Face à la crise, la F1 paie certaines équipes en avance

Certaines écuries de Formule 1 ont reçu des paiements par avance afin de les protéger pendant qu'elles traversent la crise liée au nouveau coronavirus.

Face à la crise, la F1 paie certaines équipes en avance

En temps normal, les écuries reçoivent une partie des revenus générés par la Formule 1, qui reposent grandement sur les droits payés par les organisateurs de Grands Prix afin d'accueillir le grand cirque. Or, la pandémie de COVID-19 a d'ores et déjà entraîné l'annulation ou le report des neufs premières épreuves de la saison.

Si une partie des écuries, souvent les plus prestigieuses, ont des revenus garantis par les accords commerciaux conclus pendant l'ère de Bernie Ecclestone, les autres ne s'appuient que sur une part de ce que les détenteurs des droits commerciaux reversent. Le président et PDG de Liberty Media, Greg Maffei, a déclaré qu'afin d'aider les structures à traverser la crise actuelle, certaines d'entre elles allaient recevoir des paiements avancés.

Lire aussi :

La F1 essaie par ailleurs d'organiser le début de saison 2020, même si cela doit passer par des Grands Prix à huis clos, pour assurer des revenus provenant des chaînes de télévision et de ses propres sponsors. "Nous avons des scénarios avec aucune course, jusqu'à 15-18 courses, des courses sans spectateurs et avec uniquement les écuries", a déclaré Maffei lors d'une conférence avec des analystes de Wall Street.

"Nous avons vraiment une multitude d'opportunités ou de défis, sur tous les fronts. Chase [Carey] et son équipe se voient proposer de multiples options [...] Nous observons donc comment la réouverture de certaines épreuves se passe en Europe occidentale, dans certains pays, et nous examinons les options qui s'offrent à nous pour le début du calendrier. Il n'y a pas encore de garanties, mais c'est assurément quelque chose qui sera tenté."

Maffei admet toutefois que l'organisation de courses à huis clos serait un coup porté aux revenus de la F1, et donc à ceux des écuries, puisqu'il serait évidemment impossible d'exiger des circuits les mêmes droits d'entrée. "La façon dont vous faites tout cela pose des problèmes qui nécessitent également un capital supplémentaire. Si vous organisez des courses sans public, la rentabilité sera évidemment moindre, voire inexistante."

"Nous avons peut-être suffisamment de capitaux pour gérer cela en 2020, mais cela coûtera cher à certaines écuries, en particulier celles qui n'ont pas les garanties minimales de la F1, et l'une des principales, sinon la principale, source de revenus est leur part des bénéfices de la Formule 1. Il y a un certain degré de rentabilité ou de non rentabilité, mais elles doivent quand même assumer tous les coûts de fonctionnement. C'est un défi."

Lire aussi :

"Comment pouvons-nous faire quelque chose qui soit bénéfique pour les fans, mais sans que les équipes ne se ruinent en participant à des courses sans revenus ou avec des pertes ? Nous n'encourageons pas l'utilisation de nos liquidités de manière imprudente, mais nous essayons d'équilibrer les activités d'exploitation et leurs résultats actuels avec les résultats d'exploitation de nos partenaires, que sont les équipes, qui encourent des coûts importants."

"Nous avons déjà avancé de l'argent en prévision des paiements de certaines équipes. Il y a des cas où nous pourrions en faire plus. Il y a d'autres choses que nous pourrions faire pour aider les écuries qui pourraient en avoir besoin. Nous ne considérons clairement pas cela comme un chèque en blanc. Nous voulons nous assurer que les équipes soient solvables parce qu'elles font partie de ce dont nous avons besoin pour réussir la compétition en 2020, 2021 et au-delà."

partages
commentaires
Romain Grosjean lance son équipe de simracing

Article précédent

Romain Grosjean lance son équipe de simracing

Article suivant

Quand Schumacher dépassait Senna et tenait Alonso en respect

Quand Schumacher dépassait Senna et tenait Alonso en respect
Charger les commentaires
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021
Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes Prime

Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes

Pour la première fois de l'ère turbo hybride, Red Bull mène les deux championnats après sa victoire au Grand Prix de Monaco.

Formule 1
5 juin 2021
Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1 Prime

Comment Amazon aide à façonner le futur de la F1

Le partenariat entre la Formule 1 et Amazon Web Services se traduit par de nombreux graphiques servant à approfondir la compréhension des Grands Prix. Mais la discipline cherche également à améliorer le spectacle proposé en piste aux spectateurs.

Formule 1
2 juin 2021
Pourquoi la survie du GP de Monaco n'est pas menacée Prime

Pourquoi la survie du GP de Monaco n'est pas menacée

Les avis sont divisés sur la place du Grand Prix de Monaco au sein du calendrier de la Formule 1. Néanmoins, l'épreuve continue d'offrir un défi unique pour les pilotes et les équipes.

Formule 1
1 juin 2021