Abu Dhabi 2021 : Ben Sulayem admet que le rapport était insuffisant

Le président de la FIA, Mohammed Ben Sulayem, accepte les critiques selon lesquelles le rapport sur la polémique de l'année dernière à Abu Dhabi en Formule 1 était insuffisant, mais affirme que la transparence s'est améliorée depuis.

Abu Dhabi 2021 : Ben Sulayem admet que le rapport était insuffisant
Charger le lecteur audio

Mohammed Ben Sulayem a pris les commandes de la FIA quelques jours seulement après le scandale de la finale de la saison 2021 de F1, lorsque la discipline a été accusée d'avoir manipulé l'issue du championnat. La décision du directeur de course, Michael Masi, de faire une sélection des pilotes à faire revenir dans le tour lors de la voiture de sécurité en fin de course, ainsi que le moment du restart, ont jeté un voile noir sur la discipline.

Bien que la FIA ait promis une transparence totale dans le cadre de l'enquête qu'elle a lancée sur ce qui s'est passé, le manque de profondeur des conclusions publiées, ainsi que les questions sur la raison pour laquelle Masi n'a pas été formellement interrogé et a été invité à signer un accord de confidentialité, ont créé un malaise, car les choses n'ont pas été traitées de manière aussi exhaustive qu'elles auraient dû l'être.

Lire aussi :

S'adressant à certains médias, dont Motorsport.com, lors du Grand Prix d'Abu Dhabi ce vendredi, Ben Sulayem a expliqué qu'il n'avait probablement pas été idéal pour lui d'avoir à faire face à une affaire aussi grave si tôt dans sa présidence. Cependant, il estime que les changements majeurs effectués depuis lors au sein de la FIA ont contribué à accroître le degré d'ouverture de l'instance dirigeante. Il suggère que d'autres changements sont en cours pour améliorer encore les choses.

Interrogé sur le fait que la FIA aurait dû faire un meilleur travail dans son rapport sur Abu Dhabi et en matière de transparence, Ben Sulayem a répondu : "Je comprends votre point de vue. Mais si vous regardez le rapport que nous avons fait, en tenant compte de l'accord de confidentialité, il était transparent."

Puis il a ajouté : "J'ai hérité de quelque chose. Et je ne dirai pas qu'il faut blâmer qui que ce soit. Mais depuis, j'en apprends davantage sur la transparence. J'ai dû opérer un changement dans ma gestion. Il y a donc eu des changements, [...] au niveau du secrétaire général au sport, il y a eu des changements dans de nombreux domaines. Et maintenant, nous faisons à nouveau quelques changements parce que nous évoluons."

Ben Sulayem assure comprendre les inquiétudes suscitées par le rapport d'Abu Dhabi, mais il estime que depuis qu'il est à son poste, les choses ont bien progressé.

Mohammed Ben Sulayem en discussion avec Toto Wolff

Mohammed Ben Sulayem en discussion avec Toto Wolff

Il cite l'exemple de l'enquête et la réponse rapides aux préoccupations exprimées lors du Grand Prix du Japon de cette année, lorsqu'une grue a été envoyée sur la piste humide au début de la course. "Je vois ce que vous voulez dire en disant qu'à ce moment-là, le rapport [d'Abu Dhabi] n'était peut-être pas suffisant. Mais pour la transparence, c'était une bonne démarche."

"Maintenant, si vous regardez chaque fois que nous avons un problème, [il y a de] la transparence. Prenez par exemple le Japon avec le problème que nous avons eu. Nous avons fait un rapport complet, et ensuite il a été publié sur le site de la FIA avant la course suivante pour s'assurer que rien ne traîne, et cela après consultation."

Masi a finalement été démis de son rôle de directeur de course et remplacé par un nouveau système qui faisait alterner Eduardo Freitas et Niels Wittich, qui a pris fin après Suzuka. Interrogé pour savoir s'il avait pris la bonne décision en écartant Masi, et s'il était satisfait des nouveaux directeurs de course, Ben Sulayem a répondu : "Nous sommes en pleine phase d'apprentissage."

"Tout d'abord, Michael, je suis toujours en contact avec lui. Michael a beaucoup d'expérience, mais je dirais peut-être qu'en F1, si vous voulez bien faire votre travail, vous devez aussi vous tenir à l'écart de beaucoup de médias, parce qu'ils peuvent honnêtement vous déstabiliser. Mais le processus que nous avons maintenant pour l'arbitrage, et aussi pour les directeurs de course, se poursuit. Et je dirais que nous ne pouvons pas nous reposer sur seulement un ou deux. Que faire s'il arrive quelque chose ?"

"Avec ce sport en pleine croissance, le sport automobile, et la F1 en pleine expansion, nous ne pouvons pas gérer les choses comme si c'était la formule originale. Nous devons les gérer comme une Formule 1. Croyez-moi, cela prend du temps. Mais je fais confiance à l'équipe actuelle que nous avons avec les directeurs de course, et aussi avec les commissaires sportifs."

Lire aussi :
partages
commentaires

Spa et Bakou envisagés parmi les six sprints 2023

Schumacher veut "donner tort" aux gens qui ne croient pas en lui