Enjeux 2017 : vers une résurrection des grands de la F1 ?

partages
commentaires
Enjeux 2017 : vers une résurrection des grands de la F1 ?
Karun Chandhok
Par : Karun Chandhok
19 févr. 2017 à 15:38

Avant le début des essais hivernaux, retrouvez dans les colonnes d'Autosport l'opinion de Karun Chandhok sur les grandes questions qui agitent le monde de la F1. Aujourd'hui, l'ancien pilote HRT et Lotus évoque McLaren et Ferrari.

Ferrari et McLaren abordent 2017 après de récentes turbulences.

En se penchant d’abord sur la Scuderia, il faut probablement remonter à 2010 (voire sans doute 2008) pour avoir une voiture qui était au moins l’égale de celle qui a gagné le championnat du monde. Le brillant Fernando Alonso leur a permis d’avoir une chance en 2012, mais sinon ces quatre années ont été stériles – c’est un long moment sans une vraie chance de titre mondial pour une des équipes les plus riches de la F1.

La F1 a besoin que Ferrari se batte pour des victoires, et la pression mise sur l’équipe par ses fans autour du monde est probablement plus importante que pour toute autre structure. Le manège des dirigeants avec au management Stefano Domenicali-Marco Mattiacci-Luca di Montezemolo-Sergio Marchionne-Maurizio Arrivabene, ainsi que le remaniement technique Pat Fry-James Allison-Mattia Binotto, a indubitablement créé de l’instabilité sur les dernières années et il sera intéressant de voir les performances de Ferrari en 2017.

Sa saison 2016 a été parsemée de problèmes de fiabilité, de décisions stratégiques curieuses, et au final, ils ont aussi été battus par Red Bull, en plus de Mercedes. Les trois victoires de Ferrari en 2015 paraissaient être les fondations d’un vrai retour, mais finir 70 points derrière Red Bull l’an passé a été un grand pas en arrière.

Pour sa première saison de l’après Ron Dennis, 2017 est sans doute une saison plus importante pour McLaren que pour sa rivale italienne de longue date. Il n’y a aucun doute sur le fait que le package de l’unité de puissance Honda a échoué à combler les attentes d’avant 2015, mais de toute évidence, il démarre 2017 avec un design d’architecture complètement nouveau. Voir si Honda va enchaîner le roulage ou souffrir des problèmes de fiabilité de sa campagne 2015 sera un des points importants des essais de Barcelone, je pense.

Le côté Woking de l’équipe a rapidement mis l’accent à plusieurs reprises sur le fait que son châssis était bon sur les 18 derniers mois, mais comme quelqu’un de Honda me l’a expliqué discrètement à Suzuka l’année dernière, les McLaren étaient 16e et 18e dans le premier secteur qui passe par les Esses en qualifications, ce qui démontre qu’elles étaient loin d’être parfaites.

Il y a clairement eu des progrès en 2016 car l’équipe a été capable de placer la voiture en Q3 à la régulière à plusieurs occasions et les problèmes d’ERS de l’année précédente ont semblé être largement corrigés en course. Mais est-ce assez suffisant pour McLaren ou Honda ? Bien sûr que non, ils existent pour la victoire. Une grosse année à venir, en effet.

Fernando Alonso, McLaren MP4-31 devant Sebastian Vettel, Ferrari SF16-H
Article suivant
Diaporama - Quand la colère de Vettel inonde les ondes

Article précédent

Diaporama - Quand la colère de Vettel inonde les ondes

Article suivant

Magnussen au volant pour les débuts de la Haas VF-17

Magnussen au volant pour les débuts de la Haas VF-17
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Karun Chandhok
Équipes McLaren Boutique , Ferrari Boutique
Auteur Karun Chandhok
Type d'article Commentaire