Espionnage : McLaren revient ? la charge et accuse Ferrari

En réponse aux courriers échangés entre le président de la fédération italienne du sport automobile (ACI-CSAI) et Max Mosley, qui ont conduit ce dernier à saisir la Cour d'appel de la FIA, Ron Dennis a envoyé une lettre très détaillée aux personnes...

En réponse aux courriers échangés entre le président de la fédération italienne du sport automobile (ACI-CSAI) et Max Mosley, qui ont conduit ce dernier à saisir la Cour d'appel de la FIA, Ron Dennis a envoyé une lettre très détaillée aux personnes concernées.

Le patron de McLaren adresse sa missive à Luigi Maculoso, président de l'ACI-CSAI, mais n'omet pas pour autant de joindre une copie à Max Mosley et Jean Todt.

Pendant cinq pages, Ron Dennis reprend point par point le déroulement de cette affaire d'espionnage : documentation sur Ferrari, dénonciations, réunion du Conseil mondial ... tout y passe.

Voici quelques extraits des propos tenus par le patron de l'écurie britannique.

Partie concernant les dénonciations faîtes par Nigel Stepney sur la non conformité des monoplaces F2007.

"En Mars 2007, M. Stepney a contacté M. Coughlan pour l'informer que deux aspects de la Ferrari lui paraissaient enfreindre les règlements de la FIA. Plus particulièrement, il a parlé à M. Coughlan du mécanisme d'attache du fond plat et d'un séparateur de l'aileron arrière, deux éléments que l'on pouvait voir sur la Ferrari avant le Grand Prix d'Australie."

"M. Coughlan a immédiatement confié les allégations de M. Stepney à la direction de McLaren. Celle-ci a pris les mesures nécessaires afin de vérifier que ces allégations étaient fondées, et nous avons conclu qu'elles l'étaient. En conséquence, nous avons questionné le département technique de la FIA pour connaître son opinion sur ces deux éléments."

"En ce qui concerne le séparateur de l'aileron arrière, la FIA a jugé que cette pièce était conforme aux règlements techniques. En revanche, elle a estimé que l'élément utilisé sur le fond plat était illégal."

"Autant que nous sachions, Ferrari a fait courir ses voitures avec un dispositif illégal lors du Grand Prix d'Australie, qu'ils ont gagné. Dans l'intérêt du sport, McLaren a choisi de ne pas contester le résultat de ce Grand Prix même s'il semble évident que Ferrari disposait d'un avantage illégal."

"Ferrari a retiré ce dispositif de son fond plat dès que la FIA a confirmé que cela était illégal.
Si Mr Stepney n'avait pas porté l'attention de McLaren sur ce dispositif non autorisé, il y a toutes les raisons de supposer que Ferrari continuerait de courir avec une voiture illégale.
"

"C'est dans l'intérêt de la F1 d'encourager la dénonciation et non de la décourager. Si les membres d'une équipe pensent que leur identité sera dévoilée, ils ne dénonceront plus rien."

A propos du dossier de 780 pages contenant des informations sur la Scuderia Ferrari.

"En marge du rendez-vous du Samedi 28 Avril 2007, au début du mois d'avril, M. Coughlan a révélé à M. Neale qu'en dépit de ses efforts pour rompre le contact, M. Stepney continuait de le joindre pour lui faire part de ses griefs envers Ferrari. M. Neale a pris les dispositions nécessaires pour faire installer un pare-feu sur le système informatique de McLaren afin de bloquer les emails en provenance de M. Stepney."

"Puis M. Coughlan a confié à M. Neale que selon lui, la seule solution pour que cela cesse était que M. Coughlan rencontre M. Stepney en face à face et qu'il lui demande d'arrêter de le contacter. M. Neale a accepté qu'il le fasse en dehors de ses heures de travail."

"Le Samedi 28 Avril 2007, M. Coughlan s'est rendu à Barcelone pour rencontrer M. Stepney, mais seules ces deux personnes savent réellement ce qui s'est passé. Une fois de retour à son travail, M. Coughlan a affirmé à M. Neale que l'objectif avait été atteint et que M. Stepney ne le contacterait plus."

"Le 3 Juillet 2007, une perquisition a eu lieu au domicile de M. Coughlan et deux CDs contenant des documents appartenant à Ferrari ont été saisis. Je souligne que ces documents ont été découverts au domicile de M. Coughlan et qu'aucun élément de Ferrari n'a été retrouvé dans les bureaux de McLaren."

Par la suite, Ron Dennis dénonce également l'attitude de Ferrari depuis que le Conseil Mondial du Sport Automobile a blanchi McLaren. Selon lui, ce dossier et la réaction face à la presse des personnes impliquées ternissent l'image de la F1.

Le britannique conclut en précisant que l'écurie McLaren défendra sa position devant la Cour d'appel car elle est convaincue de n'avoir rien fait d'illégal et qu'en raison de sa bonne foi, "McLaren ne sera pas pénalisée".

Faites partie de quelque chose de grand

Écrire un commentaire
Montrer les commentaires
A propos de cet article
Séries Formule 1
Pilotes Jean Todt
Équipes McLaren , Ferrari
Type d'article Actualités