Les écuries ont refusé les pneus 2020 pour ne pas modifier leurs F1

Pirelli estime que les équipes de Formule 1 ont refusé les pneus 2020 afin d'éviter à avoir de trop grands changements à faire sur leurs monoplaces pour la saison à venir.

Les écuries ont refusé les pneus 2020 pour ne pas modifier leurs F1

En fin d'année 2019, après un vote organisé par la FIA suite aux tests d'Abu Dhabi, les écuries ont unanimement rejeté les pneus 2020. Ce sont donc les enveloppes conçues tout au long de 2018 pour la saison 2019 qui seront de nouveau fournies au plateau lors de la campagne à venir. Une situation qui inspire certaines craintes à Pirelli, notamment sur le plan de la surchauffe, mais qui traduit surtout pour le manufacturier italien la volonté des concurrents de maintenir un statu quo qui les arrange.

Ainsi, pour RACER, Mario Isola, directeur de la compétition de Pirelli, a déclaré : "Tout d'abord, le test d'Abu Dhabi était représentatif. C'était un bon test dans des conditions similaires à celles d'un week-end de course, donc nous savions que la piste était suffisamment représentative ; je ne me plains pas de la qualité du test d'Abu Dhabi", prévient-il en préambule.

Lire aussi :

"Pendant ce test, il était clair que les pneus 2020 avaient du positif, mais l'amélioration de certains aspects n'a pas été perçue pendant ces essais, pour un certain nombre de raisons ; je ne suis pas là pour en discuter, mais c'est la réalité. Ils ont découvert un peu plus de régularité. Ils ont par exemple découvert qu'il y avait une amélioration dans la traction longitudinale. Il y a eu des aspects positifs, mais c'était très tard dans l'année."

"C'était très tard dans l'année, à une période où toutes les équipes étaient très stressées par la conception de la voiture de 2020, la conception de la voiture de 2021 – elles ont commencé pendant la saison 2019, alors qu'elles travaillaient sur la voiture de 2019 –, donc en fait elles avaient trois projets en cours en même temps, et elles ont dû consacrer des ressources aux trois projets."

"Évidemment, quand nous en avons discuté après le test – car j'ai eu beaucoup de rencontres et de discussions avec les écuries pour comprendre leurs retours –, le feedback n'était pas négatif. C'était : 'Il est très tard dans l'année, comme la nouvelle construction a des caractéristiques et un profil différents de l'ancienne, nous devons faire des modifications sur la voiture 2020. La voiture 2020 est finalisée à 95% donc nous ne voulons pas la changer de nouveau, nous préférons rester sur les pneus 2019'."

Des pneus 2019 qui ont convaincu

Le travail de Pirelli sur les pneus 2020 avait été largement entamé au cours de la saison passée quand la F1 et les écuries ont décidé de revoir tardivement certaines caractéristiques fondamentales des gommes, dans le but de les rendre plus résistantes. Une situation qui a décalé le calendrier de finalisation de ces pneus et précipité la décision finale prise par les écuries. Même si ce refus unanime ressemble à un désaveu, c'est aussi pour Isola une preuve que le travail sur les pneus 2019 a été bien fait, en dépit, là aussi, de discours alarmistes au début du dernier exercice.

Lire aussi :

"Le fait qu'ils disent préférer rester avec les pneus 2019 signifie également que les pneus 2019 fonctionnent bien. Après le début de la saison passée, quand nous avons eu des plaintes et des discussions, et également le vote en Autriche pour revenir aux pneus 2018, j'ai dit : 'Attendez une minute, il y a une courbe d'apprentissage chaque année, où vous avez du mal à comprendre les pneus mais ensuite tout le monde les comprend et on peut travailler dessus', car toutes les indications sur les gommes 2019 étaient positives par rapport aux 2018."

"Moins de blistering, bien moins de blistering, moins de surchauffe, des composés espacés de la bonne façon en termes de temps au tour, cinq composés au lieu de sept, ce qui est un chiffre raisonnable, donc en termes d'intégrité le produit était parfait. Aucun problème avec les pneus 2019, ce qui veut dire que nous pouvons continuer avec le même produit une année de plus."

partages
commentaires
Red Bull ne recrutera plus ses anciens juniors

Article précédent

Red Bull ne recrutera plus ses anciens juniors

Article suivant

Ocon apporte une "autre dynamique" à Renault

Ocon apporte une "autre dynamique" à Renault
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021