Espagne 2001, la glorieuse incertitude du sport

Le final impensable du Grand Prix d'Espagne 2001 a marqué bien des mémoires. Michael Schumacher hérita d'une victoire qui semblait pourtant acquise à son rival de l'époque, Mika Häkkinen.

Espagne 2001, la glorieuse incertitude du sport
Mika Häkkinen
Bagarre entre Michael Schumacher et Mika Häkkinen
Mika Häkkinen à la sortie des stands
Mika Häkkinen
Giancarlo Fisichella et David Coulthard
Michael Schumacher
Le podium : Juan Pablo Montoya, Michael Schumacher et Jacques Villeneuve
Mika Häkkinen
David Coulthard
Interview avec Mika Häkkinen

Nous sommes le 29 avril 2001, à Barcelone, lorsque Mika Häkkinen expérimente, malgré sa déjà longue carrière, la cruauté que réserve parfois le sport automobile. Victime d’un terrible coup du sort, le Finlandais, double Champion du Monde, abandonne la victoire à son rival Michael Schumacher, qui s’envole alors vers le titre mondial.

Un scénario qui a marqué les esprits

Le destin malchanceux du dernier tour, Häkkinen n’est pas le premier à le vivre. Dix ans plus tôt, Nigel Mansell avait vécu pareille mésaventure lors d’un Grand Prix du Canada. Pourtant, cette dernière boucle du Grand Prix d’Espagne 2001 reste pour beaucoup l’illustration de ce que la Formule 1 peut réserver de plus imprévisible.

Il y a deux ans, Jean Todt lui-même ne s’interrogeait-il pas sur cette glorieuse incertitude du sport ? "Dans un sens, j’ai le sentiment que les voitures sont devenues trop fiables. Je pense qu’on a besoin de cette atmosphère dans laquelle on ne sait pas si la voiture verra le drapeau à damier", expliquait le Président de la FIA au début de la saison 2014, en pleine révolution technique de la F1.

Le même Jean Todt, en 2001, était à la tête d’une Scuderia Ferrari avide de succès qui allait bénéficier de la terrible malchance de Häkkinen. Parti deuxième sur la grille de départ, le pilote McLaren avait dû s’incliner en qualifications face à Schumacher pour 85 petits millièmes. Mais en course, la situation allait s’inverser.

Le malheur des uns...

Le Finlandais tenta un premier coup de poker en décalant son premier arrêt de quatre tours par rapport à l’Allemand, en vain. Lors de la seconde salve de ravitaillements, Schumacher s’arrêta de nouveau le premier, possédant alors quatre secondes d’avance en tête. Logiquement, Häkkinen poursuivit sa route pour observer son arrêt sept tours plus tard, ce qui lui permit de ressortir en tête.

En réalité, Schumacher était victime de vibrations intempestives à bord de sa F2001, le contraignant à ralentir la cadence et à tourner plus de deux secondes moins vite que Häkkinen. Un troisième pit stop fut même un temps envisagé, avant que la monoplace rouge ne retrouve de l’allant.

... Fait le bonheur des autres

À l’entrée du 65e et dernier tour, l’avance de la McLaren s’était portée à une quarantaine de secondes et ouvrait la voie à une première victoire dans la saison pour un Häkkinen bien malheureux jusqu’alors. Il n’en fut rien. Soudainement au ralenti, il tenta d’abord de rejoindre l’arrivée avant d’immobiliser, contraint et forcé, sa MP4-16 sur le bas-côté, victime d’une défaillance de son embrayage. 

"Il n’y avait rien que je puisse faire pour sauver la situation", expliqua-t-il après la course. Après s’être extrait de sa monoplace, Häkkinen salua dignement le public, avant de regagner la voie des stands en passager clandestin de la McLaren-Mercedes rescapée de son coéquipier David Coulthard.

Vainqueur par KO, Schumacher lui-même avait peine à croire à cet incroyable scénario. "Je dois dire que je suis vraiment désolé pour Mika", pouvait-il confier après la 47e victoire de sa carrière. "J’étais choqué quand j’ai vu qu’il avait abandonné. Ce n’est pas la manière dont j’aime gagner, mais ça m’est arrivé par le passé et ces choses-là arrivent en course."

Outre le champ libre qu’il laissa à Schumacher au championnat, Häkkinen offrit bien malgré lui deux autres performances à la concurrence. Héritant de la deuxième place, Juan Pablo Montoya pu donner un peu plus de relief à son premier podium en Formule 1, tandis que Jacques Villeneuve permettait à la jeune écurie BAR de monter elle aussi pour la première fois sur un podium.

partages
commentaires
Red Bull a des choix "limités" pour sa motorisation 2017

Article précédent

Red Bull a des choix "limités" pour sa motorisation 2017

Article suivant

Marchionne renouvelle sa confiance à Arrivabene chez Ferrari

Marchionne renouvelle sa confiance à Arrivabene chez Ferrari
Charger les commentaires
Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991 Prime

Les erreurs qui ont privé Williams du titre 1991

La saison 1991 représente l'une des plus grandes opportunités manquées de l'Histoire de Williams. Des problèmes techniques et des erreurs parfois grossières de Nigel Mansell ont aidé Ayrton Senna à décrocher la dernière de ses trois couronnes mondiales.

Formule 1
20 oct. 2021
Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1 Prime

Pourquoi l'expansion de McLaren contribue à sa renaissance en F1

Dans les années 1960 et 1970, McLaren jonglait avec des engagements en F1, en Endurance et à Indianapolis, tout en concevant des F3 et des F2. Aujourd'hui, l'équipe retrouve ses racines, se développe en IndyCar et en Extreme E tout en poursuivant sa renaissance en F1, tandis que la Formule E et le WEC sont à l'étude. Mais n'est-ce pas trop, trop tôt ? Stuart Codling en discute avec Zak Brown.

Formule 1
19 oct. 2021
Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP Prime

Innovations bannies : le double diffuseur de Brawn GP

La saison 2009 de Formule 1 est célèbre pour avoir vu l'arrivée et le triomphe immédiat de Brawn GP sur les cendres de l'équipe Honda, avec la victoire dans les deux championnats à la clé, scellée il y a 12 ans jour pour jour à Interlagos.

Formule 1
18 oct. 2021
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021