EL1 - Apprentissage brutal de Bakou pour Ricciardo

partages
commentaires
EL1 - Apprentissage brutal de Bakou pour Ricciardo
Guillaume Navarro
Par : Guillaume Navarro
17 juin 2016 à 10:31

Lewis Hamilton et Nico Rosberg ont pris les commandes de la séance de découverte sur le tracé de Bakou, tandis que les deux pilotes Red Bull ont connu des difficultés d'un genre différent.

L'atmosphère de la piste
Sergio Perez, Sahara Force India F1 lors de la reconnaissance du circuit
Les préparatifs de la piste
Red Bull Racing
La bâtiment de Renault Sport F1 Team dans le paddock
Daniel Ricciardo, Red Bull Racing

Fini le blabla, que l’action commence! Après avoir décortiqué devant les micros tous les aspects possibles et imaginables du tout nouveau tracé urbain de Bakou et la pertinence du travail de préparation en simulateur, l’attention médiatique en Azerbaïdjan se place sur les monoplaces qui prennent la piste pour une séance d’EL1 dédiée à la découverte de ce nouveau lieu.

Rares sont de nos jours les occasions pour les pilotes de se trouver sur un pied d’égalité en termes d’expérience d’une piste. L’Histoire retiendra que la première auto en piste aura été la Haas de Gutierrez et que le premier tour chronométré sur le tracé du GP d’Europe fut enregistré en 1’57’’306 par la Mercedes du leader du championnat, Nico Rosberg.

Apprentissage et freinages ratés

Après la mise en place des systèmes, la prise en main de la puissance des V6 hybrides dans les rues azeries par les pilotes voit les temps au tour chuter drastiquement. On voit ainsi Rosberg descendre en 1’50’’100, avant que son équipier Hamilton ne prenne le commandement en faisant encore tomber les temps en 1’49’’174, puis 1’48’’214, toujours avec le composé Pirelli tendre.

Vettel comprend vite que les conditions d’adhérence de la piste ne permettent pas de prendre trop de risques avec la proximité des murs lorsqu’il part dans un tête-à-queue sans conséquences. Kvyat visite lui aussi une échappatoire sur un freinage, tout comme les pilotes Sauber et Gutierrez. Magnussen se fait à son tour une alerte avec un tête-à-queue et passe à deux doigts d’un contact, tandis que Verstappen voit une fuite d’huile mineure affecter sa Red Bull et dégager un filet de fumée.

Pendant ce temps, Mercedes et Williams déroulent des relais prolongés d’évaluation du comportement des pneus : on voit ainsi Bottas, Rosberg et Hamilton faire durer leur train de P Zero Jaune une quinzaine de tours au milieu du saisissant décor.

C’est exactement au cap de la mi-séance que Mercedes décide de chausser le mélange supertendre Rouge. Une nouvelle fois, la référence tombe de manière drastique en 1’48’’214, sous le contrôle de Hamilton. La préparation de Red Bull est très différente : Ricciardo ne réalise que de nombreuses et très courtes sorties avec le pneu medium, évaluant des solutions introduites ce weekend. A Bakou, l'Australien a fait l'objet d'une confirmation publique de la continuité de son contrat Red Bull jusqu'en 2018, laissant de grandes questions au-dessus des têtes de Sainz Jr et Kvyat pour leur avenir en F1.

 

 

Hamilton cherche la limite, Ricciardo la trouve...

Lewis Hamilton flirte avec la correction à deux reprises dans la seconde partie de séance, en poussant de plus en plus les supertendres : cela se constate tout d'abord sur la feuille des temps, avec un chrono tombé en 1'46''453, mais également avec les nombreux ralentis montrant le #44 manquer de heurter le mur du virage 3 à deux reprises en extrêmement peu de temps. 

Poussant avec le composé tendre, Ricciardo détériore considérablement sa Red Bull en manquant la sortie du virage 15 et tapant avec l'arrière droit contre le TechPro : en dépit de la faible vitesse à l'impact, la roue et la suspension sont arrachées, et l'auto collecte de gros dégâts sur l'aileron arrière et la zone de la boite de vitesse. Il faut l'intervention d'une dépanneuse et un drapeau rouge pour évacuer la monoplace et nettoyer les débris. 

 

Hamilton choisit de ne pas reprendre la piste pour les 15 dernières minutes en raison des nombreux plats accumulés sur ses pneus destinés aux longs relais. Bien placées dans la hiérarchie, les deux Force India sont les seules autos avec la Manor de Pascal Wehrlein à n'avoir chaussé que les pneus mediums lors de ces premières préparations. 

GP d'Europe - Essais Libres 1

 PiloteÉquipeTrsTempsÉcart
1  Lewis Hamilton    Mercedes 23 1'46.435  
2  Nico Rosberg    Mercedes 32 1'46.812 0.377
3  Valtteri Bottas    Williams 34 1'47.096 0.661
4  Fernando Alonso    McLaren 21 1'47.989 1.554
5  Sebastian Vettel    Ferrari 26 1'48.627 2.192
6  Sergio Pérez    Force India 17 1'48.922 2.487
7  Jenson Button    McLaren 21 1'49.019 2.584
8  Felipe Massa    Williams 22 1'49.125 2.690
9  Carlos Sainz Jr.    Toro Rosso 16 1'49.267 2.832
10  Nico Hülkenberg    Force India 27 1'49.301 2.866
11  Romain Grosjean    Haas 20 1'49.611 3.176
12  Kimi Räikkönen    Ferrari 16 1'49.635 3.200
13  Daniel Ricciardo    Red Bull 17 1'49.778 3.343
14  Esteban Gutiérrez    Haas 25 1'50.167 3.732
15  Marcus Ericsson    Sauber 18 1'50.473 4.038
16  Max Verstappen    Red Bull 7 1'50.485 4.050
17  Daniil Kvyat    Toro Rosso 19 1'50.551 4.116
18  Jolyon Palmer    Renault 25 1'50.910 4.475
19  Kevin Magnussen    Renault 27 1'50.939 4.504
20  Pascal Wehrlein    Manor 24 1'51.219 4.784
21  Felipe Nasr    Sauber 11 1'51.771 5.336
22  Rio Haryanto    Manor 28 1'51.925 5.490
Article suivant
Technique - L’aileron arrière de la Mercedes W07

Article précédent

Technique - L’aileron arrière de la Mercedes W07

Article suivant

Les officiels de la F1 tentent de réparer les vibreurs du circuit de Bakou

Les officiels de la F1 tentent de réparer les vibreurs du circuit de Bakou
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Événement GP d'Europe
Lieu Baku City Circuit
Auteur Guillaume Navarro
Type d'article Résumé d'essais libres