Ericsson prêt à faire le dos rond pour rebondir en F1

Condamné à un rôle de spectateur chez Sauber en 2019, le pilote suédois de 28 ans n'abandonnera pas pour autant ses rêves de Formule 1.

Ericsson prêt à faire le dos rond pour rebondir en F1
Marcus Ericsson, Sauber and Antonio Giovinazzi, Sauber parcourt la piste à pied
Charles Leclerc, Sauber C37 et Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber C37, au stand
Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber sur la grille
Charles Leclerc, Sauber C37 et Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber C37
Marcus Ericsson, Sauber sur la grille

Marcus Ericsson est fixé depuis le début de la semaine : son avenir en F1 passera par une année de troisième pilote en 2019, toujours chez Sauber. Le Suédois paie le prix de l'arrivée de Kimi Räikkönen, et du placement d'Antonio Giovinazzi par Ferrari conformément à l'accord entre les deux écuries.

Alors que six Grands Prix restent à disputer cette saison, avant que le Suédois ne soit contraint de passer dans l'ombre, celui-ci explique les raisons qui l'ont poussé à rester engagé malgré tout avec Sauber. Et à ne pas chercher un baquet ailleurs, par exemple en allant négocier avec Williams. L'objectif est clair : revenir dès 2020 dans le cockpit !

"Lorsque Kimi a signé, j'ai pensé que c'était une mauvaise nouvelle pour moi", ne cache pas Ericsson. "J'avais encore de l'espoir. Au cours de la semaine dernière, on m'a informé qu'Antonio avait signé pour l'autre voiture. Avec mon entourage, nous avons regardé un peu autour de nous, mais nous avons décidé de continuer avec Sauber et les relations que nous avons y avons, ce que nous pensons être important."

Lire aussi :

Actuellement 18e du championnat, Ericsson a inscrit six points à ce jour, soit neuf de moins que son étincelant coéquipier et futur pilote Ferrari, Charles Leclerc. Il n'empêche que, certes sans jamais faire grand bruit, le Suédois dispose d'une expérience désormais solide, avec 91 Grands Prix à son actif depuis 2014. "Mon objectif reste de revenir en F1", annonce-t-il. "Ça ne se fera pas en 2019, mais j'espère qu'après il y aura des possibilités pour revenir."

S'il s'est ainsi fait à l'idée de patienter avec un rôle de réserviste, Ericsson ne veut cependant pas se sentir trop inactif, et devrait envisager d'aller courir dans d'autres disciplines l'année prochaine.

"C'est évidemment une déception de ne pas courir, c'est tout ce que l'on veut faire", regrette-t-il. "Ce n'était pas une bonne nouvelle pour moi. Je suis content de continuer mon partenariat avec l'équipe, mais je veux encore courir."

"J'étudie différentes options pour continuer à le faire, pour voir dans quel championnat ça pourrait se faire. Il est encore un peu trop tôt, la nouvelle est assez fraîche. Je dois étudier mes options."

partages
commentaires
Logistique : l'étonnant paradoxe de la F1

Article précédent

Logistique : l'étonnant paradoxe de la F1

Article suivant

Officiel - Grosjean et Magnussen chez Haas en 2019

Officiel - Grosjean et Magnussen chez Haas en 2019
Charger les commentaires
L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1 Prime

L'heure a sonné pour l'outil de conception le plus fiable de la F1

Le travail en soufflerie constitue le fondement du développement aérodynamique d’une Formule 1. Cependant, les progrès de la recherche virtuelle annoncent la disparition de cet outil coûteux et compliqué.

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull Prime

Comment Pérez fait face à la complexe culture Red Bull

Sergio Pérez a passé la majorité de sa carrière à piloter en milieu de peloton, se demandant s'il aurait un jour une chance d'accéder à une équipe de pointe. Red Bull lui a donné cette opportunité, et bien que la vie au sommet soit difficile, le vainqueur de Bakou fait tout ce qu'il faut pour s'entendre avec Max Verstappen.

Formule 1
14 juin 2021
Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1 Prime

Quand Kubica gagnait et Honda faisait d'Alonso sa cible n°1

Le Grand Prix du Canada 2008 s'était apparenté à de véritables montagnes russes en piste comme en dehors, et avait été absolument passionnant à couvrir depuis le paddock. Voici pourquoi.

Formule 1
13 juin 2021
Un calendrier de 23 Grands Prix en péril Prime

Un calendrier de 23 Grands Prix en péril

Après l’annonce de l’annulation du Grand Prix de Singapour à cause des restrictions sanitaires en vigueur, la Formule 1 cherche des alternatives pour conserver un calendrier de 23 courses. Mais ce projet audacieux est-il voué à l’échec ?

Formule 1
12 juin 2021
Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré Prime

Quand Alesi, cheval fougueux de la F1, a rejoint le Cheval Cabré

Jean Alesi a immédiatement marqué la Formule 1 lors de ses débuts avec Tyrrell, mais sa décision de rejoindre Ferrari plutôt que Williams en 1991 était une erreur de jugement, dans une saison au cours de laquelle les luttes politiques internes ont miné le développement de la monoplace...

Formule 1
11 juin 2021
Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego Prime

Riccardo Patrese, le véritable gentleman sans ego

Les pilotes ont tendance à être égoïste, mais pas Riccardo Patrese. Retour sur la carrière d'un véritable gentleman.

Formule 1
9 juin 2021
Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021 Prime

Les notes du Grand Prix d'Azerbaïdjan 2021

Après le Grand Prix d'Azerbaïdjan, sixième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
7 juin 2021
Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes Prime

Comment Honda a transformé son moteur en rival de Mercedes

Pour la première fois de l'ère turbo hybride, Red Bull mène les deux championnats après sa victoire au Grand Prix de Monaco.

Formule 1
5 juin 2021