Les écuries réfléchissent toujours à des pièces standards

partages
commentaires
Les écuries réfléchissent toujours à des pièces standards
Par : Basile Davoine
8 févr. 2017 à 15:45

Les écuries de Formule 1 envisagent toujours l'introduction de pièces standards pour faciliter la réduction des coûts, selon le directeur exécutif de McLaren, Zak Brown. Une solution qui ne pourrait toutefois pas fonctionner seule.

Lewis Hamilton, Mercedes AMG F1 W07 Hybrid mène au départ
Felipe Massa, Williams FW38
Fernando Alonso, McLaren MP4-31 au départ
Jean Todt, Président de la FIA, Alejandro Agag, PDG de la Formule E, Zak Brown, Président du Motorsport Network et Avin Arumugam, Visa
Antonio Giovinazzi, Ferrari SF15-T
Felipe Massa, Williams FW38 devant son équipier Valtteri Bottas, Williams FW38
Fernando Alonso, McLaren
Sean Bratches, manager, opérations commerciales ; Chase Carey, président et directeur général de la Formule 1 ; Ross Brawn, manager, sports mécaniques
Valtteri Bottas, Williams FW38, devant Jenson Button, McLaren MP4-31 et Romain Grosjean, Haas VF-16, au départ
Romain Grosjean, Haas F1 Team

La Formule 1 est entrée dans une nouvelle ère suite à son rachat par Liberty Media. Bernie Ecclestone a été mis sur la touche et Chase Carey est devenu le nouveau directeur général du Formula One Group, tandis que Ross Brawn a été recruté pour conseiller les nouveaux propriétaires sur les plans technique et sportif. L'objectif est de rendre les courses plus intéressantes tout en respectant des contraintes économiques inévitables. 

La standardisation de certaines pièces en F1 est un sujet régulièrement discuté depuis plusieurs années. D'après Zak Brown, il s'agirait d'une manière intelligente de réduire les coûts, à condition d'intégrer un tel procédé à un plan plus vaste qui comprendrait également un plafonnement des budgets.

"Certains pensent que nous devrions standardiser certaines pièces", explique le directeur exécutif de McLaren à Autosport. "Les équipes ont montré qu'elles étaient très intelligentes. Je ne crois pas que l'on puisse maîtriser les coûts en contrôlant simplement ce qu'il y a sur les voitures."

"Nous trouverons d'autres domaines, la soufflerie est un très bon exemple : nous avons réduit la voilure et maintenant ce sont les budgets CFD qui explosent, donc je ne crois pas que l'on puisse réussir uniquement en standardisant des pièces." 

"On peut en faire une partie, et je ne crois pas que le spectateur sait de manière visible à quoi ressemble la suspension sur notre voiture par rapport à la suspension d'une Williams, par exemple. Je crois donc que des choses peuvent être standardisées pour réduire les coûts qui n'améliorent pas le spectacle et pour lesquels les fans ne voient pas la différence. Mais je pense toujours que nous devons avoir un budget plafonné, ce qui existe dans la plupart des disciplines."

Préserver l'ADN avec un meilleur équilibre

Pour Ross Brawn, devenu manager sportif de la Formule 1, le défi technique doit garder une part importante dans la catégorie reine, mais la manière d'équilibrer les choses peut être améliorée. 

"L'ADN de la F1 est toujours fait de défi technique", a-t-il rappelé auprès de BBC Radio 4. "Je crois que c'est sain, il faut que les voitures soient différentes, et les fans ont besoin de suivre le cycle de compétitivité des différentes équipes. Mais c'est plutôt excessif actuellement, donc nous devons regarder comment nous pouvons faire, car la marge entre l'avant et l'arrière de la grille est spectaculaire."

"Sans aucun doute, nous allons avoir une liste complète d'objectifs, et l'un d'entre eux est de permettre aux petites équipes de tenir sur pieds. Cela implique, d'une part, l'argent versé aux équipes, et d'autre part les coûts nécessaires pour courir en offrant un spectacle convenable. Pour l'argent versé aux équipes, nous ne pouvons pas faire grand-chose pendant un certain nombre d'années, avant que les accords commerciaux ne soient revus. Mais pour les coûts, je crois que le détenteur des droits commerciaux a ce qu'il faut pour tenter de les réduire." 

Article suivant
Transition en douceur chez Williams entre Nielsen et Redding

Article précédent

Transition en douceur chez Williams entre Nielsen et Redding

Article suivant

Todt comprend la "pression énorme" que ressentait Rosberg

Todt comprend la "pression énorme" que ressentait Rosberg
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Basile Davoine
Type d'article Actualités