Ocon convaincu que ses problèmes ont été résolus

À la suite de deux prestations décevantes sur le Red Bull Ring, Esteban Ocon et Alpine ont identifié les problèmes handicapant le pilote français et les ont résolus pour le Grand Prix de Grande-Bretagne.

Ocon convaincu que ses problèmes ont été résolus

La grande énigme de cet été impliquait Esteban Ocon qui, en dépit d'une bonne pointe de vitesse en début de saison, enchaînait depuis peu les désillusions et les éliminations en Q1. Mais cette énigme semble avoir été résolue car, au Grand Prix de Grande-Bretagne, le pilote Alpine est parvenu à retrouver du rythme et, pour la première fois depuis le Grand Prix de Monaco, il a franchi la ligne au sein du top 10, à la neuvième place.

À l'arrivée de la course, le Français s'est réjoui de cette forme retrouvée. "C'est très important, je pense que c'est le principal point positif que nous allons retenir de ce week-end", a-t-il commenté. "C'est génial d'être en mesure d'extraire le maximum de la voiture après tous les changements que nous avons faits au cours de la dernière semaine. Je suis impatient de me battre à nouveau pour marquer plus de points à Budapest."

Lire aussi :

Pour qu'Ocon puisse réaliser cette performance, Alpine a été dans l'obligation de procéder à plusieurs changements sur la A521 frappée du numéro 31. Plusieurs pièces ont été changées entre le dernier week-end du Red Bull Ring et celui de Silverstone, et un nouveau châssis a été étrenné. Ocon est certain qu'il s'agissait de la solution à tous ses maux.

"Nous avons résolu le problème que nous avions", a affirmé le Français. "Il n'y a pas eu qu'un seul changement de châssis mais énormément de changements en coulisses. Nous avons identifié quelque chose le lundi suivant [le GP d'Autriche] et nous nous sommes demandé si cela pouvait être la raison [des mauvais résultats]. La seule chose qui compte, c'est que je me sente bien maintenant. Dès la première séance d'essais libres, la voiture était compétitive comme espéré. C'était beaucoup mieux."

C'est également un soulagement pour le pilote, qui était "beaucoup plus lent que de l'autre côté du garage" lors de ces dernières courses, malgré une monoplace qui "a toujours été capable d'être en Q3". Ocon s'est dit reconnaissant de la confiance que lui a accordée Alpine, en prenant compte de ses difficultés et en n'hésitant pas à changer son châssis pour tenter d'éradiquer les potentiels problèmes. 

"L'équipe a fait ce qui était nécessaire", a-t-il poursuivi. "Et nous avons fait cet effort tous ensemble pour trouver le problème. Ce dont je suis vraiment fier, c'est de la confiance que l'équipe m'a accordée. Ils ont toujours cru que quelque chose n'allait pas et que ce n'était pas possible que je sois aussi bas dans le classement. Nous avons résolu le problème. Donc, avec un peu de chance, c'est de l'histoire ancienne."

Lire aussi :

"Je ne dirais pas que c'est un pas en avant, je pense que notre Esteban est de retour", avait indiqué Marcin Budkowski, directeur exécutif d'Alpine, samedi dernier. "Ses deux dernières courses ont été un cauchemar. Il y avait clairement quelque chose qui ne collait pas entre Esteban et la voiture. [À Silverstone] néanmoins, Esteban était heureux d'être de nouveau en forme et compétitif. Donc [les changements] étaient nécessaires pour lui redonner confiance en la voiture et en lui-même."

Les problèmes d'Ocon resteront encore un mystère, du moins pour les personnes qui ne font pas partie de la structure tricolore. "Je ne vais pas entrer dans les détails, je pense que nous devrions les garder pour nous, en interne", a simplement commenté l'intéressé.

partages
commentaires

Voir aussi :

La gestion des pneus de Tsunoda récompensée par un top 10
Article précédent

La gestion des pneus de Tsunoda récompensée par un top 10

Article suivant

George Russell troublé par son rythme en qualifications

George Russell troublé par son rythme en qualifications
Charger les commentaires
Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing Prime

Pourquoi Ricciardo a changé d'avis sur le simracing

Pendant de longues années, Daniel Ricciardo n'avait pas une haute estime de la course virtuelle, plus connue sous le nom de simracing. Mais le pilote McLaren a aujourd'hui un avis bien différent.

Formule 1
19 janv. 2022
Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari Prime

Quand Jackie Stewart a rejeté les avances de Ferrari

S'étant établi comme vainqueur en Grand Prix lors de ses deux premières saisons en Formule 1, Jackie Stewart a connu une campagne 1967 désastreuse avec BRM, ce qui l'a mené à rencontrer Ferrari, finalement sans rejoindre la Scuderia... Il est alors devenu invincible avec Ken Tyrrell.

Formule 1
11 janv. 2022
Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin Prime

Le rôle clé qu'a joué Szafnauer chez Aston Martin

Le départ d'Otmar Szafnauer représente la fin d'une ère pour l'écurie basée à Silverstone, actuellement connue sous le nom d'Aston Martin.

Formule 1
6 janv. 2022
L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton Prime

L'histoire oubliée de la première course d'un Verstappen avec Hamilton

La rivalité de Lewis Hamilton avec Max Verstappen a marqué la saison 2021. Le septuple Champion du monde a de nouveau affronté le plus célèbre des noms néerlandais en sports mécaniques, mais la première fois, c'était quand il avait onze ans, face au père de Verstappen, Jos.

Kart
4 janv. 2022
Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans Prime

Les exploits de Montoya : Monaco, Indianapolis, Le Mans

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix de Formule 1, triomphal à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans.

Formule 1
30 déc. 2021
Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1 Prime

Les exploits de Montoya : l'ascension vers la F1

Rares sont les pilotes modernes qui ont triomphé dans autant de compétitions que Juan Pablo Montoya, victorieux de sept Grands Prix, triomphant à deux reprises aux 500 Miles d'Indianapolis et même trois fois aux 24 Heures de Daytona, sans oublier la NASCAR et les 24 Heures du Mans. Le Colombien revient sur ces grands succès, à commencer par ceux de son ascension vers la Formule 1.

Formule 1
29 déc. 2021
Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote Prime

Lola-Mastercard, le fiasco qui tua la carrière d'un pilote

Lola espérait retrouver le succès en Formule 1 en 1997 mais l'aventure, précipitée par Mastercard, a tourné au fiasco.

Formule 1
25 déc. 2021
Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ? Prime

Qu'avons-nous appris des tests des pneus Pirelli 18 pouces ?

Retour en détail sur les essais des nouveaux pneus Pirelli avec Mario Isola, chef du projet F1 de la marque italienne.

Formule 1
20 déc. 2021