 2015 est la dernière figurant dans le contrat actuel.

Il y a deux semaines, les organisateurs ont dévoilé un plan permettant d'envisager un nouveau contrat jusqu'en 2020, mené par Ivan Capelli, qui a pris le dossier en mains il y a plusieurs mois.

Cependant, Bernie Ecclestone continue de se montrer très sceptique. Le grand argentier de la Formule 1 est catégorique : Monza doit se plier aux conditions et ne plus jouer avec le feu. Un scénario qu'il a visiblement peine à croire.

"C'est une situation très simple", a-t-il rappelé dans les colonnes de La Gazzetta dello Sport. "Il y a deux ans j'ai conclu un accord avec une personne qui n'est désormais plus impliquée dans le sport."

"Pour Monza, nous avons appliqué les mêmes conditions économiques que pour les circuits européens [20 millions d'euros pour chaque GP]. Tout était fait, tout était ok, nous nous sommes serrés la main, mais après cette réunion rien ne s'est produit. Il y a un contrat pour la course 2015, mais pas pour les saisons à venir."

L'éventuelle disparition du Grand Prix à Monza, berceau historique de la F1 depuis sa création en 1950, provoque régulièrement remous et émotion depuis des semaines. Mais Ecclestone, bien que conscient de l'héritage historique, n'entend pas faire de sentiments : "Oui, Monza fait partie de l'histoire de la F1, mais ils doivent payer."

A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Ivan Capelli , Bernie Ecclestone
Type d'article Actualités
Tags ecclestone, monza