Les équipes se préparent à des discussions sur les dépassements

partages
commentaires
Les équipes se préparent à des discussions sur les dépassements
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
6 avr. 2017 à 09:43

Les directeurs d'écurie ont conscience qu'il sera peut-être nécessaire d'intervenir pour améliorer le nombre de dépassements en course si le spectacle n'est pas au rendez-vous cette saison.

Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Felipe Massa, Williams FW40, Lance Stroll, Williams FW40
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Valtteri Bottas, Mercedes AMG F1 W08
Max Verstappen, Red Bull Racing RB13
Fernando Alonso, McLaren MCL32, devant Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Nico Hulkenberg, Renault Sport F1 Team RS17
Sebastian Vettel, Ferrari SF70H
Esteban Ocon, Force India VJM10

Le changement de réglementation technique a porté ses fruits pour rendre les F1 plus rapides et plus impressionnantes cette année, mais cela engendre des inquiétudes quant à la difficulté de dépasser en piste. Le Grand Prix d'Australie a amplifié ces préoccupations, de l'avis général des pilotes.

Dans l'ensemble, le nouveau règlement technique ainsi que l'arrivée de Liberty Media à la tête de la Formule 1 ouvrent la voie à l'optimisme pour l'avenir de la catégorie reine. Néanmoins, le manque de dépassements en piste est un vrai sujet, comme le confirme le directeur de Mercedes, Toto Wolff.

"Je pense que c'est intéressant", explique-t-il à Motorsport.com quant à la situation de la F1 aujourd'hui. "Rien n'est laissé au hasard. Nous avons un concept de voiture excitant désormais, et la seule question qui reste concerne les dépassements. Nous verrons comment ça se passe lors des prochaines courses, et s'il faut un ajustement, je pense que nous serons tous ouverts à la discussion, mais de manière générale, je pense que c'est intéressant."

Chez Renault F1, Cyril Abiteboul a un avis beaucoup plus tranché. Le directeur général de Renault Sport Racing laisse paraître une plus grande préoccupation, et estime lui aussi qu'un travail collectif pourrait être nécessaire.

"Je crois toujours que les dépassements font partie de la F1, donc une voiture plus rapide devrait pouvoir dépasser, sinon on ne comprend pas ce qui se passe", affirme le Français. "Honnêtement, tout se passera dans les stands, les pneus seront très durs, nous serons sur une stratégie à un arrêt."

"Je ne veux pas être abattu sur ce sujet, mais c'est une nouvelle F1, qui offre des défis à tout le monde. Nous devons voir comment nous rattraper, et peut-être que nous ne l'avons pas fait en tant qu'équipe, peut-être en tant que discipline. Au niveau de la discipline, nous devons comprendre comment optimiser le format que nous avons avec la voiture."

Christian Horner en appelle quant à lui à la réserve, et ne souhaite pas porter de jugement prématuré, rappelant au passage les éléments positifs du nouveau règlement qu'il faut prendre en compte.

"Je pense que nous devons réserver le jugement [sur les dépassements] pour après deux ou trois courses", prévient le directeur de Red Bull Racing. "Historiquement, il n'y a jamais eu beaucoup de dépassements [en Australie]. Avant de juger, attendons la Chine et Bahreïn, qui sont deux circuits où il est bien plus facile de dépasser. Je pense que le point positif, c'est que les pilotes ont attaqué pendant toute la course. Il n'y a pas eu beaucoup d'économie de carburant et de préservation des pneus. Je pense que c'était positif."

Sondage mondial des fans 2017
Article suivant
Verstappen : "Vettel va une seconde plus vite, c'est plus physique !"

Article précédent

Verstappen : "Vettel va une seconde plus vite, c'est plus physique !"

Article suivant

Sainz : l'an dernier, "il nous manquait 15 à 17 km/h en ligne droite"

Sainz : l'an dernier, "il nous manquait 15 à 17 km/h en ligne droite"
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Auteur Jonathan Noble
Type d'article Actualités