Ericsson : "Je fais de vrais progrès"

Relégué à une seconde de son coéquipier Kamui Kobayashi lors des qualifications du Grand Prix d'Autriche, Marcus Ericsson avait à cœur de faire mieux lors de la course

Relégué à une seconde de son coéquipier Kamui Kobayashi lors des qualifications du Grand Prix d'Autriche, Marcus Ericsson avait à cœur de faire mieux lors de la course.

Comme à l'accoutumée, Ericsson s'est montré globalement moins rapide que son coéquipier japonais, mais il s'est battu avec la Marussia de Max Chilton durant toute la course, ce qui fait son bonheur, bien qu'il ait échoué à sept secondes du Britannique.

"Je suis très satisfait de ma course, étant donné que l'écart par rapport à nos rivaux directs avait l'air beaucoup plus important vendredi qu'il ne l'a finalement été", se réjouit le Suédois. "Malheureusement, nous avons dû prolonger le deuxième arrêt au stand de quatre secondes à cause d'une Ferrari qui passait dans les stands ; par conséquent, je suis ressorti à douze secondes de Chilton".

"La voiture était bonne et en quelques tours, j'ai réduit l'écart à environ trois secondes, mais c'est là que les drapeaux bleus sont vraiment entrés en jeu et m'ont fait perdre beaucoup de temps", poursuit-il. "Évidemment, ils font partie de la course, surtout pour nous, et même s'ils rendent la vie plus difficile, particulièrement sur un petit circuit comme celui-ci, c'est quelque chose que j'apprends encore".

L'apprentissage est difficile pour un Ericsson qui pilote la moins bonne monoplace du plateau et qui est dominé par son coéquipier. Pourtant, le pilote Caterham voit le verre à moitié plein. "Nous sommes presque à la mi-saison et je fais de vrais progrès", conclut-il.

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Kamui Kobayashi , Max Chilton , Marcus Ericsson
Équipes Ferrari
Type d'article Actualités