La F1 espère que le DRS sera utilisé dans le banking en 2022

Après l'approche conservatrice adoptée pour le retour de la F1 sur place, Ross Brawn, manager sportif de la Formule 1, espère que les pilotes pourront utiliser le DRS dans le dernier virage du circuit de Zandvoort en 2022.

La rénovation du circuit de Zandvoort en vue du retour de la Formule 1 a notamment vu le dernier virage de la piste être transformé en véritable banking, permettant aux pilotes de prendre plus rapidement de la vitesse en s'appuyant sur l'inclinaison de la piste avant d'entrer dans la ligne droite de départ/arrivée. Initialement, l'idée était de pouvoir utiliser le DRS dès l'entrée du virage 14 afin d'avoir une meilleure chance de réaliser un dépassement au moment du premier freinage.

Toutefois, ce projet a été remis en cause par des simulations faites par la FIA sur les niveaux d'adhérence et d'appui, qui ont incité l'instance à adopter une approche conservatrice pour cette première épreuve dans ces conditions. Des données réelles ont été récoltées pour une évaluation prochaine de la situation. Sans surprise, la course de dimanche aura été relativement peu fertile en dépassements sur un tracé étroit et sinueux.

Lire aussi :

La question se pose donc de savoir si le DRS pourra être utilisé dans le virage l'an prochain. L'année 2022 va voir l'entrée en vigueur d'une réglementation technique qui va drastiquement modifier l'allure et surtout la philosophie des F1, avec comme objectif affiché de leur permettre de se suivre plus facilement pour améliorer les luttes en piste. Ross Brawn, qui a été l'un des principaux instigateurs de ce tournant technique, espère que ces nouvelles règles permettront d'utiliser le DRS dans le banking de Zandvoort.

"Avec un peu de chance, une fois que nous aurons bien examiné toutes les données, nous pourrons revenir à notre idée initiale d'avoir le DRS dès le début du banking, ce qui aidera un peu", a déclaré Brawn à Motorsport.com après la course.

"C'était conservateur. Nous, la F1, ne pensions pas qu'il y avait un problème, mais nous voulions être conservateurs. Je pense qu'avec les données que nous avons, nous nous sentons beaucoup plus à l'aise, et qu'il va s'agir d'une option. Mais il y a eu des dépassements, c'était possible. C'était difficile, mais il y en avait, ce qui était très bien."

Michael Masi, directeur de course de la FIA, a expliqué que l'instance était ouverte au changement : "Comme nous le faisons toujours avec le DRS, nous faisons des simulations et travaillons avec ce qui se trouve dans les tolérances qui sont les nôtres."

"Ici, le banking était complètement inconnu, [donc il s'agissait] de vivre une épreuve, de recueillir un grand nombre de données des essais, des qualifications, de la course, et ensuite d'être dans une meilleure position comme nous le faisons avec les zones DRS pour chaque course, puis de les examiner et de voir si nous devons faire des changements et comment pour l'année suivante."

"Comme pour tout, vous pouvez simuler les choses autant de fois que vous le souhaitez, [mais vous avez besoin] d'une compréhension pratique et réelle de ce qui se passe. Et désormais, nous l'avons."

Lire aussi :

L'Australien ne craint que les différences entre les monoplaces 2021 et 2022 soient un problème au moment de traduire les données récoltées dans des conclusions sur l'utilisation ou non du DRS. "Je pense que ça nous donnera quand même une assez bonne indication. Alors oui, c'est une voiture complètement différente, un package aéro complètement différent. Mais je pense que sur la base de ce que nous avons, cela nous donne une assez bonne indication des fenêtres [dont nous disposerons] et de ce que nous pouvons faire."

Quoi qu'il en soit, Toto Wolff, le directeur exécutif de Mercedes, est favorable à l'ouverture du DRS plus tôt dans la pleine charge, même s'il soutient la décision prise cette année. "Je pense que la course mérite presque un 10 [sur 10] globalement", a déclaré l'Autrichien à Motorsport.com. "Si nous étions en mesure d'ouvrir le DRS au début du banking, cela ne rendrait pas seulement la course spectaculaire, mais cela donnerait une autre opportunité de dépassement."

"Je comprends totalement pour cette année : on ne sait pas, et c'est la première fois que l'on court sur un banking aussi rapide. Au niveau des voitures, ça changera complètement l'année prochaine, mais nous savons ce que nous voulons atteindre, à savoir beaucoup de zones de dépassement, et je suis vraiment impatient que l'on puisse ouvrir le DRS avant le virage."

Avec Adam Cooper

partages
commentaires
Vasseur : "Difficile voire impossible" de recruter Albon ou De Vries

Article précédent

Vasseur : "Difficile voire impossible" de recruter Albon ou De Vries

Article suivant

Albon rejoint Latifi chez Williams pour 2022

Albon rejoint Latifi chez Williams pour 2022
Charger les commentaires
Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation Prime

Échanges radio, ou le danger d'une trop grande interprétation

Lewis Hamilton a répondu aux articles le disant "furieux" contre Mercedes après des échanges radio houleux lors du Grand Prix de Turquie. Une mise au point qui rappelle à quel point les extraits radio diffusés en F1 peuvent aussi bien éclairer que déformer une situation réelle.

Formule 1
14 oct. 2021
Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés" Prime

Vettel : "Certains sujets sont trop importants pour être négligés"

Près de quinze ans après son arrivée en Formule 1, Sebastian Vettel a bien changé. Le quadruple Champion du monde n'hésite plus à défendre les causes qui lui tiennent à cœur, telle la protection de l'environnement et des personnes LGBT. Quel avenir aura-t-il à son départ de la Formule 1 ? Le pilote Aston Martin s'est confié à plusieurs médias, dont Motorsport.com Italie.

Formule 1
13 oct. 2021
Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1 Prime

Comment les arrêts au stand sont devenus une forme d'art en F1

Les arrêts au stand en Formule 1 sont un mélange à vitesse accélérée de haute technologie et de performance humaine. Pat Symonds nous décrit comment cette science des gains marginaux rend les arrêts si rapides.

Formule 1
12 oct. 2021
Les notes du Grand Prix de Turquie 2021 Prime

Les notes du Grand Prix de Turquie 2021

Après le Grand Prix de Turquie, seizième manche de la saison 2021, nous avons attribué les notes suivantes aux pilotes.

Formule 1
11 oct. 2021
Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît Prime

Pourquoi Mercedes est plus fort et plus faible qu'il n'y paraît

Mercedes et Lewis Hamilton ont dominé la première journée du Grand Prix de Turquie 2021, sur la surface grandement améliorée du circuit d'Istanbul. Mais la position de l'équipe n'est pas tout à fait ce qu'elle semble être. Voici pourquoi.

Formule 1
9 oct. 2021
Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1 Prime

Le dilemme du cash derrière les choix du calendrier F1

La promesse de Liberty Media selon laquelle toute nouvelle course s'ajoutant au calendrier doit apporter une valeur ajoutée aux fans, aux équipes et à la Formule 1 en général a été remise en question par de multiples facteurs, découlant tous de la pandémie de COVID-19. Mais avec un œil sur le bilan comptable, la F1 va-t-elle à l'encontre de ses promesses avec ses récents projets ?

Formule 1
8 oct. 2021
Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances Prime

Pourquoi Pérez n'a pas à s'inquiéter de ses récentes performances

Les dernières courses ont été difficiles pour Sergio Pérez. Le pilote Red Bull n'a récolté que 16 points depuis le Grand Prix de Grande-Bretagne en juillet, et les chances de l'équipe de remporter le championnat des constructeurs ont été compromises. Pourtant, le Mexicain reste optimiste et pense qu'il a tous les outils nécessaires pour améliorer ses performances.

Formule 1
5 oct. 2021
Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient Prime

Comment la F1 peut justifier ses quatre courses au Moyen-Orient

L'annonce de l'arrivée du Qatar en Formule 1 et de sa présence sur le long terme a montré que le Moyen-Orient avait un grand rôle à jouer dans l'avenir du championnat.

Formule 1
4 oct. 2021