La F1 promet d'améliorer l'accès au Paul Ricard

Les conditions de circulation autour du Circuit Paul Ricard ont tourné au calvaire pour de nombreux spectateurs du Grand Prix de France, et incitent la F1 ainsi que les promoteurs de l'épreuve à redoubler d'efforts pour l'an prochain.

Alors que la colère et l'incompréhension ont gagné les spectateurs du Grand Prix de France tout au long du week-end, à cause d'embouteillages monstres et de difficultés chroniques de stationnement, Ross Brawn est monté au créneau pour promettre des améliorations en vue de l'édition 2019.

En arrivant comme en quittant le Circuit Paul Ricard vendredi et samedi, d'interminables files de voitures ont été constatées, parfois sur près de dix kilomètres, tandis que de nombreux spectateurs ont fait part de ces problèmes en les mettant en avant sur les réseaux sociaux, photos et témoignages à l'appui. Entre les journées de vendredi et samedi, les autorités locales ont pris des mesures visant à améliorer la situation, mais les problèmes ont persisté.

Directeur sportif de la Formule 1, Ross Brawn a bien évidemment regretté cette situation, mais promet que des efforts importants seront fournis pour travailler avec les organisateurs du Grand Prix de France afin d'éviter de telles scènes l'année prochaine. 

"Il y a des limites physiques", rappelle-t-il à Motorsport.com en faisant allusion à la situation géographique du Castellet, "et il s'agit de savoir si, avec ces limites physiques, c'est aussi bien géré que possible. Je sais qu'après la première journée ils ont changé leur manière de faire les choses. C'est physiquement limité : s'il y a une course dans une partie magnifique du monde, on ne va pas avoir une autoroute à six voies pour la desservir." 

Ross Brawn a exprimé sa compassion pour les fans qui ont perdu temps et argent à cause de ces difficultés d'accès, ou qui n'ont tout simplement pas pu profiter d'une présence sur la piste en dépit de l'achat de leurs billets.

"C'est vraiment frustrant pour eux, et je peux le comprendre", a-t-il insisté. "Nous verrons ce que nous pouvons faire à l'avenir. Avec les promoteurs, nous allons étudier la situation après le week-end et travailler sur la manière d'améliorer les choses. C'est un paradoxe, car ça mesure la popularité de l'événement. Mais ce que nous ne voulons pas, c'est voir des fans découragés à l'idée de venir parce que ça devient interminable de venir au circuit et d'en partir. Tout ce que nous pourrons faire pour améliorer les choses le sera évidemment dans l'intérêt de tous."

Un lieu "emblématique"

Le retour du Grand Prix de France de Formule 1 après dix ans d'absence, et le choix du Circuit Paul Ricard, ont été bouclés en fin d'année 2016 alors que Bernie Ecclestone était encore à la tête de la catégorie reine. Il s'agit de l'un des derniers accords conclus par l'ex-grand argentier de la F1, dont a ensuite hérité Liberty Media.

Les propriétaires actuels ne remettent pas pour autant en cause la destination, malgré leur volonté d'aller de plus en plus vers des circuits urbains, car l'équilibre entre l'Histoire de la F1 et son avenir reste précieux selon Brawn.

"Je pense qu'il faut des deux [types de circuit]", assure le Britannique. "C'est un circuit historique et emblématique, et le Grand Prix de France est très important. Nous sommes très désireux d'avoir des courses urbaines, ou dans des centres-villes, car ça fait un événement plus complet. Mais nous sommes également enthousiastes à l'idée d'avoir des courses sur des circuits historiques, elles font partie de notre héritage et sont vraiment importantes."

Propos recueillis par Adam Cooper

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Événement GP de France
Circuit Circuit Paul Ricard
Type d'article Actualités
Tags castellet, circulation, organisation, ross brawn