Ecclestone pr?vient, Hamilton ne sauvera pas Silverstone

La France n'est pas le seul pays à être menacé de perdre l'organisation d'un Grand Prix, c'est également le cas de l'Angleterre

La France n'est pas le seul pays à être menacé de perdre l'organisation d'un Grand Prix, c'est également le cas de l'Angleterre.

Durant les années Schumacher, l'Allemagne avait le privilège d'accueillir deux courses par saison et maintenant qu'Alonso a pris le pouvoir, l'Espagne revient au premier plan dans le calendrier de la F1, avec deux épreuves programmées à partir de 2008.

A l'occasion du Grand Prix de Grande-Bretagne, les journalistes ont donc demandé à Bernie Ecclestone si l'éclosion de Lewis Hamilton l'influencerait dans sa décision finale de revenir ou non à Silverstone. Sa réponse est sans appel.

"Non, pas du tout. Les membres du BRDC savent depuis cinq ou six ans ce qu'ils doivent faire et ils n'ont absolument rien fait."

Damon Hill, président du BRDC (organisme gérant cette course), espérait se servir du pilote McLaren afin de trouver un accord avec Ecclestone et enterrer la hache de guerre par la même occasion.

"Je n'ai pas de hache à enterrer" rétorque le grand argentier dans les colonnes du journal britannique The Times.

"Ils devraient mettre en oeuvre ce qu'ils doivent faire depuis cinq ans. Je plains le public car nous sommes ici pour le Grand Prix de Grande-Bretagne et nous avons un circuit de qualité inférieure."

Abonnez-vous à la newsletter

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Lewis Hamilton , Damon Hill , Bernie Ecclestone
Équipes McLaren
Type d'article Actualités