Exclusif - Le Halo a empêché Leclerc d'être touché à la visière à Spa

partages
commentaires
Jonathan Noble
Par : Jonathan Noble
6 déc. 2018 à 09:03

L'enquête officielle de la FIA sur l'accident au premier virage du Grand Prix de Belgique a conclu que le Halo avait empêché Charles Leclerc d'être heurté au niveau de sa visière par l'aileron avant de Fernando Alonso. C'est ce que Motorsport.com est en mesure de révéler.

Après des semaines d'analyse de vidéos et de données des monoplaces impliquées, le rapport final de cet accident a conclu que le Halo avait bel et bien joué un rôle crucial en empêchant Charles Leclerc d'être blessé, ou pire.

Ce rapport de l'Institut Mondial pour la Sécurité en Sport Automobile de la FIA, que nous dévoilons en avant-première, donne la meilleure indication à ce jour de la manière dont le Halo a résisté au crash.

Lire aussi :

Non seulement le Halo est resté "structurellement intact et utilisable" suite à l'impact de 58 kN avec la roue avant droite de Fernando Alonso, si bien que Sauber a pu le retirer sans problème après l'incident, mais il a dévié la trajectoire de la McLaren.

Des images de l'accident capturées par la caméra haute vitesse de la FIA installée sur le cockpit de la Sauber montraient que Leclerc n'avait été heurté que par des petits débris de carbone provenant de la voiture d'Alonso, alors que cette dernière passait par-dessus son cockpit.

Charles Leclerc, Sauber C37, Fernando Alonso, McLaren MCL33 dans l'accident du départ

Sans le Halo, cependant, l'incident aurait été pire, même si la roue avant ne serait pas entrée en contact avec la tête du Monégasque, compte tenu de sa trajectoire.

"À partir des données et des vidéos disponibles, nous sommes convaincus que la roue n'aurait pas percuté le casque de Leclerc", déclare Adam Baker, directeur sécurité de la FIA, pour Motorsport.com. "Mais comme la voiture d'Alonso a continué à dévier par rapport à celle de Leclerc, nous pensons que le bord de l'aileron avant d'Alonso serait tout juste entré en contact avec la visière de Leclerc. Il est toutefois difficile de prédire la gravité du contact avec précision."

Lire aussi :

Les données du crash

Ce rapport officiel de l'accident de Spa, réalisé par l'Institut Mondial de la FIA, a confirmé que le principal point de contact était celui de la roue avant droite d'Alonso avec le côté droit du Halo de Leclerc. L'analyse montre que la différence de vitesse entre les deux voitures était d'environ 30 km/h, avec un impact à un angle estimé à 90°.

L'impact avec le Halo a suffi à briser la suspension d'Alonso, mais la jante est restée intacte et le pneu n'a pas semblé crever. En revanche, la suspension arrière droite de Leclerc a été rompue dans l'accident.

Des traces de pneu sur le Halo et le châssis de la Sauber de Charles Leclerc

Les principales découvertes de ce rapport sont :

  • La charge la plus forte subie par le Halo était de 58 kN, soit 46% des 125 kN auxquels la FIA exige que le Halo résiste. L'impact a eu lieu très près de l'endroit où la charge est appliquée lors des tests d'homologation.
  • Si la roue avait touché le casque de Leclerc avec une force similaire, il aurait probablement subi une blessure très grave à la tête ou au cou.
  • L'énergie et la force d'un impact entre une roue et le Halo sont intrinsèquement limitées par la vitesse et la masse de la roue et la solidité de la suspension. Si la masse complète de la voiture avait percuté le Halo via la structure primaire, l'énergie de l'impact aurait été d'environ 30 kJ (basé sur 840 kg à 30 km/h). Une telle énergie aurait des conséquences dévastatrices si elle était infligée directement au pilote. Cependant, le Halo n'aurait pas été capable d'absorber toute cette énergie sans au moins une déformation non négligeable, et probablement une défaillance.
  • Une enquête de Sauber a confirmé que la structure du Halo, ses attaches et le châssis n'avaient été ni endommagés ni déformés par le contact avec la roue.

Article suivant
L'application des pénalités modifiée pour 2019

Article précédent

L'application des pénalités modifiée pour 2019

Article suivant

Super Licence : le barème de points évolue

Super Licence : le barème de points évolue
Charger les commentaires

À propos de cet article

Séries Formule 1
Pilotes Charles Leclerc
Équipes Sauber
Auteur Jonathan Noble