En profondeur : La vaillante Sauber C31 (2/2)

La C31 est un produit aérodynamique léché, pur, et ne tape pas à l’œil immédiatement avec un élément plus notable qu’un autre

La C31 est un produit aérodynamique léché, pur, et ne tape pas à l’œil immédiatement avec un élément plus notable qu’un autre. A l’image de l’équipe, qui joue profil bas avec efficacité, la Sauber arbore le nouveau nez à étage, que seuls McLaren et Virgin ont fait le choix de ne pas adopter. Si la Sauber ne semble pas si affectée visuellement par ce choix aérodynamique, c’est en grande partie en raison de l’apposition de peinture noire à ce niveau, rendant l’ensemble un peu moins agressif à l’œil. Le contraste avec le blanc du reste de la livrée demeure cependant de son côté pour le moins douteux.

L’aileron avant dispose de trois éléments, conjugués à des plateaux verticaux doubles ayant pour mission de rediriger le flux d’air au-dessus et autour des enveloppes pneumatiques. Sauber a travaillé sur la partie centrale de la monoplace, sculptant la coque de façon plus arrondie ; l’entrée d’air est elle aussi façonnée légèrement différemment de celle de la C30 et arbore des courbes plus cintrées. Celle-ci s’est considérablement élargie, et a presque doublé de surface d’entrée. Il convient de noter un petit flap vertical semblant opérer une séparation du flux d’air, distribué vers deux destinations différentes au sein de la carcasse, comme on pouvait le voir de façon plus ostentatoire l’an dernier sur la Mercedes ou la Force India. L’une d’entre elle serait ainsi destinée au refroidissement moteur, l’autre se dirigeant derrière le V8, vers un réservoir d’huile pour transmission, nécessitant d’être refroidi.

L’une des introductions significatives sur la C31 concerne le changement réalisé au niveau de la barre de traction de la suspension arrière. Ainsi, tout comme sur la Ferrari, la boîte de vitesses est directement connectée aux bras de suspension inférieurs et au triangle frontal supérieur. La boîte de vitesses est plus compacte et un peu plus longue que celle de l’an passé, afin d’assurer un flux d’air limpide. Globalement, l’arrière de la C31 a fait l’objet d’un intense travail, afin de préserver ses caractéristiques favorables en termes d’utilisation des pneus. Quant aux problèmes de montée en température, ils devraient sensiblement être corrigés cette saison, notamment en raison du fait que Pirelli propose une gamme de produits plus agressifs et réactifs.

"Cette année, nous avons assurément de meilleures chances car cela [le diffuseur soufflé a disparu, donc nous n’avons pas à essayer quelque chose de différent pour trouver de l’appui. Pirelli va également dans une bonne direction pour nous. Comme vous le savez, notre performance et notre rythme de course sont normalement assez bons. Si nous avons davantage de chance [en qualifications] nous pouvons être meilleurs," conclue Kobayashi, qui a beaucoup travaillé avec James Key, désormais parti de chez Sauber, sur le développement de la C31.

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Équipes McLaren , Mercedes , Sauber , Force India , Ferrari
Type d'article Actualités